Francis Perrin (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Francis Perrin
Description de cette image, également commentée ci-après
Francis Perrin au festival de Cannes 2012.
Naissance (73 ans)
Versailles (Seine-et-Oise)
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Acteur, scénariste, réalisateur
Films notables On a volé la cuisse de Jupiter
Le Roi des cons
Tête à claques
Séries notables Mongeville

Francis Perrin, né le à Versailles, est un acteur, scénariste et réalisateur français.

Pensionnaire de la Comédie-Française à partir de 1972, il se fait connaître avec les pièces du répertoire. Il devient au cinéma un jeune second rôle demandé, dans des personnages maladroits et attachants, dans La Gifle (1975), Le Chasseur de chez Maxim's (1976) ou encore On a volé la cuisse de Jupiter (1980). Il devient rapidement une vedette comique en accédant à des premiers rôles dans des films à succès comme Le Roi des cons (1981), Tête à claques (1982) et Le Joli cœur (1984).

Biographie[modifier | modifier le code]

Les parents de Francis Perrin, tous deux techniciens du cinéma[1], ont notamment fait partie de l'équipe technique de tournage des films de Sacha Guitry.

Ancien élève du Conservatoire national supérieur d'art dramatique (promotion 1972) où il remporte trois « premier prix de comédie »[2],[3],[4], Francis Perrin est engagé la même année à la Comédie-Française[5]. Il y reste un an[6],[5],[3].

Débute alors une riche carrière de comédien, où il interprète de nombreuses fois le répertoire de Molière : Le Malade imaginaire, Le Bourgeois gentilhomme, Les Femmes savantes, Les Fourberies de Scapin... Il interprète également les œuvres de Georges Feydeau, Eugène Labiche, Jules Romains, Marcel Pagnol... Il ne quittera plus les scènes de théâtre.

Le cinéma commence également à faire appel à lui pour des seconds rôles. On le remarque en petit ami d'Isabelle Adjani dans La Gifle de Claude Pinoteau, puis chez Claude Lelouch et Philippe de Broca.

En 1980, la télé lui rend hommage avec le téléfilm Antenne à Francis Perrin, où il joue plusieurs rôles comme Perdican, Pierrot et Jean de la lune dans trois films sketches aux côtés de Claude Jade.

En 1981, il tient la vedette du film Le Roi des cons de Claude Confortès. Il réalise Tête à claques, Le Joli cœur, puis Ça n'arrive qu'à moi.

De la fin des années 1970 jusqu'au milieu des années 1980, Francis Perrin est populaire en France, il est ainsi par exemple invité à des émissions de variétés ou de divertissements (Collaro show, Champs Élysées...), où il est un « bon client ».

Francis Perrin a coécrit et joué dans Le Débutant le rôle de « François Veber » et dans Ça n'arrive qu'à moi le rôle de « François Pépin » (en référence au réalisateur Francis Veber qui utilisait à cette époque le nom de « François Perrin » dans plusieurs de ses films).

Dès la fin des années 1980, il se consacre essentiellement à sa carrière au théâtre. On le revoit tout de même dans plusieurs téléfilms et en père d'Audrey Tautou dans Thérèse Desqueyroux, dernier film de Claude Miller.

De 1994 à 2001, il devient sociétaire des Grosses Têtes de Philippe Bouvard. À la radio, on le reconnaît à son léger bégaiement et à son fou rire. À la télévision, c'est avec la complicité de Sim, qu'il joue de nombreux sketchs tels que le kinésithérapeute, la torture médiévale, le cabinet dentaire…

De 1992 à 2000, il est directeur du théâtre Montansier à Versailles .

En 2001, Francis Perrin rejoint Jean-Claude Brialy comme codirecteur artistique du Festival d'Anjou, puis en est le directeur en 2002 et 2003.

En avril 2007, il est promu officier de la Légion d'honneur.

À partir de 2013, il est le héros de Mongeville, une série télévisée diffusée sur France 3.

Au théâtre, il crée le spectacle Molière malgré moi, un « seul en scène » dans lequel il rend hommage à Molière et à sa troupe. Ce spectacle sera présenté à Paris et en province pendant 4 ans.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est père de Cécile et Fabiola, des jumelles polynésiennes, nées en 1988, adoptées avec Laurence, sa première épouse[7].

Avec la comédienne Caroline Berg, il a eu Jeanne, née en 2000[8].

En 2002, il épouse Gersende Dufromentel, étudiante en 3e année au Conservatoire national d'art dramatique de Paris. Ils ont trois enfants, Louis, né en 2002, Clarisse née en 2004 et Baptiste né en 2005[9].

Engagement personnel[modifier | modifier le code]

Francis Perrin est le père de Louis, né en 2002, diagnostiqué autiste dès l'âge de trois ans[10]. Le comédien s'est engagé personnellement et médiatiquement à promouvoir la méthode qui permet à son fils de se socialiser. Ce programme dénommé « analyse appliquée du comportement » a été créé par un médecin norvégien, le Dr Lovaas[11].

