Frances Harper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frances Harper
Fewharper.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Genre artistique
Distinctions
Maryland Women's Hall of Fame (en)
Ohio Women's Hall of Fame (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Iola Leroy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Frances Ellen Watkins Harper () était une abolitionniste afro-américaine, suffragiste, poète et auteure. Elle était également active sur d'autres sujets de réforme sociale et a été membre de l'Union chrétienne des femmes pour la tempérance, groupe qui préconise la montée en puissance du rôle du gouvernement fédéral dans la réforme progressiste.

Née libre à Baltimore, dans le Maryland, elle a eu une longue carrière prolifique depuis la publication de son premier recueil de poésie à l'âge de 20 ans jusqu'au succès de son roman Iola Leroy, à l'âge de 67 ans. En 1850, elle est devenue la première femme à enseigner la couture au Union Seminary. En 1851, aux côtés de William Encore, le président de la Pennsylvania Abolition Society, elle a aidé les esclaves en fuite le long du chemin de Fer clandestin vers le Canada. Elle a commencé sa carrière de conférencière et militante politique après son adhésion à l'American Anti-Slavery Society en 1853.

Poems on Miscellaneous Subjects (1854) est devenu son plus grand succès commercial. Sa nouvelle Two Offers a été publiée dans l'Anglo-African en 1859. Elle a publié Sketches of Southern Life en 1872. Cet ouvrage décrit son voyage dans le Sud des États-Unis et ses rencontres avec des esclaves récemment libérés. Dans ces poèmes, elle a relaté les difficiles conditions de vie de la plupart d'entre eux. Après la Guerre de Sécession, elle a continué à lutter pour les droits des femmes, des afro-Américains, et pour de nombreuses autres causes sociales.

Harper a aidé plusieurs organisations progressistes en y occupant parfois de hautes responsabilités. En 1883, elle devint surintendante de la Colored Section of the Philadelphia and Pennsylvania Women's Christian Temperance Union. En 1894, elle a contribué à fonder la National Association of Colored Women's Club et a servi comme vice-présidente. Harper est décédée le 25 février 1911, neuf ans avant l'obtention du droit de vote des femmes aux États-Unis. Ses funérailles ont été célébrées à l'American Unitarian Association sur Chestnut Street à Philadelphie. Elle a été enterrée dans l'Eden Cemetery, à côté de sa fille, morte deux ans auparavant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années [modifier | modifier le code]

Née à Baltimore, dans le Maryland, Frances Ellen Watkins Harper est l'enfant unique de deux parents libres[1]. En 1828, alors qu'elle a 3 ans, sa mère décède et Harper devient orpheline. C'est sa tante maternelle et son oncle, William Watkins, militant des droits civiques, qui l'élèvent. Ce dernier a une influence majeure sur sa vie et son travail[2],[3]. Harper est élève à l'Academy for Negro Youth, elle trouve ensuite à 14 ans du travail comme couturière.

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Harper publie son premier volume de vers, Forest Leaves, en 1845 à 20 ans. Son deuxième recueil, Poems on Miscellaneous Subjects (1854), est extrêmement populaire. Dans les années qui suivent, il est réimprimé de nombreuses fois. En 1859, sa nouvelle The Two Offers, est publiée dans l'Anglo-African Magazine, faisant d'elle la première femme noire à publier une nouvelle[4]. Elle continue ensuite de publier de la poésie et des nouvelles. 

Trois de ses romans paraissent en feuilleton dans un magazine chrétien de 1868 à 1888, mais Harper est plus connue pour ce qui a longtemps été considéré comme son premier roman, Iola Leroy or Shadows Uplifted (1892), livre publié alors qu'elle a 67 ans. S'il a été par le passé considéré comme Le premier roman écrit par une afro-Américaine (des découvertes de textes antérieurs dans les œuvres d'Harriet E. Wilson et de William Wells Brown ont contredit cette réputation), il reste l'un des tout premiers ouvrages de ce type. Tout en utilisant les conventions de l'époque, Harper traite de graves problèmes sociaux, y compris l'éducation des femmes, le passing, le métissage, l'abolition, la reconstruction, la ligue de tempérance et la responsabilité sociale.

