François de Vial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François de Vial (1904-1984)

François de Vial né le 4 octobre 1904 à Pauillac et mort le 16 mai 1984 est un diplomate et un ministre plénipotentiaire français de 1932 à 1969.

Biographie[modifier | modifier le code]

François de Vial est un membre de la famille de Vial d'origine française, établie en Espagne au XVIIe siècle et revenue en France au XIXe siècle. Il est le fils de Félix de Vial et de Marie Jeanne Cayrou. Il épouse le 4 octobre 1932, Germaine Robain.

Après des études au lycée Saint-Joseph de Tivoli de 1910 à 1918[1], Il obtient une licence de droit.

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Postes à l'étranger pendant la guerre
  • Vice-consul à Naples de 1938 à 1939, il ne rejoindra pas son centre de mobilisation[2]
  • Attaché à l’ambassade de France auprès du Saint-Siège à Rome de 1940 à 1944[2]
Le pape Pie XII reçoit l'ambassade de France en audience d'État : Georges de Blesson Léon Bérard, François de Vial devant les Loges de Raphael.
Action à Rome pendant la seconde guerre mondiale

Il sera le seul français de l’ambassade autorisé à pouvoir circuler dans Rome [4]: l’ambassadeur de France Léon Bérard et son conseiller Georges de Blesson étant reclus au Vatican[5],[6]. François de Vial sera, entre autres membre de l'ambassade de France, chargé de négocier avec le gouvernement mussolinien pour éviter l’annexion de la fondation des Pieux Établissements de la France à Rome et Lorette placés sous la tutelle de l'ambassade[7],[8].

À Rome, il fait partie du Mouvement de Résistance interallié, créé en 1942, regroupant des Anglais, des Suisses, des Français, des membres du Vatican et des religieux Français, Italiens et dont le but est de sauver de la gestapo et de la police fasciste des prisonniers, évadés, des pilotes américains et anglais abattus lors des combats aux dessus de l'Italie[9],[10]


À la Libération, il prend en charge le rapatriement des prisonniers [réf. souhaitée].

Postes à l'étranger après-guerre

Carrière civile[modifier | modifier le code]

1969 à 1973 : secrétaire général de la Commission d’exportation des vins de France[réf. souhaitée]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire des anciens élèves de Tivoli. 1929
  2. a, b, c, d, e et f Annuaire du corps diplomatique 1978
  3. gallica.bnf.fr, L'Européen : hebdomadaire économique, artistique et littéraire, 1934/10/5, M. François de Vial Attaché à la Légation de France à Budapest vient de prendre possession de nouveau son poste
  4. (en) Brian Fleming, The Vatican Pimpernel: The World War II Exploits of the Monsignor Who Savedover 6500 vies, " The next day O'Flatherty's organization sprang into action: Dukate, Wilson and Smyth were moved into the American college by car by the French diplomat de Vial" Ggoole books
  5. academie-francaise.fr
  6. piexii.com
  7. webcitation.org, Ambassade de France près le Saint Siège
  8. F. Clarks, The freedom of Rome, 1973
  9. Ggoole books, Galeazzo Ciano Journal politique, Tome 1 : août 1937-septembre 1939
  10. (en) Chapitre 6 - More Volunteers The Major also met some of the French diplomatic representatives. As we have seen , the Ambassador Bérard, had no sympathy with the Allied cause. By contrast , the first and second secretary, Jean de Besson [......] and François de Vial were very much supporters of the Free French Movement and de Gaulle. Brian Feming: in The Vatican Pimpernel: The World War II Exploits of the Monsignor Googlebooks
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Annuaire du corps diplomatique 1985
  12. (en)Google bookd, David Meren, With Friends Like These: Entangled Nationalisms and the Canada-Quebec-France triangle - 1940 - 1970: "The reaction of France's consul général François de Vial" P. 76

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vichy et le Saint-Siège Quatre ans de relations diplomatiques juillet 1940-Aout 1944 Dominique Chassard Docteur en Histoire 2015 ISBN 978-2-343-07153-4
  • La Course pour Rome : comment la ville éternelle fut sauvée de la destruction nazie, Dan Kurzman, Éditions Elsevier 1977
  • Chadwick, Owen. 1988. Britain and the Vatican During the Second World War. Cambridge University Press.
  • Clausson, M. I. (2006). NATO: Status, Relations, and Decision-Making. Nova Publishers. ISBN 1-60021-098-8.
  • Cf. The Holy See's official journal Acta Apostolicae Sedis Volume 51, p. 271.
  • The Philippe Chenaux, Pie XII, diplomate et pasteur, éd. Cerf, coll. « Histoire », 2003 (ISBN 2-204-07197-8).
  • Dominique Le Tourneau, Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 2003 (ISBN 2-213-618577).
  • Stephen Walker (4 March 2011), "The Priest who Outfoxed the Nazis", Irish Times, retrieved 4 March 2011
  • Paul Poupard, Connaissance du Vatican : histoire, organisation, activité, éd. Beauchesne, 1967.
  • Sergio Romano, La Foi et le Pouvoir : Le Vatican et l'Italie de Pie IX à Benoît XVI, Buchet-Chastel, 2007.
  • Dalin, David G. The Myth of Hitler's Pope: How Pope Pius XII Rescued Jews from the Nazis. Regnery Publishing: Washington, D.C. 2005; ISBN 0-89526-034-4; p. 76.
  • Cf. The Holy See's official journal Acta Apostolicae Sedis Volume 51, p. 271.
  • The Battle for Rome: The Germans, The Allies, The Partisans, and The Pope, September 1943-June 1944, New York, Simon and Schuster.
  • Alessandro Portelli, The Order Has Been Carried Out: History, Memory, and Meaning of a Nazi Massacre in Rome, Macmillan

Liens internes[modifier | modifier le code]