Franc-maçonnerie au Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La franc-maçonnerie au Québec est représentée par les divers courants traditionnels représentés au sein de loges masculines, féminines ou mixtes. Son implantation date du milieu du XVIIIe siècle.

Aperçu historique[modifier | modifier le code]

Tenue maconnique au Mont Owl Head, illustration décorant le hall d'entrée de la Grande Loge du Québec.

Dès novembre 1759, quatre loges militaires se réunissent à Québec dans le but de créer une grande loge provinciale[1],[2].

L’arrivée des loyalistes américains dans la colonie britannique du Bas-Canada renforce un mouvement déjà engagé de dominance anglo-saxonne au sein de la franc-maçonnerie québécoise. Il suit une succession de périodes de prospérité et de croissance (comme dans les années 1820 à Montréal) et de turbulences où le mouvement est en recul[2].

Un tradition naît dans les Cantons de l’Est (toujours pratiquée en 2018) où une loge adopte le mont Owl’s Head comme lieu de rencontre ou sont pratiquées des initiations en plein air[3].

Les loges se fédèrent alors progressivement autours de projets de construction de temples dont la plupart étaient jusqu’alors installés dans la propriété de membres[réf. nécessaire].

La Grande Loge du Québec est fondée le 20 octobre 1869[4] ce qui en fait la plus ancienne obédience maçonnique du Québec[réf. nécessaire]. Les registres permettent alors de suivre précisément l’évolution des loges et de leurs effectifs. Le Québec comporte alors 54 loges et 1 861 membres, avec une forte présence à Montréal et dans les Cantons de l’Est.

En même temps, en 1870, la franc-maçonnerie francophone renaît à Montréal avec la fondation des loges « Les Cœurs unis » (instituée en 1870[4]) « Papineau », « Frères du Canada » (en 1785[4]) et les « Frères chasseurs ».

L'effectif de la Grande Loge du Québec suit une croissance tout d’abord modeste jusqu’en 1900 (un peu moins de 4 000 membres), puis prononcée jusqu’en 1930 ou il culmine à 16 000 membres[réf. nécessaire]. Après un léger replis jusqu’en 1945 (14 000 membres), l’effectif croit à 18 000 membres en 1960 pour ensuite décliner de manière constante et atteindre 4 441 en 2008[2].

Les années 1980 voient la naissance de différentes obédiences libérales, se différenciant en mettant en avant une posture laïque, mixte ou en pratiquant des rites peu ou pas connus avant au Québec[C'est-à-dire ?][5].

À Montréal, on trouve par exemple la création d'une loge féminine (« Mokidjiwan », crée en 1988[6] et affiliée à la Grande Loge féminine de France), l'installation d'autres obédiences françaises (comme la loge « Port-Royal d'Acadie », fédérée dans la Grande Loge de France), l'implantation d'une fédération Canadienne de l'Ordre maçonnique mixte international « le Droit humain », ou encore la création d'obédiences libérales d'origine québécoises comme La Grande Loge mixte du Québec, fondée en 1979[7].

Masonic Memorial Temple[modifier | modifier le code]

Temple maçonnique de Montréal (Masonic Memorial Temple)

Il existe une multitude de temples maçonniques au Québec, le plus important en taille et nombre de loges est le Masonic Memorial Temple, construit en 1928 et 1929, siège de la Grande Loge du Québec. Il est situé à l’angle des rues Sherbrooke Ouest et Saint-Marc à Montréal[2].

En 1894, l'effectif de la franc-maçonnerie québécoise se situent au-delà de 3 000 membres dont 1 200 à Montréal. Un premier temple construit rue Dorchester est inauguré en 1885[2].

L'effectif ne cesse de croitre pour atteindre 10 000 en 1920 et les instances de la Grande Loge du Québec décident du projet d'un nouveau temple en 1922. Le financement débuté en 1923 avec l'objectif de collecter 500 000 $ est rapidement atteints et dépassé[2]. Les travaux débutent en 1928 sous le contrôle de l’architecte John Smith Archibald. Le bâtiment, terminé en 1929 remporte le prix de l'institut d'architecture du Canada.

Le hall commémoratif est aménagé en 1950 et 1951 après une croissance des effectifs à la suite de la seconde guerre mondiale[2].

