Francis Bebey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bebey.
Francis Bebey
Naissance
Douala, Cameroun
Décès
Paris, France
Activité principale Poète, écrivain, chanteur, guitariste, humoriste

Francis Bebey, né le dans une famille pauvre du village Akwa à Douala capitale économique du Cameroun et mort le à Paris, est un artiste camerounais, musicien et écrivain. Il est le père, entre autres, de Kidi Bebey, journaliste et auteur. Ses parent lui donne le nom Bebey qui signifie en langue douala "les marées"; chez les douala les marées symbolisent ce qui ne passe pas, ce qui est éternel. Il est initie a la musique par son père qui est pasteur protestant et joue de l'harmonium et de l'accordéon , il grandit donc au son de la musique classique occidentale ( Bach , Haendel),tout en gardant une oreille attentive à l'écoute des musiques traditionnelles du terroir. Il découvre les musiques traditionnelles africaines en écoutant en cachette, Eya Mouessé , un voisin qui passe ses nuits à jouer de l'arc à bouche et de la harpe traditionnelle. Francis commence réellement la musique en jouant du Banjo dont le tout premier lui fut offert par son frère ainé, Marcel, qui fut en réalité celui qui l'éleva . IL s'initie par la suite à la guitare en 1947[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Francis Bebey fut tout d'abord journaliste de radio en Afrique et en France (à Radio-France Internationale), puis rattaché à l'UNESCO comme directeur du Programme de la Musique pour l'ensemble des États membres de l'organisation. Il écrit de nombreux ouvrages, dont le roman Le Fils d’Agatha Moundio qui lui valut le Grand prix littéraire d'Afrique noire en 1968[2].

En 1972, sort son premier album, Idiba. En 1974, il décide de se consacrer uniquement à la musique. Il se fait d'abord connaître avec des chansons humoristiques telles que Agatha, La Condition masculine, Divorce pygmée, Cousin Assini, Si les Gaulois avaient su…, et obtient le Prix de la chanson française décerné par la Sacem en 1977. Puis il chantera des compositions plus « sérieuses » et poétiques, en s'accompagnant souvent d'instruments traditionnels (arc à bouche, harpe traditionnelle, sanza, flûte pygmée, guitare, percussions…) de son pays d'origine.

Il se produit dans plus de 75 pays du monde, et dans des salles prestigieuses telles que la Maison de Radio-France à Paris, le Carnegie Hall à New York, la Radio Deutschland à Berlin, le Musée Munch à Oslo ou le Masonic Auditorium à San Francisco.

Il composera également la musique du long métrage Yaaba du réalisateur burkinabé Idrissa Ouedraogo, qui fut primé au Festival de Cannes en 1989[3]. Il a aussi composé le générique du film Sango Malo de Bassek Ba Kobhio.

Le 28 mai 2001, il décède à Paris d'une attaque cardiaque.

citations[modifier | modifier le code]

<<L'Afrique d'aujourd'hui est au carrefour de plusieurs cultures. Nous, Africains d'aujourd'hui nous le portons en nous. Nous sommes le dialogue Nord/Sud avant la lettre ! Qu'est-ce que tu veux ? Descartes, je connais. Mais Birago Diop aussi, et au-delà de Birago Diop, il y'a de vieux proverbes que j'ai la chance de connaître très bien. Si je ne dis l'un sans dire l'autre ,je n'ai donné qu'une partie de moi.>>[1]

<< je voulais à out prix que les Noirs d'Afrique prennent conscience de leur musique et de les non- Africains sachent aussi que nous existons à partir de là.si on ne connaît pas cette musique africaine , sa philosophie, son passé, son présent et son avenir sont compris dans ce qu'il exprime musicalement , musique d'écoute ou de danse.>>[1]

Hommage[modifier | modifier le code]

Francis Bebey a été honoré du Grand Prix de la Mémoire à l'édition 2013 des Grands prix des associations littéraires.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Arol Ketchiemen, les icônes de la musique camerounaise, douala, les éditions du Muntu, , 286 p. (ISBN 978-2-9562874-0-7, www.dulivrepourvivre), p. 111-112
  2. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [lire en ligne] [PDF], consulté le 14 avril 2016.
  3. (en) Yaaba sur l’Internet Movie Database.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Rose Abomo-Maurin, « Bebey, Francis », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, H. Champion, Paris, 2010, p. 44-47 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Francis Bebey, Le Ministre et le Griot, Sepia, Paris. 1992, 192 p.
  • Kidi Bebey (dir.), Francis Bebey : l'homme orchestre, L'Harmattan, Paris, 2002, 127 p. (ISBN 2-7475-2647-X) (numéro thématique de Africultures)
  • Kidi Bebey, Mon royaume pour une guitare, Michel Lafon, 2016, 319 p. (ISBN 978-2749927800) (roman inspiré de l'histoire familiale)
  • Dominique Hoyet, Francis Bebey : écrivain et musicien camerounais : textes présentés et commentés, Fernand Nathan, Paris, 1979, 79 p.
  • Pierre-Eugène Kamdem, L'interventionnisme auctoriel dans l'œuvre romanesque de Francis Bebey : étude stylistique et analyse du discours, Université de Franche-Comté, Besançon, 2006, 404 p. (thèse de Sciences du langage)
  • David Ndachi Tagne, Francis Bebey, L'Harmattan, Paris, 1993, 152 p. (ISBN 2-7384-1810-4)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Soirée hommage à Francis Bebey : spectacle enregistré au Théâtre de verdure le 5 juillet 2012 (avec Patrick Bebey, Pilooski, Viktor Kisswell, musiciens), musée du quai Branly, Paris, 2012, h 14 min (CD).
  • Francis Bebey, Psychedelic Sanza 1982-1984 (CD 11 titres, Born Bad Records).

Liens externes[modifier | modifier le code]