Francis Choisel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune, voir Choisel.
Francis Choisel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Alliance pour la souveraineté de la France
depuis
Bernard Chalumeau (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Directeur de thèse
Site web

Francis Choisel (né en 1955) est un historien et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Né le 10 avril[réf. souhaitée] 1955[1], Francis Choisel est docteur en histoire (1986)[2].

Spécialiste du Second Empire et du gaullisme, il est maître de conférences en histoire du XIXe siècle à la Faculté des lettres de l'Institut catholique de Paris[3].

Politique[modifier | modifier le code]

D'abord membre du Rassemblement pour la République (RPR), et vice-président puis secrétaire général du Club 89, il quitte ce dernier en 1997 pour cofonder l'Alliance pour la souveraineté de la France, dont il prend la tête[4]. Proche de Charles Pasqua[5], il rejoint aussi le Rassemblement pour la France (RPF) en 1999[4].

En 1999, il signe pour s'opposer à la guerre en Serbie la pétition « Les Européens veulent la paix »[6], initiée par le collectif Non à la guerre[7].

Thierry Choffat lui attribuera en 2001 la paternité du souverainisme en France[4].

Conseiller municipal (1983-1989), puis adjoint au maire de Boulogne-Billancourt (1989-1995), il est aussi conseiller général du canton de Boulogne-Billancourt-Sud (1994-2008). En 1997, il envisage un temps d'être candidat aux élections législatives dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine[8].

En 2004, il rédige un rapport d'audit et de conseil pour le compte du conseil général des Hauts-de-Seine[9].

Radio[modifier | modifier le code]

En , il succède à Philippe Conrad à la direction du Libre journal des historiens, diffusé une fois par mois sur Radio Courtoisie.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Bonapartisme et Gaullisme (thèse de doctorat en histoire remaniée), Paris, Albatros, , 379 p..
  • Avec Bernard Lhôte, Petit manuel souverainiste à usage d'antidote contre les boniments européens, Paris, François-Xavier de Guibert, , 100 p. (ISBN 2-86839-689-5).
  • La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour : chronologie, Paris, CNRS Éditions, coll. « Biblis » (no 108), , 663 p. (ISBN 978-2-271-08322-7).
  • Comprendre le gaullisme : à propos de quelques contresens sur la pensée et l'action du général de Gaulle, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », , 182 p. (ISBN 978-2-343-10280-1).

Autres publications[modifier | modifier le code]

Voir son CV.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF.
  2. Sous la dir. de Jean Tulard, Bonapartisme et Gaullisme (thèse de doctorat en histoire), Paris, université Paris-Sorbonne, , 546 p. (SUDOC 041267664).
  3. « Choisel Francis », sur icp.fr.
  4. a, b et c Christophe Le Dréau, « L’Alliance pour la souveraineté de la France et l’émergence du militantisme souverainiste (1997-2002) », Cahiers de l'IRICE, vol. 4, no 2,‎ , p. 129-146 (DOI 10.3917/lci.004.0129, lire en ligne).
  5. « Le Congrès a adopté sans passion la révision constitutionnelle », sur lemonde.fr, .
  6. « Liste des personnalités signataires de l'Appel », sur nonguerre.chez.com.
  7. Renaud Dély, « L'extrême droite ratisse large contre les frappes de l'Otan. Le «Collectif non à la guerre» a tenu une réunion proserbe hier soir », sur liberation.fr, .
  8. « La majorité sortante n'a pu éviter une quarantaine de primaires sauvages », sur lemonde.fr, .
  9. Investir dans la matière grise : pour un département pilote en matière de recherche et d'enseignement supérieur, Paris, conseil général des Hauts-de-Seine, , 285 p. (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]