Françoise Rudetzki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Françoise Rudetzki, née le 20 juillet 1948 à Neuilly-sur-Seine, est, depuis novembre 2015, membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Présidente fondatrice (1986-1998) puis déléguée générale (1998-2008) de l'association SOS Attentats[1],[2] responsable des victimes du terrorisme[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle suit ses études au lycée Victor-Hugo de Paris puis à l'université Paris II-Panthéon Assas, et obtient un diplôme d'études supérieures de droit public, un diplôme de l'Institut des Communautés européennes, et un diplôme d'études supérieures de sciences politiques[2]. Juriste au ministère de l'Industrie entre 1971 et 1974, elle est PDG de la société commerciale Havre-Provence depuis 1980[2] quand elle est grièvement blessée le 23 décembre 1983, dans un attentat au restaurant le Grand Véfour à Paris où elle dine avec son mari pour ses dix ans de mariage. Choquée par l'absence de considération envers les victimes des attentats et l'absence de structure pour ces dernières, elle crée en 1986 l'association SOS Attentats pour venir en aide aux victimes et agir comme lobby auprès des autorités politiques françaises.

Elle est à l'initiative de la création du Fonds de garantie des victimes d'actes de terrorisme et autres infractions (1986) dont elle est toujours membre du conseil d'administration. Elle a obtenu en 1990 le statut de victimes civiles de guerre pour toutes les victimes du terrorisme et les otages. Reçue à plusieurs reprises à l'ONU, elle est souvent auditionnée pour les droits européens et internationaux des victimes du terrorisme. Elle est d'ailleurs favorable à la création d'un Code pénal européen pour les crimes particulièrement graves et transfrontaliers.

Elle a été rédactrice en chef de la revue Paroles de victimes à partir de 1997, et à l'origine de la réalisation d'un mémorial pour les victimes du terrorisme aux Invalides en 1998. Un temps administratrice de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre, elle est auditrice de l'Institut des hautes études de la sécurité intérieure entre 2001 et 2002, puis membre de la Commission nationale consultative des droits de l'homme de 2002 à 2008[2].

Le 22 septembre 2008, l'association SOS Attentat SOS Terrorisme, qu'elle dirige, est dissoute car le conseil d'administration constate qu'il manque de moyens et Françoise Rudetzki, débordée, souhaite prendre sa retraite[4].

Dans son autobiographie Triple peine publiée aux éditions Calmann-Lévy, elle raconte sa vie, ses souffrances et son action après l'attentat. Le titre de Triple Peine fait référence à ses origines, à l'attentat qui lui broiera les jambes, à sa séropositivité, car elle a contracté le virus du sida par des transfusions sanguines lors des opérations chirurgicales ayant suivi l'attentat.

Elle est à l'origine de la publication du livre Terrorisme, victimes et responsabilité pénale internationale, éd. Calmann-Lévy et a participé à de nombreux ouvrages sur la gestion des situations de crises.

Le 19 septembre 2012, elle organise un hommage à toutes les victimes du terrorisme en présence Président de la République, François Hollande[5]. À cette occasion, un hommage a été rendu à son époux Maurice Rudetzki, cofondateur de SOS Attentats et mort le 20 juin 2012.

Par arrêté du Premier ministre en date du 2 février 2016, Françoise Rudetzki est nommée membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH).

Elle est membre du Conseil d'administration du Fonds de garantie des victimes d'actes de terrorisme et autres infractions (FGTI), membre du Conseil d'administration Paris Aide aux Victimes (PAV) et membre du Conseil d'administration d'Otages du Monde (ODM).

Le 3 juin 2016, la Secrétaire d’État chargée de l'aide aux victimes lui a confié une mission de réflexion relative à création d'un centre de ressources et de résilience[6].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 2004 - Triple Peine, éd. Calmann-Levy (Livre de Poche en 2005)
  • 2003 - Terrorisme, victimes et responsabilité pénale internationale, éd. Calmann-Lévy (ouvrage collectif, préface de Françoise Rudetzki)
  • 2016 - Après l'attentat, éd. Calmann-Lévy.

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

  • Commandeur dans l'ordre de la Légion d'honneur[7] (remis au Quai d'Orsay par Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, le 15 novembre 2011[8] (officier en 2004)
  • Commandeur de l'ordre national du Mérite[9] (2009)
  • Grand Officier de l'Ordre National du Mérite par décret du 13 novembre 2014, distinction remise par le Président de la République, François Hollande, le 22 septembre 2016 en présence de Mme Juliette Méadel, Secrétaire d'Etat chargée de l'aide aux victimes

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]