Francesco Feo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un compositeur image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un compositeur italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.

Francesco Feo (né à Naples, alors capitale du royaume de Naples, en 1691 – mort le dans la même ville) est un compositeur italien du xviiie siècle. Gian Francesco de Majo était son petit-neveu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 3 septembre 1704, il a été admis au Conservatoire de la Pietà dei Turchini à Naples, où il a été élève d'Andrea Basso, second maître de l'institut, et plus tard de Nicola Fago. Parmi les autres compagnons d'étude, il avait Leonardo Leo et Giuseppe de Majo.

Après avoir quitté le Conservatoire en 1712, le 18 janvier 1713, il fait ses débuts comme compositeur d'opéra au Teatro San Bartolomeo avec L'amor tirannico ossia Zenobia sur un livret de Domenico Lalli et pendant le carnaval de l'année suivante, il a présenté le drame sacré Il martirio di Santa Caterina. Dans les années suivantes, il a obtenu plusieurs prix pour ses nombreuses œuvres sacrées et les différents airs et récitatifs qu'il a composés pour les œuvres d'autres compositeurs. En 1719, c'est la comédie La forza della virtù et en 1720 l'opera seria Teuzzone, mais son premier grand succès était avec Siface re di Numidia, donné à San Bartolomeo en mai 1723, qui a été le premier livret d'opéra écrit par le jeune Pietro Metastasio.

La même année, il a été nommé premier professeur au Conservatoire de Sant'Onofrio a Porta Capuana, succédant à Nicola Grillo. Pendant les seize ans d'enseignement dans cette institution, il est devenu l'un des plus grands maîtres napolitains de son temps. Pour son enseignement, il a été assisté par Ignazio Prota et parmi ses élèves, on trouve Nicola Sabatino, Niccolò Jommelli et Gennaro Manna (son neveu).

En 1739, il a laissé la direction de Onofrio à Leonardo Leo pour devenir primo maestro du Conservatoire dei Poveri di Gesù Cristo. Dans cette école, assisté par Alfonso Caggi d'abord et Girolamo Abos puis, il a servi jusqu'en 1743, lorsque le conservatoire a été fermé. Parmi ses élèves, on se souvient en particulier de Giacomo Insanguine.

Il a décidé de se retirer de l'enseignement et de se consacrer exclusivement à composer de la musique sacrée. Cependant, il a continué à servir dans des églises napolitaines, comme ©, dont il était maître de chapelle à partir de 1726.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opéras
  • L'amor tirannico, ossia Zenobia (1713)
  • Lucio Papirio (1717)
  • La forza della virtù (1719)
  • Teuzzone (1720)
  • Siface, re di Numidia (1723)
  • Morano e Rosina (1723)
  • Don Chisciotte della Mancia (1726)
  • Coriando lo speciale (1726)
  • Ipermestra (1728)
  • Arianna (1728)
  • Tamese (1729)
  • Il vedovo (1729)
  • Andromaca (1730)
  • L'Issipile (1733)
  • Oreste (1738)
  • Polinice (1738)
  • Arsace (1740)
Musique sacrée
  • Passio secundum Joannem
  • Mass. Confitebor a 5

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :