France (bateau à aubes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir France (homonymie), section « Navires ».

France
Carte postale en noir et blanc du bateau "France" sur le lac d’Annecy vers 1910.
Le France sur le lac d’Annecy vers 1910.
Type Bateau-salon
Fonction transport
Histoire
Chantier naval Escher Wyss, Zürich Drapeau de la Suisse Suisse
Chantiers de la Puya, Annecy Drapeau de la France France
Design Bateau à roues à aubes
Commandé 1907
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut Coulé dans la nuit du 12 au
Caractéristiques techniques
Longueur 47,25 m
Maître-bau 12 m
Tirant d'eau 1,6 m
Tonnage 50 t
Propulsion Machine à vapeur
Puissance 350 ch
Vitesse 14 nœuds (23 km/h)
Caractéristiques commerciales
Pont 2
Capacité 700 personnes
Carrière
Armateur Compagnie des bateaux à vapeur sur le lac d’Annecy (1909-1964)
Jean Bruel (1964-1971)
Pavillon Pavillon national français France
Port d'attache Annecy
Indicatif LY 496 F

Le France est un bateau à roues à aubes à vapeur du lac d'Annecy. C'est le dernier bateau à aubes à vapeur assemblé en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le France, racheté par Jean Bruel, est entièrement rénové en 1964.

Le France a été construit à Zurich par la société Escher Wyss. Transporté en pièces détachées, il est assemblé aux chantiers de la Puya à Annecy. Sa mise à l'eau sur le lac d'Annecy a lieu le .

Le France traverse régulièrement le lac de 1909 jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, période pendant laquelle il sert de bateau prison. Il reprend ensuite le service actif jusqu'en 1962, année où il est retiré du service. En 1965 il fait pour la dernière fois le tour du lac.

Naufrage[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 12 au , le navire sombre au large de la plage d’Albigny, où il est ancré depuis 1965. Deux théories s’affrontent : la première, qui y voit une origine accidentelle et qui est aussi la plus vraisemblable, consiste dans le fait qu’une plaque de glace se serait formée avec l’eau stagnante dans la cale du navire et, sous l’effet du vent et des vagues, aurait fait bélier contre la coque jusqu’à ouvrir une voie d’eau, entrainant l’enfoncement puis le naufrage du France[1].

La seconde théorie évoque un sabotage volontaire. Elle est renforcée dans l’esprit de quelques personnes par le naufrage, le mois précédent, du petit bateau utilisé par le propriétaire du France pour se rendre à bord. Toutefois, rien ne permet de confirmer cette hypothèse et la gendarmerie d’Annecy a classé le dossier concernant le naufrage du navire sans suite[1].

Épave[modifier | modifier le code]

Le France repose à 42 mètres de profondeur dans la baie d’Albigny, au fond du lac d'Annecy. Cassée en deux à l’arrière et enfoncée de quelques mètres dans la vase, l’épave est toutefois relativement bien conservée.

La plongée sur l’épave est réservée aux plongeurs aguerris, pouvant justifier au minimum d’un niveau 3 en lac. Ce niveau est justifiée par la très faible visibilité, la température, oscillant entre 5 et 8°C, et la profondeur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Stéphane Santini, Il était une fois... le France : La traversée du siècle sur le lac d’Annecy, France, Éditions Le Dauphiné libéré, (ISBN 978-2-8110-0095-0).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]