Obédiences et loges au Québec[modifier | modifier le code]

Les obédiences suivantes sont présentes au Québec, directement (l’obédience a été constituée au Québec et y a élu siège) ou indirectement (présence au Québec d'une ou de plusieurs loges d’un obédience constituée hors Québec) :

Grande Loge du Québec[modifier | modifier le code]

Établie en 1869[4], la Grande Loge du Québec est la seule obédience « régulière » du Québec. De ce fait, elle est masculine et non mixte. Elle travaille principalement en anglais[4] (57 loges sur 75[8] contre 18 en français).

Elle compte plus 75[9] loges réparties dans les villes suivantes : Arundel, Aylmer, Gaspé, Greefield Park, Hemmingford, Hudson, Huntingdon, Lac Brome, Lachine, Lachute, Laval, Magog, Mansonville, Montréal, New Carlisle, North Hatley, Pierrefonds, Rawdon, Richmond, Shawville, Sherbrooke, St-Jérôme, St-Laurent, Stanbridge East, Thetford Mines, Trois-Rivières, Verdun, Ville de Québec.

Elle pratique principalement le Rite émulation mais également le Rite d’York (3 loges) et le Rite écossais ancien et accepté (1 loge)[9].

À Montréal, la plupart des loges se réunissent au temple maçonnique de Montréal situé au 2295, rue St-Marc[10].

Lui sont rattachés (sans être des loges) la société des Shriners, l’Ordre de l'étoile orientale, les Filles du Nil et l’Arche Royale.

Droit Humain[modifier | modifier le code]

L’Ordre maçonnique mixte international « le Droit humain » est une obédience libérale (n'exigeant pas une croyance en Dieu) et mixte fondée en 1893. Les loges travaillent en français et en espagnol au Québec (en anglais à Toronto)[11].

La première loge sera la loge "Liberté". Initialement une loge indépendante, créée en 1976 par des Frères de la loge "Montcalm" du Grand Orient de France avec des Frères de la Grande Loge du Québec, elle est finalement affiliée au Droit Humain en 1980[12].

Le Droit Humain se constitue en juridiction canadienne en 1998 puis en fédération canadienne[13] de l'ordre en mai 2011. Elle compte aujourd'hui 10 loges travaillant selon le Rite écossais ancien et accepté : Delta (Montréal)[14], La Lumière Boréale (Montréal), L'Égrégore (Montréal), Liberté (Montréal), Marie-Calumet (Montréal), Wolfgang Amadeus Mozart (Montréal, loge travaillant en espagnol), La Libre Pensée (Québec), Humanity (Toronto), Fraternité des Cantons (Sherbrooke), Terre des Hommes[15] (Québec).

Grand Orient de France[modifier | modifier le code]

Le Grand Orient de France est la plus ancienne obédience maçonnique française et la plus importante d’Europe continentale. Son rite officiel est le Rite français, mais elle a intégré au cours de son histoire la plupart des rites maçonniques pratiqués de nos jours. Chaque loge est libre de pratiquer la mixité.

Elle est présente en 1974 sous les traits de la loge « Montcalm nouveau Monde » qui cédera à des tensions internes en 1992. Une scission aboutira à la création de la loge « Le maillon Laurentien » qui deviendra la loge mixte « Force et Courage » rattachée au Grand Orient de France, et à la création du Grand Orient du Canada et de sa loge mixte « Émancipation » disparus depuis.

En 2018 : La loge« Force et Courage » change de nom et devient « Le Lys et la Rose »[16].

Grand Orient du Québec[modifier | modifier le code]

Le Grand Orient du Québec se décrit comme une obédience progressiste et adogmatique[17].

Elle sera constituée en 1992 en partie des membres de la loge Émancipation et par d’autres francs-maçons pour la plupart provenant du Grand Orient de France.

Elle est présente à Montréal sous les traits des loges « Les Amis réunis » et « La Nouvelle Alliance », travaillant au Rite français, et de la loge « La Flamme Écossaise », travaillant au Rite écossais rectifié[18].

Grande Loge ANI du Canada[modifier | modifier le code]

La Grande Loge ANI du Canada est fondée au Québec dans les années 1980. En mars 2018, elle compte trois loges mixtes, « St-Jean-Baptiste no  1 », « Zénith no  2 » et « Triangle d’Or no  3 », pratiquant le Rite écossais ancien et accepté[19]. Elle est affiliée au CLIPSAS depuis mai 2016 et à la Conférence maçonnique américaine (COMAM).