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 1850, Harper déménage dans l'Ohio et y devient la première femme professeure à l'Union Seminary, établi par la Conférence de l'Ohio de l'Église Épiscopale Méthodiste Africaine. L'Union Seminary est ensuite fermé en 1863 quand l'Église Épiscopale Méthodiste Africaine choisit d'investir ses fond dans l'achat de l'Université Wilberforce, la première université entièrement gérée par des noirs. L'école de Wilberforce est dirigée par le révérend John Mifflin Brun, qui devient plus tard évêque de l'AME de l'Église Épiscopale Méthodiste Africaine[5].

En 1853, Harper rejoint l'American Anti-Slavery Society et entreprend une tournée de conférences pour le groupe. En 1854, Watkins livre son premier discours anti-esclavage : "Education and the Elevation of Colored Race". Le succès de ce discours abouti à deux ans de tournée de conférences dans le Maine pour l'Anti-Slavery Society. Harper continue ensuite de voyager et de tenir des conférences dans l'Est et le Midwest de 1856 à 1860.

Engagements[modifier | modifier le code]

Mme F. E. W. Harper, 1902.

Frances Watkins Harper a été une fervente partisane de l'abolition, de la prohibition et du Droit de vote des femmes, des causes progressiste connectées les unes aux autres avant et après la Guerre Civile Américaine[6] Elle a également été active dans le courant unitarien, qui a soutenu l'abolitionnisme. Elle montre par exemple son soutien à la cause abolitionniste en écrivant à l'abolitionniste John Brown : "je vous remercie pour le courage que vous avez eu de tendre la main à ceux de ma race qui ont été écrasés et détruits ; j'espère que de ce triste sort naitra un grand bien qui puisse venir aider la cause de la Liberté." . [7]. Elle a souvent lu ses poèmes lors des réunions publiques, y compris le très populaire "Bury Me in a Free Land".

En 1858, Harper refuse d'abandonner son siège et d'aller s'asseoir dans la section réservée aux Noirs d'un trolley à Philadelphie (100 ans avant Rosa Parks) et écrit un de ses plus célèbres poèmes, "Bury Me in a Free Land", quand elle tombe malade en pleine tournée de conférences. Sa nouvelle The Two Offers est la première nouvelle à avoir été publiée par une femme Noire.

En 1866, Harper donne un discours émouvant devant la National Women's Rights Convention, exigeant l'égalité de droits pour tous, y compris les femmes noires. Au cours de la Reconstruction, elle travaille dans le Sud des États-Unis et rédige un rapport sur les conditions de vie des affranchis. Cette expérience inspire ses poèmes publiés dans Sketches Of Southern Life (1872). Elle utilise la figure d'une ex-esclave, appelée Tante Chloé, en tant que narrateur dans plusieurs de ses écrits.

Harper est active au sein des associations pour la défense des Noirs, qui à l'époque se multiplient, et en vient à penser que les réformateurs noirs doivent être capable de fixer leurs propres priorités. De 1883 à 1890, elle aide à organiser des événements et des programmes pour la National woman's Christian Temperance Union. Elle travaille avec certains des premiers membres de la WCTU, car "c'était la plus importante organisation féminine à pousser pour l'expansion du pouvoir fédéral."[8] "Les militants comme Harper et Willard font campagne, non seulement pour l'égalité raciale et sexuelle, mais aussi pour une nouvelle compréhension de la responsabilité du gouvernement fédéral dans la protection des droits, la réglementation de la morale, et la promotion du bien-être social". Harper était une amie et une mentor pour beaucoup d'autres écrivaines et journalistes afro-américaines, y compris Marie Shadd Cary, Ida B. Wells, Victoria Earle Matthews, et Kate D. Chapman[9].

