Frank Hubbard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hubbard.

Frank Twombly Hubbard (15 mai 1920 - 25 février 1976) est un facteur de clavecins et expert de cet instrument ; il fut un des pionniers du retour à la facture traditionnelle, fondée sur l'étude des méthodes et procédés historiques.

Années d'études[modifier | modifier le code]

Né à New-York, Frank Hubbard étudia la littérature anglaise à Harvard, obtenant ses diplômes de Bachelor of Arts en 1942 puis de Master of Arts en 1947. L'un de ses amis était William Dowd, qui s'intéressait aux instruments anciens et ils construisirent ensemble un clavicorde. Cette fréquentation, et son intérêt comme violoniste amateur à la lutherie, de même que l'emplacement de son lieu de lecture à la bibliothèque de l'université près des rayons de livres sur les instruments de musique l'amena à s'intéresser aux clavecins historiques.

Alors qu'il poursuivait ses études à Harvard, lui et William Dowd décidèrent de changer de voie pour se consacrer à la facture instrumentale. En 1947 il partit pour l'Angleterre pour y être apprenti dans l'atelier d'Arnold Dolmetsch à Haslemere. Employé à des tâches subalternes sans intérêt, il fut déçu de ce stage, n'y apprit pas grand-chose sur les clavecins historiques, et fut renvoyé subitement ; il rejoignit en 1948 à Londres le facteur Hugh Gough auprès duquel il travailla un an de façon beaucoup plus intéressante. Pendant cette période, il eut l'occasion de visiter les collections européennes d'instruments à clavier anciens et d'étudier les œuvres des facteurs historiques. Gough lui fit connaître son ami Donald Boalch, auteur d'un monumental répertoire des facteurs de clavecins anciens. Il étudia la viole de gambe avec Edgar Hunt au Trinity College of Music de Londres afin d'obtenir une bourse offerte par le G.I. Bill ; mais son activité de facteur d'instruments ne lui permit guère de pratiquer réellement.

Clavecins historiques[modifier | modifier le code]

Il retourna aux États-Unis en 1949 et, en association avec William Dowd, créa un atelier de facture de clavecins selon les principes et méthodes historiques et non, comme c'était généralement le cas à cette époque chez tous les facteurs professionnels, dans le style des clavecins « modernes » du XXe siècle. Il trouvèrent un marché dans la restauration d'instruments anciens appartenant à des collections publiques ou privées, ce qui leur permit de parfaire leurs connaissances et leur pratique dans la conception et la construction de leurs instruments. En 1958, ils se séparèrent et Hubbard créa son propre atelier à Waltham dans la propriété Lyman tandis que Dowd en fondait un plus important à Cambridge dans le Massachusetts.

Devenu un expert reconnu, et grâce à l'obtention de bourses, il put examiner nombre d'instruments anciens en Europe, et en 1967, fut chargé de la création de l'atelier de restauration du Musée Instrumental du Conservatoire de Paris. Au moment de la publication de son traité fondateur Three Centuries of Harpsichord Making en 1965, Ralph Kirkpatrick put écrire : « Il est indéniable qu'il en connaît plus sur l'histoire et la construction des clavecins que n'importe qui d'autre vivant aujourd'hui. ». Pendant les années 1970, il donna des cours et et des conférences à Harvard et Boston.

Il créa en 1973 un clavecin, diffusé sous forme de kit, réplique de l'instrument de 1769 de Pascal Taskin conservé à Edimbourg.

C'était aussi un violoniste amateur qui restaura nombre de violons anciens et fabriqua de nombreux archets pour violons et violes, selon les modèles antérieurs à François Xavier Tourte.

Frank Hubbard décéda prématurément à Wellesley (Massachusetts) en 1976 ; son atelier poursuivit son activité sous la direction de son épouse Diane Hubbard.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Frank Hubbard, Three centuries of harpsichord making, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press,‎ , 373+41 p. (ISBN 0674888456)
  • (en) Wolfgang Zuckermann, The modern harpsichord : Twentieth century instruments and their makers, New York, October House,‎ , 255 p. (ISBN 0807901652) p. 130-135
  • (en) Frank Hubbard et William Dowd (préf. Gustav Leonhardt), Reconstructing the Harpsichord / The Surviving Instruments of the Blanchet Workshop, Hillsdale, NY, Pendragon Press, coll. « The historical harpsichord » (no 1),‎ , 125 p. (ISBN 0-918728-29-0)
  • (en) Larry Palmer, Harpsichord in America : A Twentieth-Century Revival, Bloomington & Indianapolis, Indiana University Press,‎ , 202 p. (ISBN 0-253-20840-8) p. 137-143

Liens externes[modifier | modifier le code]