À Montréal, ses loges se réunissent au Centre maçonnique Mardiros-Boyadjian, situé au 2065, rue Parthenais.[20]

Grande Loge nationale du Canada[modifier | modifier le code]

La Grande Loge nationale du Canada dispose de 13 loges (10 au Québec, 3 à l'étranger)[21] : 7 travaillant en français, 3 en arabe, 2 en espagnol, 1 en anglais.

Elle est affiliée au CLIPSAS depuis mai 1997[22].

Grande Loge mixte du Québec[modifier | modifier le code]

Typiquement québécoise, elle fait preuve d’un esprit fondamentalement libéral et progressiste[23]. Elle travaille « à la gloire du Grand Architecte de l’Univers » mais n’impose la pratique d’aucune religion particulière. Elle travaille à différents rites[7] et notamment au Rite écossais ancien et accepté, au Rite écossais rectifié, au Rite émulation ainsi que selon le Rite ancien et primitif de Memphis-Misraïm.

Trois loges lui sont rattachées : Égalité (Montréal), Logos et Agapè (Québec), Alpha et Oméga (Montréal).

Grande Loge de France[modifier | modifier le code]

La Grande Loge de France est une obédience non mixte masculine se considérant comme régulière. Elle travaille quasi exclusivement au Rite écossais ancien et accepté.

Elle est présente au Québec notamment sous les traits de la loge Port-Royal D'Acadie[24].

Grande Loge Symbolique du Canada[modifier | modifier le code]

La Grande Loge symbolique du Canada de l'Ordre International du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm est implantée au Québec depuis 1973.

Grande Loge Autonome du Québec[modifier | modifier le code]

La Grande Loge Autonome du Québec regroupe des loges maçonniques de différents rites.[25]

Ordre Initiatique et Traditionnel de l’Art Royal[modifier | modifier le code]

L’Ordre initiatique et traditionnel de l'Art royal (OITAR) est une fédération de loges souveraines créée en France en janvier 1974. Les loges, majoritairement mixtes, travaillent exclusivement au Rite opératif de Salomon sur des sujets principalement symboliques.

L’OITAR est présent au Québec[26] avec la loge « Les Amis d’Hermès » créée en 1999 à Montréal et le triangle « Les Œuvriers du Trait » à Blainville dans les Basses-Laurentides.

L’Ordre est membre du CLIPSAS depuis 2014. il est aussi membre de l’Institut maçonnique de France.

Georges Washington Union[modifier | modifier le code]

La Georges Washington Union est une obédience nord-américaine mixte et libérale dont les loges travaillent principalement au Rite français et au Rite écossais ancien et accepté principalement. Elle est affiliée au CLIPSAS depuis février 1979.

Elle est présente au Québec sous les traits de la loge Raoul Zetler (Montréal).

Fédération des Loges Autonomes du Québec[modifier | modifier le code]

Fondée en 1995[27], la Fédération des loges autonomes du Québec (FLAQ) est une obédience mixte et libérale dont les loges travaillent principalement au Rite écossais rectifié[28] à Montréal et dans les Laurentides.

Grande Loge féminine de France[modifier | modifier le code]

La Grande Loge féminine de France est une obédience française née en 1952 dont les membres sont exclusivement féminins. Ses loges travaillent au Rite écossais ancien et accepté.

Elle est présente au Québec avec la loge Mokidjiwan (Montréal).

Effectifs[modifier | modifier le code]

Date de fondation Siège Nbr. adhérents au Québec Nbr. loges au Québec
Grande Loge du Québec 1869 Montréal 74 (août 2016)
Fédération canadienne du « Droit Humain » 1992 Montréal 9 (mars 2020)
Grand Orient de France 1773 Paris 1 (mars 2020)
Grand Orient du Québec 2012 Montréal 3 (janvier 2019)
Grande Loge ANI du Canada 1980 Montréal 3 (janvier 2017)
Grande Loge nationale du Canada 1985 Montréal 13 (août 2016)
Fédération des loges autonomes du Québec 1995 Montréal
Grande Loge de France 1894 Paris 1 (mars 2020)
Grande Loge symbolique du Canada 1973 Montréal
Grande Loge autonome du Québec 2006 Montréal
Ordre initiatique et traditionnel de l’Art Royal 1974 Ivry sur Seine 1 (juin 2019)
Georges Washington Union 1976 Washington, DC 1 (août 2016)
Grande Loge féminine de France 1952 Paris 1 (juin 2019)

