Francesco Nasini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fresques à Grosseto
Crucifixion à Roccalbegna
Martyre de San Bartolomeo à Abbadia San Salvatore

Francesco Nasini (Piancastagnaio, dans la province de Sienne en Toscane 1611 ou 1621 - Castel del Piano, 1695) est un peintre italien du XVIIe siècle qui se situe entre maniérisme et baroque de l'école florentine décadente[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Francesco Nasini est le fondateur, avec son frère Antonio Annibale, de la dynastie des peintres siennois Nasini. Son fils, Giuseppe Nicola, est un peintre plus connu.

Francesco Nasini a été surtout actif en région amiatine.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Fresques de la chapelle Sant'Antonio de l'église San Francesco, Grosseto
  • Retables Notre Dame du Rosaire et Mystères du Rosaire, basilica di San Giovanni Battista, Grotte di Castro
  • Visitation et Mystères du Rosaire, fondation Monte dei Paschi di Siena, Sienne
  • Saints, fresques de l'église de la Miséricorde, Arcidosso
  • Sacra Famiglia, chiesa dei SS. Giusto e Clemente, Castelnuovo Berardenga
  • Madonna con i Santi Cristoforo e Giacomo, Chiesa dei SS. Pietro e Paolo, Roccalbegna
  • Saints, tableau ovale de la Chiesa della Madonna della Neve (Santa Fiora)
  • Museo di Roccalbegna (oratorio del Santissimo Crocifisso) Roccalbegna :
    • Sant'Antonio da Padova col Bambin Gesù,
    • San Nicola di Bari con l'Angelo
    • Madonna col Bambino.
  • Castel del Piano :
    • Madonna del Carmine et Madonna Ginanneschi, Chiesa della Madonna delle Grazie, Castel del Piano
    • Verifica della vera croce, Chiesa del SS. Sacramento
    • Lo sposalizio della Vergine (1664), Chiesa di San Giuseppe
  • Abbaye San Salvatore à Abbadia San Salvatore :
    • Martyre de San Bartolomeo,
    • Vie de la Vierge (1653-1659),
    • La Légende du roi Ratchis (1652-1653),
    • Nativité et Fuite et retour d'Égypte de la chapelle de la crèche,
    • Fresques du presbytère avec son frère Antonio Annibale

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Enzo Carli : « Le XVIIIe siècle apparaît nettement comme une phase de décadence, avec les décorateurs superficiels que furent les Nasini, ... »

Liens externes[modifier | modifier le code]