Franco Ferrarotti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Franco Ferrarotti
2014-03-07 Franco Ferrarotti.jpg

Franco Ferrarotti en 2014 à Rome.

Fonction
Député de la République italienne
Biographie
Naissance
Nationalité
Lieu de travail
Activités

Franco Ferrarotti (né le 7 avril 1926 à Palazzolo Vercellese, dans la province de Verceil, en Italie) est un sociologue italien contemporain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Franco Ferrarotti a obtenu la licence en philosophie à l'université de Turin en 1950. Sa thèse a porté sur la sociologie de Thorstein Veblen. Peu après, il fonda avec son ami Nicola Abbagnano en 1951 « I Quaderni di Sociologia » (cahiers de sociologie) qu'il a suivis jusqu'en 1967. Puis il a créé la revue dont il est encore directeur : « La Critica Sociologica » (la critique sociologique).

De 1958 à 1963, il est député indépendant à la Camera dei deputati pour le mouvement lancé par Adriano Olivetti.

En 1961, il a obtenu la première chaire de sociologie en Italie, à l'université de Rome « La Sapienza », en devenant aujourd'hui le doyen de la sociologie italienne.

Parmi les nombreux prix qu'il a reçus dans sa carrière, on peut noter la récompense de l'« Accademia dei Lincei », en 2001.

Il a enseigné en Europe et en Amérique.

Plus particulièrement, il s'est intéressé aux mouvements sociaux et aux problèmes de la société industrielle. Par ailleurs, il a vulgarisé une méthodologie de type qualitatif.

Dans les années 1950 et 1960, il a mené une série de recherches sur le syndicalisme, la transformation du travail, les communautés et la sociologie urbaine.

Actuellement (2007), il est professeur émérite de l'Université de Rome « La Sapienza ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La protesta operaia, 1955
  • La sociologia industriale in America e in Europa, 1959
  • La sociologia come partecipazione, 1961
  • Max Weber e il destino della ragione 1965
  • Trattato di Sociologia (ed. UTET, 1969)
  • Alle radici della violenza, 1977
  • L'ipnosi della violenza, 1980
  • Il paradosso del sacro 1983
  • (fr) Histoire et Histoires de vie, Paris, Librairie des Méridiens, trad. fr. de Modak M., (Storia e Storie di vita, Bari, Laterza, 1981), 1983
  • (en) « Biography and the Social Sciences », in Social Research, n° 50, 1983, p. 57-80.
  • Una teologia per atei 1984
  • La storia e il quotidiano, 1986
  • Il ricordo e la temporalità (Le souvenir et la temporalité), Torino, Laterza, 1987
  • La sociologia alla riscoperta della qualità, 1989
  • L'Italia in bilico, 1990
  • Sacro e religioso 1997, Di Renzo Editore
  • L'ultima lezione, 1999
  • La verità? È altrove. All'insegna del New Age, 1999
  • L'origine di Alessandro, 2000
  • La società e l'utopia, 2001
  • Tornando a casa. Conversazioni con Franco Ferrarotti (dir. Claudio Tognonato), Edizioni Associate, Rome, 2003.
  • La convivenza delle culture, 2003
  • (fr) avec Daniel Vander Gucht, Claude Javeau, Matteo Solaro, L'énigme d'Alexandre : Rencontres de cultures et progrès de la civilisation, 2004
  • L'arte nella società (edizioni Solfanelli, 2005).
  • L'identità dialogica (Edizioni ETS, 2007).
  • Essays on Culture, Politics and Power, Valona-Albania, Academicus,2014,  (ISBN 978-9928-4221-1-8).

Voir également[modifier | modifier le code]

Liens externes italophones et source[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]