Harper a été déçue lorsque Willard a donné la priorité aux préoccupations des femmes blanches, plutôt que de soutenir l'objectif des femmes noires de gagner le soutien fédéral en ce qui concerne la loi de l'anti-lynchage, la défense des droits des noirs, ou l'abolition de l'exploitation carcérale (en). En collaboration avec Marie de l'Église Terrell, Harper aide à organiser la National Association of Colored Women's Clubs en 1894, et en est élue vice-présidente en 1897.

Frances Harper est décédée le 25 février 1911.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Forest Leaves, 1845
  • Poems on Miscellaneous Subjects, 1854
  • The Two Offers, 1859
  • Moses: A Story of the Nile, 1869
  • Sketches of Southern Life, 1872
  • Light Beyond the Darkness, 1890
  • The Martyr of Alabama and Other Poems, 1894
  • Iola Leroy, or Shadows Uplifted, roman, 1892
  • Idylls of the Bible, 1901
  • In Memoriam, Wm. McKinley, 1901
  • Free Labor

En outre, trois de ses romans ont été publiés à l'origine sous forme de feuilletons dans le Christian Recorder entre 1868 et 1888[10] :

  • Minnie's Sacrifice
  • Sowing and Reaping
  • Trial and Triumph

Postérité[modifier | modifier le code]

  • De nombreux clubs de femmes afro-américaines à travers les États-Unis, comme les F. E. W. Harper Ligues et des Frances E. Harper women's Christian Temperance Syndicats, ont prospéré au fil du vingtième siècle dans des villes comme Saint-Louis, Saint-Paul, et à Pittsburgh[11].
  • Un dortoir porte son nom et celui Harriet Tubman dans la Morgan State University à Baltimore, dans le Maryland, il est communément appelé Harper-Tubman, ou tout simplement Harper.

Notes & références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Margaret Busby, « Frances Ellen Watkins Harper », dans Daughters of Africa, 1992,, p. 81
  2. [(en) Hollis Robbins, « "Introduction », dans Iola Leroy, or, Shadows Uplifted,, Penguin Classics,
  3. « Frances Ellen Watkins », University of Minnesota (consulté le 26 avril 2014)
  4. Biography.com Editors, « Frances E.W. Harper Biography », sur The Biography.com website, A&E Television Networks (consulté le 12 février 2016)
  5. « Editorial: The Late Bishop John M. Brown », African Methodist Episcopal Church Review, vol. 10, no 1,‎ (lire en ligne)
  6. Hine, C. D., C. W. Hine, & S. Harrold (2011). The African American Odyssey. Saddle River, NJ: Pearson.
  7. Ellen Carol DuBois et Lynn Dumenil, Through Women's Eyes: An American History with Documents, Boston, MA, 3rd, (ISBN 978-0-312-67603-2), p. 282
  8. Corinne T. Field, "'Articulating Rights: Nineteenth-Century American Women on Race, Reform, and the State' (review)", The Journal of the Civil War Era, Volume 2, Number 3, September 2012, pp. 465-467 | 10.1353/cwe.2012.0065, accessed 29 September 2014.
  9. Foster, Frances Smith, Frances Ellen Watkins Harper (1825-1911) in Cognard-Black, Jennifer, and Elizabeth MacLeod Walls, eds. Kindred Hands: Letters on Writing by British and American Women Authors, 1865-1935. University of Iowa Press, 2006. p43
  10. Frances Smith Foster, ed., Minnie's Sacrifice, Sowing and Reaping, Trial and Triumph: Three Rediscovered Novels by Frances E. W. Harper, 1994
  11. Henry Louis Gates et Nellie Y. McKay, The Norton Anthology of African American Literature, W. W. Norton & Company, (ISBN 978-0-393-04001-2), p. 491

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale d’Australie • Base de bibliothèque norvégienne • WorldCat