Francap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Francap Distribution
Création 1959
Fondateurs CFAO
Forme juridique Société anonyme avec conseil d'administration
Slogan La distribution de proximité
Siège social 40 Avenue des Terroirs-de-France Paris
Drapeau de France France
Direction Claude Segurel[1]
Activité Grande distribution
Société mère Colruyt Group
Filiales Coccimarket, Coccinelle express, Coccinelle supermarché, Eurêka ma maison, G20, Diagonal
Effectif 12 000
Site web www.francap.com

Capitalisation 200 000 €
Chiffre d'affaires 5,01 milliards d'euros (2005)[2]

Francap Distribution, plus connu sous le nom de Francap, est une centrale d'achat créée en 1959 par la CFAO qui regroupe plusieurs petites et moyennes entreprises régionales indépendantes. Ses principaux adhérents sont Diapar (G20, Diagonal) et Codifrance. Elle est propriétaire des enseignes Coccinelle supermarché, Coccinelle express, Coccimarket et Eurêka ma maison. Elle possède également ses propres marques de distributeurs tels que Belle France ou ep-Écoprix. Il y a 13 affiliés Francap développant les enseignes et marques propres du groupe dont les principaux sont Diapar, Colruyt, CABF (export) , Ségurel , Aldouest, Maximo , Degrenne

Historique[modifier | modifier le code]

La centrale d'achat Francap est créée en 1959 par la CFAO[3]. L'hypermarché Gro de la Sanal s'affilie à la centrale d'achat en 1976[4]. Trois ans plus tard, la société Blum en Lorraine et le grand magasin Decré de Nantes s'affilient à la Francap[5]. Système U Pidou, un grossiste calaisien, adhérent à la Francap en 2001[6].

La Francap est rachetée en 1989 par François Pinault puis cédée au groupe Casino, avec la Ruche méridionale, en avril 1990 et enfin revendue à ses adhérents (Diapar, Mistral, Ripotot...) début 1992[7],[8]. En 1992, la Francap développe quatre modules pour l'enseigne Coccinelle : Coccimarket, Coccinelle Service, Coccinelle Marché et Coccinelle Supermarché. Mais en 1998, la Francap rationalise son parc[9] en vue de la croissance de ses unités : les petites surfaces (Coccimarket et Coccinelle Service) deviennent Coccimarket tandis que les plus grandes (Coccinelle Marché et Coccinelle Supermarché) deviennent Coccinelle[10]. La centrale d'achat réalise un chiffre d'affaires de 19 milliards de francs en 1996 dont la droguerie ne dépasse pas le cap du milliard[11]. Christian Brétillot devient directeur général de la Francap le 1er janvier 1997 en remplaçant Michel Meunier, parti à la retraite[7]. En janvier 1997, Francap possède 11 % de part de marché (selon IFS Institut français du libre-service). Francap perd Mariault en automne 1997, racheté par le groupe Casino. Cette même année, la centrale s'affilie à Bloc, une centrale d'achat belge qui fournit les produits premiers prix Winny[10].

Aldouest rejoint la Francap en 2002 afin d'étendre l'enseigne Coccimarket dans son réseau de magasins indépendants. De plus, il désire avoir une enseigne nationale sur son offre[12]. La Francap rejoint Provera France (groupe Cora) le dont ils sont proches géographiquement et par leurs métiers[13] Mistral quitte la Francap le pour rejoindre Système U. Les Coccinelle et Coccimarket deviennent alors U Express et Utile[14]. La centrale d'achat compte début 2011 près de 1500 magasins en France[15].

