Franciszek Kleeberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Franciszek Kleeberg
Kleeberg.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
DresdeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Arme
Artillerie polonaise sous la IIe République (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Grade militaire
Conflits
Distinctions
Commandeur de la Légion d'honneur‎
Ordre de Lāčplēšis
Médaille de la commémoration de l'indépendance (1928) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Franciszek Kleeberg, né le à Tarnopol et mort de à Dresde, est un officier général polonais (général de division).

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1919-1920, il est chef d'état-major du Commandement oriental.

Durant l'année 1920, il exerce successivement les fonctions de :

- Adjoint au chef du département I du Ministère de la Guerre
- Adjoint au chef de la section I à l'État-major général
- Chef d'état-major de la 1re Armée
- Chef d'état-major du groupe opérationnel du général Raszewski
- Chef d'état-major du VIIe Corps (jusqu'en 1922)

De 1922 à 1924, il est à l'état-major puis à la tête de la 14e Division.

Il est ensuite nommé Directeur des études à l'Académie militaire (1925-1927).

De 1927 à 1936, il commande la 29e Division.

Il commande ensuite de 1936 à 1939 le IIIe Corps puis le IXe Corps.

Pendant la Campagne de Pologne (1939), il est à la tête du Groupe opérationnel indépendant de Polésie, et à ce titre livrera à Kock, du 2 au 5 octobre, la dernière bataille de cette campagne.

Fait prisonnier par les Allemands, il sera envoyé en captivité en Allemagne où il décèdera en 1941 à Dresde.

Son frère, le général Juliusz Kleeberg (1890-1970), était, en 1939, en poste à l'ambassade de Pologne à Paris comme attaché militaire. Il fut responsable de la Croix rouge polonaise en France. Puis, après l'armistice de 1940, il occupa (en zone Sud) le poste d’ “Interprète général” auprès de Vichy, mais en fait, il était le chef clandestin de tous les militaires polonais internés dans les GTE de la zone Sud (Groupement de travailleurs étrangers).

Sources et références[modifier | modifier le code]