Françoise de Cezelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Françoise de Cezelli
Fonction
gouverneur (Leucate)
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
Nationalité
Membre de
Ligue catholique (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Françoise de Cezelli (1558 - 1615) fut gouverneur de Leucate,une forteresse qui gardait alors la frontière entre la France et l’Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Françoise de Cezelli elle est fille du président de la chambre des comptes de Montpellier, Noble Jean de Cezelli. Elle passe sa jeunesse à Saint-Aunès, loin des troubles qui agitent la cité en ces temps de guerres de religions. En 1560, Montpellier étant la proie de désordres à cause des troubles religieux, son père se retire avec sa famille dans sa propriété d'Ouveillan où l'armée de la Ligue catholique l'assaillira quelques années plus tard.

En 1577, le 4 avril, elle épouse à Ouveillan Jean de Boursiez, seigneur de Pantnaut de Barri, qui devint plus tard gouverneur de Leucate ; cette forteresse garde alors la frontière entre la France et l’Espagne.

En 1590, l’armée espagnole, alliée à la Ligue, vient en dresser le siège. Jean de Boursiez de Barri, parti le 22 juillet 1589 avertir le duc de Montmorency du débarquement, dans le port de La Franqui, de cinq mille lansquenets espagnols et tudesques, est rapidement capturé et amené à Narbonne. En l’absence de son époux, Françoise organise la défense de Leucate : galvanisant la garnison, elle repousse toutes les attaques. Exaspérés, les assaillants exigent les clefs de la forteresse en échange de la vie de Jean. Françoise refuse : « La ville est au roi et mon honneur à Dieu. Je dois les conserver jusqu’au dernier soupir… » Son mari est étranglé dans son cachot. Mais au bout de trois semaines, de guerre lasse, les assaillants lèvent le siège. Henri IV n’oubliera pas la pasionaria montpelliéraine : il lui laissera le gouvernement effectif de la place de Leucate qu'elle exercera pendant vingt-sept ans, jusqu’à la majorité de son fils aîné Hercule.