Les enseignes[modifier | modifier le code]

Coccinelle[modifier | modifier le code]

Les enseignes Tigre et Coccinelle sont créées en 1986[16] et se déclinent alors de la façon suivante : Tigre pour les supérettes et Coccinelle pour les supermarchés. Coccinelle compte 500 unités en 1992 et la Francap souhaite que ses adhérents mettent en place l'enseigne Coccinelle dans leurs réseaux[8]. À la suite des résultats décevants de l'enseigne Tigre depuis sa création, Jacques Ripotot, nouveau président de la Francap, abandonne cette dernière en janvier 1997 au profit de Coccinelle[7]. Une carte de fidélité est mise en place dans quelques Coccinelle en 1998[10]. L'enseigne se modernise en 2011 et se décline en deux enseignes : Coccinelle Supermarché pour les grands points de vente et Coccinelle Express pour les petits. Le Coccinelle de Sèvres a été le premier à tester le nouveau concept[17],[18].

Coccimarket[modifier | modifier le code]

L'enseigne voit le jour en 1995 et deux ans plus tard, Francap espère que Coccimarket atteigne vite le cap des mille unités[7]. L'enseigne se développe très rapidement[11]. De plus, la centrale d'achat prévoit l'ouverture d'une cinquantaine de magasins dans les petites villes et villages en 1999. Alain Carlier, directeur marketing de Francap, envisage de créer de nouveaux services pour l'enseigne (vente de pain, possibilité de faire des fax...)[9]. Aldouest rejoint la Francap en 2002 afin d'étendre l'enseigne Coccimarket dans son réseau de magasins indépendants[12]. L'enseigne se modernise et change d'identité visuelle en 2012[19].

Eurêka ma maison[modifier | modifier le code]

Francap rachète en 1997 Eurêka ma droguerie (qui deviendra Eurêka ma maison) à DB (Droguerie Bordelaise), l'un de ses grossistes. Ce dernier a ouvert douze points de vente en deux ans. Francap désire 150 ouvertures d'ici trois ans en France dont dans la région Centre-Val de Loire en avril 1997[11]. Ce rachat se soldera sans succès malgré l'ouverture de seize unités en un an[10]. Principalement implanté dans les villes moyennes et villages dans une petite surface, le premier magasin à être installé est celui à Pauillac, en Gironde[11].

Marques propres[modifier | modifier le code]

Il existe trois marques de distributeurs de la Francap : Belle France dont le logo est visible en haut à gauche des produits, Les Délices de Belle France pour leurs produits de qualité supérieure, ep-Écoprix et Winny pour leurs produits économiques.

Environ 83 % des produits Belle France et Les Délices de Belle France sont créés en France[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Organigramme. Sur le site francap.com, consulté le 5 août 2014.
  2. La Francap a progressé de 3,8 % en 2005. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 8 août 2014.
  3. 1950-1959 : 1959. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 1er août 2014.
  4. 1975-1979 : 1976. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 1er août 2014.
  5. 1975-1979 : 1979. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 1er août 2014.
  6. 2000-2002 : 2001. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 1er août 2014.
  7. a b c et d La Francap mise sur le commerce de proximité. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 8 août 2014.
  8. a et b La Francap veut doubler le nombre de ses magasins Coccinelle. Sur le site lesechos.fr, consulté le 8 août 2014.
  9. a et b Le nouveau visage du commerce rural. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 9 août 2014.
  10. a b c et d Francap rationalise son parc. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 8 août 2014
  11. a b c et d Francap parie sur la droguerie. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 8 août 2014
  12. a et b Aldouest rejoint la Francap. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 8 août 2014.
  13. Francap va rejoindre la centrale d'achat du groupe Cora. Sur le site lesechos.fr, consulté le 8 août 2014.
  14. Les dures réalités des changements d'enseigne. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 8 août 2014.
  15. Ruée sur les magasins de proximité. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 8 août 2014.
  16. 1985-1989 : 1986. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 30 juillet 2014.
  17. Coccinews no 69 Avril 2011. Sur le site segurel.com, consulté le 9 août 2014.
  18. Coccinews no 71 Septembre 2011. Sur le site segurel.com, consulté le 9 août 2014.
  19. Coccinews no 74 Avril 2012. Sur le site segurel.com, consulté le 9 août 2014.
  20. Forum des magasins de proximité à Deauville en 2012. Sur le site segurel.com, consulté le 8 août 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens utiles[modifier | modifier le code]