Le comédien a décidé d'utiliser sa notoriété (et le revendique comme tel) pour promouvoir ce traitement comportemental, peu utilisé en France. Deux reportages ont été diffusés sur France 2 dans l'émission Envoyé spécial qui présentent le témoignage de Francis Perrin et de son épouse sur ce sujet[12].

Début avril 2012, le centre Camus de Villeneuve-d'Ascq, parrainné par Francis Perrin, est, selon Mediapart, mis en cause par un rapport d'inspection de l'Agence régionale de santé[13],[14],[15].

En 2012, Gersende et Francis Perrin écrivent un livre autobiographique intitulé Louis, pas à pas, publié chez Jean-Claude Lattès[16], qui raconte l'histoire de leur fils. L'histoire inspire le scénario du téléfilm Presque comme les autres[17] diffusé sur France 2 le mercredi .

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Théâtre filmé[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

  • 1973 : Citron automatique écrit, joué et mise en scène
  • 2013 : Molière malgré moi écrit, joué et mise en scène

Comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « (...) mère scripte et un père ingénieur du son (...) » https://www.franceinter.fr/personnes/francis-perrin-0
  2. Régis Evennou, « Utilisateur » (consulté le 20 mai 2020)
  3. a et b « (...) Sorti du Conservatoire avec trois premier prix, son contrat à la Comédie-Française (...) a regretté la manque de contact humain au sein du Français, est parti (...) » Radioscopie (Jacques Chancel), France Inter, 22 janvier 1975 http://inatheque.ina.fr/doc/TV-RADIO/PH_PHD99226154/francis-perrin?rang=3
  4. « Trois premiers Prix de Comédie » https://www.theatreonline.com/Artiste/Francis-Perrin/219
  5. a et b « Recherchez sur la base La Grange ・ Comédie-Française », sur lagrange.comedie-francaise.fr (consulté le 22 août 2020)
  6. « Le départ d'un pensionnaire de la Comédie-Française », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2020)
  7. Chloe Breen, « Francis Perrin, avec sa femme, se confie sur son alcoolisme et son fils autiste », sur Purepeople.com, (consulté le 6 juillet 2020).
  8. Joachim Ohnona, « Francis Perrin et la souffrance de son fils, autiste : « Louis s'automutilait... » », sur Purepeople.com, (consulté le 6 juillet 2020).
  9. Thomas Montet, « Francis Perrin : Ses enfants et ses amis VIP réunis pour un bel anniversaire », sur Purepeople.com, (consulté le 6 juillet 2020).
  10. On n'est pas couché, talk show, France 2, 9 juin 2012, interview de Gersende et Francis Perrin
  11. Sophie Roquelle, Le Figaro, « Francis Perrin, un père en lutte contre l'autisme », 04/06/2012 [1]
  12. « Envoyé Spécial » du 23 octobre 2008 et 13 août 2011
  13. Sophie Dufau, « Autisme : un courrier embarrassant pour un centre toujours cité en exemple », sur Mediapart (consulté le 23 août 2020)
  14. La rédaction de Mediapart, « Droit de réponse de Francis Perrin », sur Mediapart (consulté le 23 août 2020)
  15. Sophie Dufau, « Autisme : Vinca Rivière et l’association Pas à Pas perdent leur procès face à Mediapart », sur Club de Mediapart (consulté le 23 août 2020)
  16. Louis pas à pas, éditions JC Lattès, 2012, (ISBN 978-2709638067).
  17. Presque comme les autres sur france2.fr
  18. Arrêté du 13 septembre 2016 portant nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres
  19. Décret du 6 avril 2007 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur
  20. Ordonnance souveraine n° 16.053 du 18 novembre 2003 portant promotions ou nominations dans l'Ordre du Mérite culturel
  21. Décret du 14 novembre 2001 portant promotion et nomination dans l'ordre national du Mérite

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Perrin, L’enfant terrible de la Révolution, Paris, Éditions Plon, , 265 p. (ISBN 978-2-259-21602-9)
  • Francis Perrin et Gersende Perrin, Louis, pas à pas, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, , 230 p. (ISBN 978-2-7096-3806-7)
  • Francis Perrin, Le bouffon des rois, Paris, Éditions Plon, , 324 p. (ISBN 978-2-259-20712-6)
  • Francis Perrin, Molière, chef de troupe, Paris, Éditions Plon, , 324 p. (ISBN 978-2-259-20356-2)
  • Francis Perrin, Degrés de lassitude, Monaco-Paris, France, Le Rocher, , 230 p. (ISBN 978-2-268-05275-5)
  • Francis Perrin, Mon panthéon est décousu, Monaco-Paris, France, Le Rocher, , 333 p. (ISBN 978-2-268-04494-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :