Francis Cohen (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Francis Cohen et Cohen.
Francis Cohen
Naissance
Paris, 13e
Décès (à 86 ans)
Paris
Nationalité française
Profession Journaliste
Médias
Fonction(s) principale(s) Directeur
Presse écrite La Nouvelle Critique

Francis Cohen, né le à Paris, 13e arrondissement, mort à Paris le , est un journaliste de la presse communiste. Directeur de 1966 à 1980 de La Nouvelle Critique, revue mensuelle éditée par le Parti communiste français à destination des intellectuels, son rôle au sein du Parti communiste n'a jamais correspondu à une quelconque présence officielle dans une instance de direction de ce parti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du linguiste Marcel Cohen, Francis Cohen[1], au cours de ses études secondaires puis supérieures de sciences naturelles qu'il poursuit à la Sorbonne, milite activement dans les organisations étudiantes où se retrouvent les étudiants de la mouvance communiste. De 1934 à 1938 il est secrétaire de l'Union fédérale des étudiants (UFE), puis il appartient au Bureau national de l'Union des étudiants communistes dès la création de celle-ci en 1939[2].

Mobilisé de septembre 1939 à septembre 1940, il fait alors partie de la direction clandestine de l'UEC. À ce poste il participe à la « marche vers l'Étoile » des étudiants le 11 novembre 1940. Il poursuit la Résistance dans les milieux universitaires.

Lors de la Libération, il devient journaliste à L'Humanité, dont il est le correspondant à Moscou durant trois ans. Entré à la rédaction de La Nouvelle Critique en 1952, il devient directeur de cette revue en 1967. Il le reste jusqu'en février 1980, date à laquelle la revue cesse de paraître. Il accompagne, dans le milieu des intellectuels, les avancées et les replis politiques du Parti communiste français[3]. C'est ainsi qu'en 1978 il cosigne le livre L'URSS et nous[4], qui semblait marquer une prise de distance vis-à-vis du « communisme version soviétique ».

Époux de Marie-Élisa Nordmann, il était père de trois enfants[1].

Bibliographie de Francis Cohen[modifier | modifier le code]

Auteur de nombreux articles dans La Nouvelle Critique, Francis Cohen a une production bibliographique restreinte et principalement tournée vers l'URSS et d'autres pays du « Bloc soviétique ». Ces écrits paraissent aux Éditions sociales, maison d'édition fondée par le PCF.

  • URSS en mouvement, 1963
  • Les Soviétiques, 1976
  • L'URSS et nous (en collaboration), 1978
  • Entretien avec Aczel[5], 1982

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Claude Willard, « Notice COHEN Francis », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr, Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, 25 octobre 2008, dernière modification le 26 septembre 2018.
  2. Cf. Jacques Varin, Jeunes comme JC, éditions sociales, Paris, 1975.
  3. Frédérique Matonti, Intellectuels communistes (Essai sur l'obéissance politique, La Nouvelle Critique, éditions La Découverte, Paris, 2005
  4. Alexandre Adler, Francis Cohen, Maurice Décaillot, Claude Frioux, Léon Robel : L'URSS et nous éditions sociales, Paris, 1978.
  5. Gyorgy Aczel était un ministre hongrois qui tentait de populariser l'ouverture (présumée) du régime "socialiste" de la Hongrie

Liens externes[modifier | modifier le code]