Fran Lebowitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fran Lebowitz
Image dans Infobox.
Fran Lebowitz au Tribeca Film Festival en 2009.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Frances Ann Lebowitz
Nationalité
Américaine
Activité
Actrice, écrivain
Période d'activité
1978 -
Autres informations
Parti politique
Œuvres principales
Metropolitan Life (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Frances Ann « Fran » Lebowitz, née le à Morristown (New Jersey), est une auteure et actrice américaine. Elle est considérée par certains journalistes comme une Dorothy Parker moderne[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire d'une famille juive, elle a fréquenté l'école juive jusque l'âge de 15 ans, au Centre juif de Morristown[2]. Elle se considère comme athéiste depuis l'âge de 7 ans[3].

Elle déménage à New York dans les années 1970, et exerce des emplois variés avant d'être recrutée par Andy Warhol pour son journal Interview, tenant la rubrique « I cover the waterfront »[4]. Elle y travaille jusqu'en 1981[5], année où elle rejoint Mademoiselle. Elle publie ses deux premiers essais, Metropolitan Life (1978) et Social Studies (1981) pendant cette période[6]. En 1995, elle publie un livre jeunesse Mr Chas & Lisa Meet the Panda, qui est son premier roman[5].

Par la suite, elle est confrontée à ce qu'elle a appelé le « writer's blockade »[5] et commence la rédaction d'un roman, Exterior Signs of Wealth[7]. Entre 2001 et 2007, elle joue un rôle récurrent dans la série New York, police judiciaire[8],[4].

Peu tournée vers la technologie, elle ne possède pas de téléphone portable mais reste au courant des informations en lisant les éditions du weekend du New York Times[9].

En 2007, elle est considérée par le magazine Vanity Fair comme l'une des femmes les mieux habillées de l'année[10]. Elle est connue pour porter fréquemment une veste de costume sur une chemise, sa marque de fabrique[11].

En 2010, Martin Scorsese tourne un documentaire sur elle, Public Speaking, diffusé sur HBO cette même année[12]. En 2021, il récidive avec Fran Lebowitz : Si c'était une ville ? (Pretend It's a City), une mini-série sur Netflix[4].

Son nouvel ouvrage, prévu en 2004 pour Vanity Fair[13] est annoncé pour octobre 2018 aux États-Unis[14]. Début 2021, il n'est toujours pas publié. Fran Lebowitz connaît en effet un blocage à l'écriture, bien qu'étant une très grande lectrice[4].

Fran Lebowitz est ouvertement lesbienne[15]. Elle est une figure importante de l'intelligentsia new-yorkaise[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Sour Cream sensibility », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. « ‘The NJ that’s in me doesn’t exist anymore’ », sur New Jersey Jewish News | NJJN (consulté le )
  3. KXM, « Fran Lebowitz Interview on Charlie Rose », (consulté le )
  4. a b c d et e Joseph Ghosn, « La maire de New York », Vanity Fair n°87,‎ , p. 126-127 (lire en ligne).
  5. a b et c (en-US) « Fran Lebowitz goes road-tripping | The Daily Californian », The Daily Californian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en-US) Elysabeth Alfano, « Quintessential New Yorker and Social Commentator, Fran Lebowitz, Comes to Chicago », sur Huffington Post, (consulté le )
  7. (en) « A Humorist at Work », The Paris Review,‎ (lire en ligne)
  8. « Fran Lebowitz », sur IMDb (consulté le )
  9. (en) « Fran Lebowitz Doesn’t Have a Cell Phone, But Knows Everything That Happens on Social Media Anyway », W Magazine,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « The 68th Annual International Best-Dressed List », sur vanityfair.com, (consulté le )
  11. (en-US) « Sartorial Tirades From Fran Lebowitz », ELLE,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. Martin Scorsese, William F. Buckley et Truman Capote, Public Speaking, (lire en ligne)
  13. (en) Fran Lebowitz, « Is everything sacred ? », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Fran Lebowitz, Progress, Knopf Publishing Group, , 112 p. (ISBN 978-1-4000-4136-7, lire en ligne)
  15. (en) Sam N. Adams et Megan B. Prasad, It Starts With a Drag: The Friendship of Frances A. Lebowitz and Frank Rich '71, 18 octobre 2012, The Harvard Crimson.

Liens externes[modifier | modifier le code]