Francheville (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Francheville.
Francheville
L'hippodrome de Francheville.
L'hippodrome de Francheville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Canton de Breteuil
Intercommunalité Communauté de communes Normandie Sud Eure
Statut Commune déléguée
Maire délégué José Haas
2017-2020
Code postal 27160
Code commune 27265
Démographie
Gentilé Franchevillais
Population 1 276 hab. (2014)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 19″ nord, 0° 51′ 03″ est
Altitude Min. 173 m – Max. 197 m
Superficie 24,03 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Verneuil d'Avre et d'Iton
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Francheville

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Francheville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Francheville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Francheville

Francheville est une ancienne commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Francheville[1]
Les Baux-de-Breteuil (par un angle) Bémécourt La Guéroulde
Chéronvilliers, Bourth Francheville[1] Cintray
Mandres Verneuil d'Avre et d'Iton (comm. dél. de Verneuil-sur-Avre)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Franchevilla au XVIe siècle. « Village jouissant de franchises » [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Peuplement d'origine[modifier | modifier le code]

Les Aulerques, tribu celtique, suivirent la route qui emprunte les zones de bonnes terres à travers la Belgique, la Picardie, jusqu'à la Beauce et la Brie. Dans leur marche vers le Sud-Ouest, ils s'engagèrent donc dans la grande voie naturelle du nord aux Pyrénées, par Amiens et Rouen, en empruntant les plateaux de l'Eure. C'est en suivant ce parcours que les Aulerques rencontrèrent le massif percheron. Cet accident du sol constitua pour eux une forteresse naturelle où ils s'arrêtèrent.

Après s'être fortement établis sur le massif percheron, couvert de forêts et recelant les sources divines de nombreux cours d'eau, ils rayonnèrent dans les plaines environnantes en suivant le cours des rivières, en particulier de l'Eure, ou mieux celui de son affluent l'Iton.

Les Celtes de la région d'Evreux sont connus sous le noms d'Aulerques Eburovices.

L'ère gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Lorsque la Gaulle eut été conquise et réduite en province romaine, César ne bouleversa pas la répartition et le caractère ethnique des peuplades gauloises. Chaque nation constitua une républica. C'est-à-dire que le territoire habité par les Aulerques Eburovices, composé de la campagne du Neubourg, de la plaine de Saint-André, de l'île de Grâce et d'Ouche, forma une civitas qui garda pour chef-lieu Mediolanum Aulercum, l'actuelle Évreux.

L'aristocratie des Aulerques adopta progressivement les modes de vie et de pensée des Romains, au point d'en oublier la langue celtique. Sa romanisation lui permit d'acquérir de hautes fonctions dans l'administration romaine et de suppléer ainsi l'autorité des vainqueurs, de limiter l'apport de notables et de colons étrangers.

Saxons, Francs, Scandinaves et Vikings[modifier | modifier le code]

Bien que pas mal d'imprécision subsiste à leur sujet, leur présence est attestée. Cependant, on ne trouve, dans les documents anciens, aucune trace d'une implantation importante de leur part en pays d'Ouche.

Rollon, duc de Normandie[modifier | modifier le code]

La Normandie est née en 911 de la concession faite par le roi Charles le Simple au Viking Rollon de terres situées sur l'embouchure de la Seine, avec la ville de Rouen comme capitale.

Entre 911 et 933, Rollon et son fils Guillaume Longue Epée ont étendu leur pouvoir sur l'ensemble des pays de l'ancienne province ecclésiastique de Rouen, constituant dans ses frontières presque définitives une des plus puissantes principautés du royaume de France, largement ouverte encore sur le monde nordique.

Entre 923 et 936, grâce à un changement d'alliance en faveur du roi Raoul, ils obtiennent un agrandissement de leur territoire. Ils reçoivent alors, entre Seine et Eure, de ce fait le pays d'Avre et d'Iton qui vient accroître le duché de Normandie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   José Haas PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 276 habitants, en augmentation de 3,91 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 494 1 570 1 679 1 659 1 693 1 832 1 788 1 789 1 734
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 766 1 694 1 708 1 695 1 631 1 685 1 610 1 531 1 439
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 343 1 349 1 378 1 180 1 173 1 089 1 038 1 052 1 023
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
984 868 826 836 947 1 151 1 223 1 228 1 276
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Musée de la ferronnerie
  • Église Saint-Martin
  • Chapelle Malicorne
  • Château d'eau du Pont-Thibout décoré d'une fresque

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :