Frank Brophy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frank Brophy
Description de l'image Frank Brophy.jpg.
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Naissance ,
Québec (Canada)
Décès 29 juin 1930,
Québec (Canada)
Joueur décédé
Position Gardien de but
Attrapait de la gauche
A joué pour LNH
Bulldogs de Québec
Carrière pro. 1920-1921

Frank Brophy (né le à Québec au Canada et mort le également à Québec) est un joueur de hockey sur glace canadien. Il évolue au poste de gardien de but.

Carrière[modifier | modifier le code]

Dès l’âge de 15 ans, Brophy s’aligne avec les Crescents de Québec, un club senior évoluant dans la Ligue de la cité de Québec. De 1917 à 1919, il s’expatrie à Montréal pour y garder les buts de quelques clubs de la ligue de la cité de Montréal[1]. Puis, le 25 novembre 1919, il signe son premier et dernier contrat de la Ligue nationale de hockey avec l’équipe de sa ville natale, les Bulldogs de Québec en tant qu'agent libre[2]. Âgé de 19 ans, le jeune Brophy s'aligne au sein d'une équipe en reconstruction, les Bulldogs ayant en effet manqué les deux premières saisons de la LNH[3]. Le 4 février 1920, contre Ottawa, il reçoit un puissant tir à la poitrine. Sur l'impact, une veine est coupée et il doit quitter le match[4]. Cette blessure est la deuxième de la saison qu'il subit après un coup de lame de patin au visage plus tôt dans la saison[5].

Brophy concède 16 buts aux Canadiens de Montréal le 3 mars 1920 au cours d'une défaite historique 16-3. Blessé à un tendon de la cuisse, il ne termine pas la saison avec les Bulldgos[5]. Au final, il joue dans 21 des 24 parties de son club, ne remportant que 3 victoires et subissant 18 défaites, pour une moyenne de 7,11 buts alloués par partie[6].


Les Bulldogs sont transférés à Hamilton pour la saison suivante[5] et Brophy demeure à Québec où il joue encore une saison dans la Ligue de la cité[1]. Après sa retraite, il devient propriétaire d'une librairie, le Cambridge Book Store situé sur la rue Buade[7]. Il continue tout de même à s’intéresser de façon active au hockey amateur et est élu à la présidence de la Eastern Canada Hockey Association, une ligue de hockey amateur aussi connue sous le nom de Ligue provinciale[8]. Le matin du 29 juin 1930, les frères de Brophy le découvrent mort dans son lit, probablement victime d’un infarctus[8].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[1]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  V   D  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun PJ  V   D  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun
1914-15 Crescents de Québec QCHL
1915-16 Crescents de Québec QCHL
1916-17 St. Pats de Québec QCHL 5 2 3 0 300 19 3,80 0
1917-18 St. Ann's Montréal MCHL 9 6 2 1 540 19 2,11 2 2 1 1 0 120 5 2,50 0
1917-18 Westmount de Montréal MCHL
1918-19 Vickers de Montréal MCHL 10 9 0 1 2,40 1
1919-1920 Bulldogs de Québec LNH 21 3 18 0 1249 148 7,11 0
1919-20 Crescents de Québec QCHL 1 1 0 0 60 2 2,00 0
1920-21 Telegraph de Québec QCHL

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Frank Brophy, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net
  2. Diamond 1998, p. 1616.
  3. Durand 2012, p. 130.
  4. Durand 2012, p. 132.
  5. a, b et c Durand 2012, p. 133.
  6. Durand 2012, p. 159.
  7. « Article », La Patrie,‎ , p. 13
  8. a et b « Article », L’Action catholique,‎ , p. 7

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports, , 1879 p. (ISBN 978-0836271140)
  • Marc Durand, La Coupe à Québec - les Bulldogs et la Naissance du Hockey, Québec, Sylvain Harvey, , 160 p. (ISBN 978-2-923794-48-8)