Francis Isoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Francis Isoz
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
LausanneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lausanne, maison Mercier au Grand-Chêne
Lausanne, Ouchy, hôtel du château

Francis Isoz, né le à Vevey et mort le à Lausanne, est un architecte vaudois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francis Isoz s'établit comme architecte à Lausanne en 1879. Jusqu'en 1900, il enseignera le dessin technique au gymnase scientifique de Lausanne où il institue un prix annuel portant son nom.

Par son travail et son savoir-faire, il prend une large à la transformation de Lausanne au tournant du siècle et construit une quarantaine d'édifices publics et commerciaux - notamment les bâtiments de la Banque cantonale vaudoise et du Crédit foncier vaudois - des maisons locatives, des villas, etc. Dans les années 1890, Jean-Jacques Mercier-Marcel lui confie la transformation du Château d'Ouchy en un hôtel de luxe et la construction de l'Hôtel Mercier au Grand-Chêne, donnant côté nord sur la place du Flon et le Lausanne-Ouchy de Mercier (1898-1900). Tous deux sont édifiés dans un style néo-gothique, la Maison Mercier, immeuble de rapport qui abrite des logements, des magasins, des entrepôts, etc., marque l'espace urbain comme le premier "sky-scraper" lausannois, doté de toutes les nouveautés (ascenseur, monte-charge, chauffage central à la vapeur et petite usine spéciale pour la production de chauffage électrique, etc). En 1896, Francis Isoz est chargé de la construction de l'aile des musées du Palais de Rumine sur les plans de Gaspard André.

Membre et président de jury dans de nombreux concours d'architecture en Suisse romande, Francis Isoz est également cofondateur et président du conseil d'administration du Bulletin technique de la Suisse romande et président de la Société vaudoise des ingénieurs et des architectes.

Francis Isoz décède le 7 novembre 1910 à Lausanne.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Francis Isoz », sur la base de données des personnalités vaudoises sur la plateforme « Patrinum » de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne..
  • Archives cantonales vaudoises, Dossier ATS.
  • (de) Isabelle Rucki et Dorothee Huber (trad. de l'italien), Architektenlexikon der Schweiz : 19./20. Jahrhundert, Bâle, Boston, Berlin, Birkhäuser Verlag, , 614 p. (ISBN 3-7643-5261-2), p. 291.
  • Escaliers décors et architecture des cages d'escalier des immeubles d'habitation de Suisse romande, Lausanne, 2006, p. 187-189, 195.
  • "Maison Mercier", in Patrie suisse, 1899, p. 108.
  • " Francis Isoz", in Patrie suisse, 1910, p. 277.
  • id., in Bulletin technique de la Suisse romande, 1910, p. 253, pl. 11.
  • Francis Isoz architecte: 1856-1910, dans: A Suivre (Bulletin de la Section vaudoise de Patrimoine suisse) n° 59-60 (janvier-mai 2013).
  • Noémie Desarzens, « Francis Isoz, acteur de développement urbain lausannois », Revue vaudoise de généalogie et d’histoire des familles, vol. 28,‎ , p. 141-150 (ISSN 2296-7087).

Liens externes[modifier | modifier le code]