Quelques francs-maçons québécois célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul de Lagrave, « Les débuts de la Maçonnerie au Québec », bulletin,‎ , p. 195-204 (ISSN 0824-3298, lire en ligne)
  2. a b c d e f et g Gilles Lauzon, « L’édifice Masonic Memorial Temple Histoire et architecture maçonniques »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), bulletin, (ISBN 9782550645610)
  3. « Mont Owl’s Head: nid d’aigle pour réunion secrète », sur www.ledevoir.com, Le Devoir,
  4. a b c d et e « Historique de la Grande Loge du Québec - La Grande Loge du Québec », sur www.glquebec.org (consulté le 29 avril 2020)
  5. « Franc-maçonnerie au Quebec »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.webzinemaker.com (consulté le 28 septembre 2010) Archivé sur Archive Is .
  6. Beauchamp, Janie., Spiritualite Au Feminin : Les cas de L'Ordre de la Mère du Monde, la Loge Mokidjiwan de Grande loge féminine de France à Montréal, L'autre Parole, Editions Universitaires Europeennes, (ISBN 978-613-1-51376-3 et 613-1-51376-7, OCLC 957076031, lire en ligne)
  7. a et b « Grande Loge Mixte Du Québec - Historique GLMDQ », sur Grande Loge Mixte Du Québec (consulté le 29 avril 2020)
  8. « Loges symboliques - La Grande Loge du Québec », sur www.glquebec.org (consulté le 29 avril 2020)
  9. a et b « Loges symboliques - La Grande Loge du Québec », sur www.glquebec.org (consulté le 29 avril 2020)
  10. « Temple Mémorial de Montréal - La Grande Loge du Québec », sur www.glquebec.org (consulté le 29 avril 2020)
  11. « Nos Loges », sur Droit Humain Canada (consulté le 29 avril 2020)
  12. « Le Droit Humain au Canada », sur Droit Humain Canada (consulté le 29 avril 2020)
  13. « Droit Humain Canada », sur Droit Humain Canada (consulté le 4 octobre 2017)
  14. « Loge Delta », sur Loge Delta (consulté le 4 octobre 2017)
  15. « Terre des Hommes | Droit Humain à Québec », sur tdh2078.quebec, (consulté le 25 novembre 2018)
  16. « Bref historique du Grand Orient De France (GODF) au Canada », sur Le Lys et la Rose (consulté le 29 avril 2020)
  17. GODQ, « Grand Orient du Québec », sur www.godq.org (consulté le 19 mars 2018)
  18. GODQ, « Grand Orient du Québec », sur www.godq.org (consulté le 19 mars 2018)
  19. « Nos loges | Grande Loge ANI du Canada », sur Grande Loge ANI du Canada (consulté le 19 mars 2018)
  20. « Notre Temple | Grande Loge ANI du Canada » (consulté le 29 avril 2020)
  21. « loges masonic », sur www.glnc.org (consulté le 29 avril 2020)
  22. « Grande loge nationale du canada », sur www.glnc.org (consulté le 29 avril 2020)
  23. « Grande Loge Mixte Du Québec - Mot du Grand Maître », sur Grande Loge Mixte Du Québec (consulté le 19 mars 2018)
  24. « Accueil - Franc-Maçon à Montréal », sur Franc-Maçon à Montréal (consulté le 19 mars 2018)
  25. (en-US) « Qu’est-ce que la G.L.A.Q.? », sur Franc-Maçonnerie à Montréal (consulté le 29 avril 2020)
  26. « Franc-Maçonnerie Salomon - Montréal », sur Franc Maçonnerie Salomon (consulté le 11 juin 2019)
  27. « Fédération des Loges Autonomes du Québec », sur franc-maconnerie (consulté le 29 avril 2020)
  28. « Fédération des Loges Autonomes du Québec - Franc-Maçonnerie Mixte à Montréal: Qu'est-ce que la F.L.A.Q.? », sur Fédération des Loges Autonomes du Québec - Franc-Maçonnerie Mixte à Montréal (consulté le 29 avril 2020)
  29. (fr) « Biographie », sur www.ftq.qc.ca (consulté le 28 septembre 2010)
  30. (fr) « biographie », sur /http://www.er.uqam.ca (consulté le 28 septembre 2010)

Articles connexes[modifier | modifier le code]