Francesco Araja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Francesco Araja
Description de l'image Francesco Araja.jpg.

Naissance
Naples
Décès entre 1762 et 1770
Probablement à Bologne
Activité principale Compositeur
Style Musique baroque
Lieux d'activité Naples, Milan, Saint-Pétersbourg

Œuvres principales

Lo matremmonejo pe’ mennetta
La forza dell’amore e dell’odio
Céphale et Procris

Francesco Araja (Araia) est un compositeur italien né le à Naples et mort entre 1762 et 1770 vraisemblablement à Bologne. Auteur prolifique d’opéra, il joue un rôle important dans l’émergence du théâtre musical en Russie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Araja débute en 1729 avec la commedia per musica Lo matremmonejo pe’ mennetta crée à Naples. Par la suite ses opéras sont tous des opera seria, dont La forza dell’amore e dell’odio mis en scène en 1734 à Milan. L’année suivante ce même opéra est présenté à Saint-Pétersbourg où le compositeur est invité pour devenir maître de chapelle de la cour. Profitant de la bienveillance des impératrices Anne et Élisabeth ainsi que de l’empereur Pierre III Araja travaille en Russie jusqu’à la mort de ce dernier et retourne en Italie en 1762. Ses dernières années sont peu documentées.

Parmi les dix opéras écrits par Araja pour la scène péterbourgeoise, on lui doit le premier sur le livret original (et non traduit) en russe, Céphale et Procris (1755) dont le texte est écrit par le célèbre poète Alexandre Soumarokov. Ce spectacle marque le début de l’opéra russe.

Francesco Araja est le premier compositeur d’une longue série d'Italiens qui ont travaillé en Russie : ses successeurs sont Baldassare Galuppi, Tommaso Traetta, Domenico Cimarosa, Giuseppe Sarti et d’autres compositeurs.

Peu connue pendant des décennies, sa musique est remise au goût du jour au début du XXIe siècle : en 2001 Céphale et Procris est mis en scène au théâtre Mariinsky[1] et Cecilia Bartoli enregistre les airs d’Araja dans ses albums Sacrificium[2] et St. Petersburg[3].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]