Francis Pisani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Francis Pisani
Description de cette image, également commentée ci-après
Francis Pisani le
Naissance (78 ans)
Paris
Nationalité Français
Profession
Autres activités
Formation
Diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris
Maitrise en droit public
Doctorat d'études latino-américaines en sciences politiques
Famille
Edgard Pisani (son père)
Jean Pisani-Ferry (son frère)
Édouard Pisani-Ferry (son frère)

Francis Pisani, né le à Paris[1], est un journaliste français, par ailleurs écrivain, documentariste, enseignant, consultant et conférencier.

Après avoir été longtemps correspondant au Mexique, il s’installe en 1996 en Californie, d'où il écrit en particulier sur les technologies de l'information et de la communication. Il s’intéresse à leur influence sur le fonctionnement des réseaux sociaux et culturels.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Edgard Pisani et le petit-fils d'André Le Troquer.

Formation[modifier | modifier le code]

Francis Pisani fait ses études supérieures à l'université de Paris où il obtient une maîtrise de droit public en 1964 et à l'Institut d'études politiques de Paris (« Sciences Po ») dont il sort diplômé en 1966.

Par la suite, il a fait partie de la promotion 1992-1993 de la Fondation Nieman pour le journalisme (en) de l’université Harvard[N 1].

En 2000, il soutient un doctorat d’études latino-américaines en sciences politiques à l'université Sorbonne-Nouvelle.

Carrière[modifier | modifier le code]

Ses premières expériences journalistiques ont lieu en 1968 pour l'AFP, d'abord à Saïgon lors de l’offensive du Tết, puis à Prague lors de l’intervention soviétique.

Au cours de sa carrière, il est journaliste et correspondant régional pour l’Amérique latine pour un grand nombre de publications : Le Monde, Le Monde diplomatique, Partir, Le Progrès, Libération, L'Unité, Le Matin, Les Dernières Nouvelles d'Alsace, La Presse de Montréal, Ouest-France, Le Provençal, Le Nouvel Observateur, Journal de Genève, Panorama, El País, Reforma (en)etc.

Il collabore également à des radios : RFI, Radio Canada, Radio suisse romande, RTBFetc.

En 1999 et 2000, il est lecteur à l'université de Californie à Berkeley. En 2003, il donne des cours sur le journalisme et Internet à l'université Stanford, puis, en 2004, à Berkeley.

Il intervient aussi comme conférencier et consultant sur le thème de l’impact social des nouvelles technologies de l'information et de la communication.

Blogs[modifier | modifier le code]

Francis Pisani publie des chroniques sur ce sujet sur son blog : Transnets, hébergé sur le site du journal Le Monde, interrompu depuis . En , le site Wikio classe Transnets 9e blog le plus influent[2] de la blogosphère française. Il s’y intéresse notamment au développement de Wikipédia[3],[4],[5],[6].

En 2011, il lance Winch5, un tour du monde des innovations et des médias sociaux, pour visiter plus de 30 villes entre et .

Travaux[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

  • La Nuit des Mayas (Canal+, 1992, durée : 52 minutes)
  • Cubans (Channel 4, 1988, durée : 52 minutes)

Livres[modifier | modifier le code]

Thèse
  • La Méditerranée des Amériques plexus du continent, thèse de doctorat sous la direction de Georges Couffignal, université Paris III, 2000 (dactylographiée[7]),
Autres
  • Torre Bela : on a tous le droit d'avoir une vie, J.C. Simoën, 1976.
  • Muchachos : journal d'un témoin de l'insurrection sandiniste, Encre, 1980 (ISBN 2864180847)
  • Comment le web change le monde - L'alchimie des multitudes[8], en collaboration avec Dominique Piotet, Village Mondial, 2008 (ISBN 978-2-7440-6261-2)
Fiction

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Biography », sur francis.blogs.com.
  2. « Classement des blogs les plus influents de la blogosphère selon le site Wikio » (version du 2 juin 2007 sur l'Internet Archive), sur wikio.fr.
  3. « Les deux principes de base de Wikipedia » (version du 16 juin 2005 sur l'Internet Archive), sur pisani.blog.lemonde.fr, .
  4. « Wikipedia – Les critiques » (version du 12 octobre 2005 sur l'Internet Archive), sur pisani.blog.lemonde.fr, .
  5. « Discussion animée autour de Wikipedia » (version du 4 janvier 2005 sur l'Internet Archive), sur pisani.blog.lemonde.fr, .
  6. « Quelques données concernant Wikipedia » (version du 12 octobre 2005 sur l'Internet Archive), sur pisani.blog.lemonde.fr, .
  7. Disponibilité : BU Paris III, BU centrale Paris.
  8. Bertrand Le Gendre, « Internet ou l'alchimie des multitudes », sur Le Monde, .
  9. Maurice Lemoine, « Danse avec les Mayas », sur Le Monde diplomatique, .