Francisco Romero (matador)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Francisco Romero
Saynz-Retrato de Francisco Romero.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Enfant

Francisco Romero, né vers 1700 à Ronda (Espagne, province de Malaga), mort en 1763 à Ronda, était un matador espagnol.

Présentation[modifier | modifier le code]

Francisco Romero fut l’ancêtre d’une glorieuse dynastie de matadors. Il passe pour l’inventeur de la muleta. Selon la tradition, à la fin d’une course dans les arènes de Ronda, il demanda l’autorisation de tuer lui-même le taureau. Après l’avoir fait charger deux ou trois fois un leurre fait de toile, Francisco Romero estoqua le taureau à l’aide de son épée. Par la suite, il recommença dans d’autres arènes et devint un véritable professionnel. Francisco Romero est donc généralement considéré comme l’inventeur de la corrida moderne.

En fait, selon certains historiens de la tauromachie, cette mise à mort du taureau par estocade et l’utilisation de leurres similaires à la muleta auraient été pratiquées bien avant lui[1],[2]. Mais, dans tous les cas, si Francisco Romero n’est pas l’inventeur de la corrida moderne, il est le premier matador à avoir exercé son art de manière habituelle et professionnelle. De plus, ses succès entraînent un changement radical dans l’art de toréer : jusqu’à lui, le personnage principal est encore le picador ; après le picador, l’important, ce sont les jeux ; la mise à mort n’est que la conclusion du spectacle. Après lui, le picador commence à perdre de son aura, les jeux ne sont qu’un « interlude », la mise à mort devient l'objectif du spectacle[3].

Francisco Romero est le père de Juan Romero ; il est le grand-père de Pedro Romero, José Romero, Antonio Romero et Gaspar Romero, tous matadors[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Casanova et Pierre Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Marseille, Jeanne Laffitte, (ISBN 2862760439)
  • Jean Testas, La Tauromachie, Paris, PUF,
  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont, (ISBN 978-2-221-09246-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Casanova et Dupuy 1981, p. 111
  2. Testas 1974, p. 70
  3. a et b Bérard 2003, p. 829

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste de matadors