France I (voilier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la mer image illustrant un bateau ou un navire
Cet article est une ébauche concernant la mer et un bateau ou un navire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir France (homonymie), section Navires.
France I
Image illustrative de l'article France I (voilier)

Gréement cinq-mâts barque
Histoire
Chantier naval D. & W. Henderson & Son, Partick Glasgow
Lancement 1890
Équipage
Équipage 45 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 133 m
Longueur de coque 126 m
Maître-bau 14,83 m
Tirant d'eau 6,50 m
Déplacement 8,800 t
Voilure 4 550 m² (40 voiles)
Vitesse 17 nœuds sous voile
Carrière
Armateur Antoine-Dominique Bordes & Fils - Dunkerque
Port d'attache Dunkerque - France

Le France I est l'un des plus grands cinq-mâts barques, à coque et mâts d'acier, de son temps. Il a été construit en 1890 par le chantier écossais D. & W. Henderson & Son de Partick, près de Glasgow, pour l'armement Bordes et fils[1] de Dunkerque, la première flotte française de voiliers-cargos cap-horniers et la deuxième mondiale à cette époque.


Histoire[modifier | modifier le code]

Le France I, gravure d'après un tableau de Lüder Arenhold (1891).

Le France I servait à la compagnie dunkerquoise comme cargo entre l'Europe et le Chili. Lors de son premier voyage, il a transporté 5 000 tonnes de charbon à Iquique au Chili pour recharger 5 500 tonnes de nitrate. Grâce à ses quatre grues à vapeur le déchargement et le rechargement n'ont duré que onze jours.

Ce cinq-mâts très bon marcheur a fait sa plus rapide traversée en 1898 en ralliant le Chili depuis le cap de Prawle Point (près de Salcombe, Angleterre) en seulement 63 jours. Il a par la suite effectué trois voyages sur la même route (pour Iquique ou Valparaíso) en prenant moins de 80 jours à l'aller comme au retour.

Le 27 janvier 1897, alors qu'il était à l'ancre devant la pointe de Dungeness, par nuit claire, le France I est abordé par le croiseur britannique HMS Blenheim[2]. Celui-ci avait vu les feux de proue et de poupe du navire français mais, croyant qu'ils appartenaient à deux embarcations de pêche différentes, a cru pouvoir passer entre celles-ci. Il a tenté de s'écarter au dernier moment mais a heurté le cinq-mâts français, lui infligeant des dommages substantiels. Le tribunal de l'Amirauté britannique a fait porter l'entière responsabilité de la collision au France I, estimant que la disposition de ses feux était seule en cause[3]. Une décision que l'armement Bordes n'a jamais acceptée mais à laquelle il a bien dû se plier.

En 1901, lors d'une traversée vers Valparaíso le France I subit au large du Brésil un violent coup de pampero qui déséquilibre sa cargaison de charbon en provoquant une gîte irrattrapable. L'équipage a pu évacuer le navire avant chavirage complet et a été entièrement recueilli par le quatre-mâts barque allemand Hebe II, de l'armement hambourgeois B. Wencke Söhne.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Armement Bordes et Fils
  2. HMS Blenheim (1890) wikipedia anglais
  3. R.J. Cornewall Jones, The British Merchant Service – Being a History of the British Mercantile Marine, Londres, 1898
  • sources: