Francesco Guccini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guccini.
Francesco Guccini
Francesco Guccini 1.jpg
Francesco Guccini en 2006.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
ModèneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Label
Genre artistique
Site web
Distinction

Francesco Guccini (né le à Modène, en Émilie-Romagne) est un auteur-compositeur-interprète italien considéré comme l'un des plus importants cantautori. Au cours des cinq décennies de sa carrière musicale, il a enregistré 16 albums et collections en studio et 6 albums live. Il est aussi écrivain, ayant publié des romans autobiographiques et des romans noirs, ainsi que comique. Guccini a également travaillé comme acteur, compositeur de bandes sonores, lexicographe et dialectologue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francesco Guccini né à Modène le s'installe à Pàvana pendant la Seconde Guerre mondiale, puis revient dans sa ville natale où il passe son adolescence et établit sa carrière musicale[1]. Son premier album, Folk beat n. 1, sort en 1967[2], mais le premier succès est en 1972 avec l'album Radici. Critiqué après la sortie de Stanze di vita quotidiana il a répondu à ses critiques avec la chanson L'avvelenata[3]. La production de ses albums studio a ralenti dans les années 1990 et 2000, mais ses concerts live ont continué[4].

Ses textes ont été loués pour leur valeur poétique et littéraire et ont été utilisés dans les écoles de poésie moderne. Guccini a gagné l'appréciation des critiques et des fans, qui le considèrent comme une figure emblématique[5]. Il a reçu plusieurs prix pour ses travaux ; un astéroïde, une espèce de cactus et une sous-espèce de papillon ont été baptisés de son nom. L'instrument principal de la plupart de ses chansons est la guitare acoustique[6].

Personnage placé à gauche sur l'échiquier politique, bien que n'étant pas communiste, Guccini a traité des questions politiques et plus généralement du climat politique de son époque dans certaines chansons[7], comme La Locomotiva ou Eskimo[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Folk beat n. 1, 1967 (album qui contient la chanson Auschwitz)
  • Due anni dopo, 1970
  • L'isola non trovata, 1970
  • Radici, 1972
  • Opera buffa, 1973
  • Stanze di vita quotidiana, 1974
  • Via Paolo Fabbri 43, 1976
  • Amerigo, 1978
  • Álbum concerto, 1979 live (avec Nomadi)
  • Metropolis, 1981
  • Guccini, 1983
  • Fra la via Emilia e il west, 1984
  • Signora Bovary, 1987
  • ...quasi come Dumas..., 1989 live
  • Quello che non..., 1990
  • Parnassius Guccinii, 1993
  • D'amore di morte e di altre sciocchezze, 1996
  • Guccini live collection, 1998 live
  • Stagioni, 2000
  • Guccini live at RTSI, 2001 live
  • Ritratti, 2004
  • Sette veli intorno al re, 2004, pour enfants (avec Franco Battiato et Francesco De Gregori)
  • Anfiteatro live, 2005
  • Guccini Platinum Collection, 2006
  • Storie di altre storie, 2010
  • L'ultima Thule, 2012.

Musiques de films[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Liste en exhaustive
  • Croniche Epifaniche, Feltrinelli, 1989,
  • Vacca d'un cane, Feltrinelli, 1993,
  • Racconti d'inverno, avec Giorgio Celli et Valerio Massimo Manfredi, Mondadori, 1994,
  • La legge del bar e altre storie, Comix, 1996.
  • Macaronì, avec Loriano Macchiavelli, Mondadori, 1997, (roman de genre noir).
  • Un disco dei Platters,avec Loriano Macchiavelli, Mondadori, 1998 (roman de genre noir).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Brunetto Salvarani / Odoardo Semellini: Di questa cosa che chiami vita. Il mondo di Francesco Guccini. Il Margine, Trente 2007, ISBN 978-88-6089-018-4.
  • (it) Silvano Bonaiuti mit Maria Rosa Prandi: Scusi, è questo il mulino dei Guccini? L’arcobaleno, Porretta Terme 2007, ISBN 978-88-903017-0-4.
  • (it) Annalisa Corradi: Francesco Guccini. Le cose più belle. [Ritagli di parole, ricordi, immagini e provocazioni]. Aliberti, Reggio Emilia 2008, ISBN 978-88-7424-139-2.
  • (it) Claudio Bernieri: Non sparate sul cantautore, II, Padri, padroni, leader carismatici. I cantautori delle scuole di Bologna, Milano, Roma. Mazzotta, Milan, 1978, ISBN 88-202-0227-1.
  • (it) Michele Straniero (Hrsg.): Canzoni di Francesco Guccini. Lato Side, Milan, 1979.
  • (it) Vincenzo Mollica (Hrsg.): Francesco Guccini. Lato Side, Milan 1981.
  • (it) Massimo Bernardini: Guccini. F. Muzzio, Padoue 1987, ISBN 88-7021-429-X.
  • (it) Anna Caterina Bellati (Hrsg.): Francesco Guccini. Dietro a frasi di canzoni. C. Lombardi, Milan 1993, ISBN 88-7799-033-3.
  • (it) Catherine Danielopol: Francesco Guccini. Burattinaio di parole. Clueb, Bologne 2001, ISBN 88-491-1646-2.
  • (it) Paolo Jachia: Francesco Guccini. 40 anni di storie, romanzi, canzoni. Editori Riuniti, Rome, 2002, ISBN 88-359-5306-5.
  • (it) Roberto Festi / Odoardo Semellini (Hrsg.): Francesco Guccini: stagioni di vita quotidiana. Comune, Carpi 2003.
  • (it) Andrea Sanfilippo: Francesco Guccini. Storie di vita quotidiana. Un’autobiografia poetica. Bastogi, Foggia, 2004, ISBN 88-8185-632-8.
  • Gian Carlo Padula: Dio non è morto. L’altro volto di Francesco Guccini. Bastogi, Foggia, 2007, ISBN 978-88-8185-972-6.
  • (it) Angela Barwig: Francesco Guccini und die Entwicklung des italienischen Autorenliedes. LIT Verlag, Münster, 2008.
  • (it) Gemma Nocera: Le parole di Francesco Guccini. Romanzi, poesie, storie e ballate nelle canzoni di un poeta cantautore. G. Zedde, Turin 2009, ISBN 978-88-88849-40-9.
  • (it) Gianluca Veltri: Francesco Guccini. Fiero del mio sognare. Arcana, Rome, 2010, ISBN 978-88-6231-116-8.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Guccini Francesco: Biography », sur web.archive.org (consulté le 19 août 2018).
  2. (it) « Recensione: Francesco Guccini - Folk Beat N.1 - storiadellamusica.it », sur storiadellamusica.it (consulté le 19 août 2018).
  3. (it) Giovanni Flamini, « L'Avvelenata di Guccini, storia di uno sfogo », sur icompany.it (consulté le 19 août 2018).
  4. (it) « La Brigata Lolli », sur bielle.org (consulté le 19 août 2018).
  5. (it) « I 70 anni di Guccini Esce un libro-mappa delle sue opere - Cultura - quotidiano.net », sur .quotidiano.net, (consulté le 19 août 2018).
  6. (it) « Francesco Guccini: «Se prendi una chitarra, la gente si raduna» », sur Onstage, (consulté le 19 août 2018).
  7. (it) Antonio Lodetti, « Ecco perché Guccini suona bene anche a destra », sur ilGiornale.it, (consulté le 19 août 2018).
  8. (it) Andrea Laffranchi, inviato a Bologna, « Francesco Guccini: «Non sono un cantautore politico» », sur Corriere della Sera, (consulté le 19 août 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :