Francesco Saverio Borrelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borrelli.
Francesco Saverio Borrelli
Francesco Saverio Borrelli.jpg
Francesco Saverio Borrelli en 1993.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Francesco Saverio Borrelli (né à Naples le et mort à Milan le ) est un magistrat italien, chef du pool Mani Pulite de Milan[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Francesco Saverio Borrelli est né à Naples le est entré dans la magistrature en 1955 et presque toute sa carrière s'est déroulée au tribunal de Milan, jusqu'à son discours de procureur général de la Cour d'appel en 2002, qui s'est terminé par un appel pour l'indépendance du pouvoir judiciaire:

Resistere, resistere, resistere, come sulla linea del Piave

« Résister, résister, résister comme sur la ligne du Piave »

[1].

Il doit sa renommée à la période pendant laquelle il a dirigé le pool Mani pulite (mains propres) de 1992 à 1999 et diligenta une série d'enquêtes judiciaires visant des personnalités du monde politique et économique italien. Ces enquêtes mirent au jour un système de corruption et de financement illicite des partis politiques surnommé Tangentopoli. De 1999 à 2002, date de sa retraite, il a été procureur général de la Cour d'appel de Milan.

Après sa carrière de magistrat, Borrelli est nommé à la tête de l'office d'investigation de la FIGC en 2006, nommé par le commissaire extraordinaire Guido Rossi révélant le scandale Calciopoli un scandale sportivo-financier secouant en 2006 le football professionnel italien (première et seconde division)[2].

Parallèlement à sa carrière de magistrat, il a cultivé un intérêt pour l'opéra avec une présence permanente à la Scala de Milan. Il a été nommé président du Conservatoire de Milan en 2007[1].

Francesco Saverio Borrelli est mort le à l'Hospice Floriani de l'Istituto dei Tumori de Milan où il était hospitalisé[1].

Distinction[modifier | modifier le code]

ITA OMRI 2001 GC BAR.svg : Chevalier grand-croix de l'ordre du Mérite de la République italienne le [3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (it) Corruzione e giustizia. Mani pulite (1992-1998) nelle parole del procuratore Francesco Saverio Borrelli, a cura di Corrado De Cesare, Milan, Kaos, 1999. (ISBN 88-7953-082-8).
  • (it) Antonio Tabucchi e un dialogo con Francesco Saverio Borrelli, Rome, Gruppo Editoriale L'Espresso, 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (it) Oriana Liso, « Morto Francesco Saverio Borrelli, il capo del pool Mani Pulite di Milano », sur Repubblica.it, Repubblica, (consulté le 20 juillet 2019).
  2. (it) « È morto Saverio Borrelli: "Mani Pulite" e Calciopoli le sue grandi inchieste », sur La Gazzetta dello Sport - Tutto il rosa della vita (consulté le 20 juillet 2019).
  3. (it) Segretariato generale della Presidenza della Repubblica - Servizio sistemi informatici, « Le onorificenze della Repubblica Italiana », sur quirinale.it (consulté le 20 juillet 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]