François-Jules-Gaspard de Contades

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

François-Jules-Gaspard de Contades
"Vicomte" Gaspard de Contades
François-Jules-Gaspard de Contades
Château de Montgeoffroy,
propriété de la famille de Contades depuis 1772.

Surnom Chevalier de Contades
Naissance
Angers
Décès (à 50 ans)
Angers
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Union flag 1606 (Kings Colors).svg Grande-Bretagne
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Arme Infanterie
Grade Major-général
Commandement Flag of Royalist France.svg Armée des émigrés Régiment de Rohan
Conflits Guerres de la Révolution française
Famille de Contades

François-Jules-Gaspard de Contades, "vicomte" de Contades, né le à Angers, mort le à Angers, est un noble et militaire français, émigré en 1791 durant la Révolution française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils du marquis Louis Georges Érasme de Contades maréchal de France[1] (1704-1794). Fils de Georges-Gaspard marquis de Contades (1724-1794), brigadier des armées du roi, tué en Vendée en 1794[2].

Frère cadet du marquis Louis Gabriel de Contades[2],[3] (1759-1825) maréchal de camp et de Érasme Gaspard de Contades[4] (1758-1834) pair de France.

François-Jules-Gaspard de Contades est présenté de minorité dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem le à l'âge de dix ans[1] mais n'a pas présenté ses vœux dans l'Ordre[5] ; il épouse le Cécile-Émilie de Bouillé (1774-1801), fille du marquis François-Claude-Amour de Bouillé, lieutenant-général des armées du roi Louis XVI[6].

Ancien régime[modifier | modifier le code]

Major en second[7] du régiment du Bourbonnais infanterie, il est appelé le chevalier de Contades[5].

Émigration[modifier | modifier le code]

À la Révolution, il émigre en 1791[8], et à partir de 1792, il fait les campagnes de l'armée de Condé contre les troupes de la Convention. En il est major au régiment de uhlans britanniques à la solde de l'Angleterre, le colonel propriétaire du régiment est son beau-frère Louis de Bouillé.

En 1795, il passe colonel d'un régiment d'infanterie légère dit Talpaches de Rohan[9] levé par le prince de Louis de Rohan[7] : d'après François Grille dans l'Émigration Angevine; « ce corps des Talpaches a fait des prodiges à l'armée de Clairfait (division de Wurtemberg) et le chef comme si l'on avait fait exprès, tant il a tout et possède tout : courage, aplomb, connaissances militaires et une bonté accompagnée de la fermeté nécessaire et d'une résolution à toute épreuve ».

Le vicomte de Contades passe ensuite Major-général du régiment de Rohan à la solde de l'Autriche[10].

Premier Empire[modifier | modifier le code]

En 1803, il bénéficie de l'amnistie concernant les anciens émigrés, suite à l'article 12 du Sénatus-consulte en date du 6 Floréal An X (26 avril 1802)[11].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Grouvel (vicomte), Régiment de Uhlans Britanniques 1793-1796, Les corps de troupe de l’émigration, 3 volumes, La Sabretache, Paris, 1961-1965.
  • Célestin Port, Dictionnaire historique de Maine-et-Loire, version révisée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliare universel de France, ou recueil général des généalogies (lire en ligne), p. 268
  2. a et b Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des ..., Volume 6 (lire en ligne), p. 197, 198
  3. Célestin Port, Dictionnaire historique de Maine-et-Loire (lire en ligne), Lettre C - dans Contades (Louis-Gabriel-Marie) Page 794
  4. L'Anjou historique, Lachèse & cie (Angers), (lire en ligne), p. 33
  5. a et b Société académique de l'Aube, Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts du département de l'Aube, Troyes, Imprimerie de Sainton, (lire en ligne), p. 54
  6. Comte Gérard de Contades, Souvenirs du comte de Contades, pair de France : Coblenz et Quiberon, E. Dentu (Paris), (lire en ligne), p. 41
  7. a et b Bouillé, Louis Joseph Amour, marquis de, 1769-1850 - Laffleur de Kermaingant, Pierre Paul, 1843-1920, Souvenirs et fragments pour servir aux mémoires de ma vie et de mon temps, Paris, A. Picard et fils, , lire en ligne=https://archive.org/details/souvenirsetfrag00unkngoog, p. 163, 184, 265, 216 et 451
  8. États détaillés des liquidations faites par la Commission d'indemnités ..., Volume 2 : Département d'Indre-et-Loire, Imprimerie royale, (lire en ligne), p. 2,3
  9. François-Joseph Grille, L'Émigration angevine : Bibliothèque des archives de Maine-et-Loire, Cote BIB 527, Cosnier et Lachèse, , p. VII . p 8, 9
  10. Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Histoire Genealogique Et Heraldique Des Pairs De France, Des ..., Volume 4, , p. 11
  11. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, Paris, Imprimerie municipale, (lire en ligne), p. 22