François de Paule Vallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallet.
François de Paule Vallet
Francisco de Paula Vallet.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Ordre religieux

François de Paule Vallet, né le et décédé le , est un prêtre catholique. Jésuite catalan (espagnol), il avait eu l'idée de compacter les Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola en 5 jours, au lieu des quatre semaines prévues dans le schéma de saint Ignace. Le succès des retraites fut spectaculaire. De 1923 à 1927, il se voue assidument à la prédication aux hommes et jeunes gens des exercices spirituels (il eut en Espagne 12 500 retraitants sur cette période)[1].

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Avec l'accord de ses supérieurs, Vallet quitte la Compagnie de Jésus pour fonder son nouvel institut religieux à Barcelone (Espagne), en 1928. Ce nouvel institut, les Coopérateurs paroissiaux du Christ Roi [CPCR], est entièrement consacré à cette mission. La première maison fut ouverte à Salto en Uruguay. En 1934, la maison-mère fut transféré d'Espagne à Chabeuil dans la Drôme (France).

Retraites en cinq jours[modifier | modifier le code]

Sa « méthode », clef de son succès rapide, repose sur les points fondamentaux suivants :

  • retraite compactée sur 5 jours, en silence, avec 4 méditations par jour, et avec des entretiens avec les prêtres ;
  • très grande importance donnée au « principe et fondement » du livre des Exercices, et à la notion de salut éternel. Ce principe fondamental du salut éternel était évident à l’époque de saint Ignace, et ne faisait pas l’objet d’une méditation ;
  • une très grande importance donnée à la « première semaine » et à la confession qui en est la conclusion (ce peut être une confession générale, qui reprend toutes les péchés mortels du passé, y compris ceux qui ont déjà été confessés), et à la notion de « vivre en état de grâce » ;
  • une grande importance donnée à l’« élection » ou manière de prendre des décisions importantes (en particulier choix d’un état de vie), et à la vocation. Ce souci des vocations avait une très grande importance pour lui : c’est ainsi qu’il revint assez vite de l’Uruguay en Espagne, parce qu’il se rendait compte qu’il n’y aurait pas assez de vocations ;
  • une certaine insistance sur le recrutement de nouveaux retraitants, et la nécessité pour les anciens de renouveler la retraite, afin de pouvoir persévérer ;
  • il donne les Exercices aux hommes et jeunes gens, pensant avoir ainsi plus d’influence dans l’Église et la société ;
  • importance donnée au Christ-Roi, c’est-à-dire la «  Royauté sociale de Notre-Seigneur Jésus-Christ » (et son corollaire la Doctrine sociale de l'Église) : ce thème était d’actualité à la fin des années 1920 : l’encyclique Quas Primas date de décembre 1925 ;
  • il s’agit d’être des « coopérateurs paroissiaux » : les retraitants ne sont pas regroupés dans un monde à part, ils sont envoyés dans les paroisses pour les revivifier. C’est, semble-t-il, ce point là qui a enrayé la mécanique, car en France le mouvement s’est essoufflé à cause de l’hostilité d’un assez grand nombre de paroisses.

Son influence fut très importante en Espagne, et aussi en France en particulier de 1945 jusque dans les années 1970. Aujourd'hui encore, et en particulier en France, plusieurs communautés religieuses donnent les Exercices spirituels en 5 jours selon la méthode du Père Vallet :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Conat, "Le Magicien du Règne - Francois de Paule Vallet 1884 - 1947", 1967, 74 p.
  • Livre de prières et d'exercices de l'œuvre de coopération paroissiale du Christ-Roi, 2° édition, 1963, Maison Nazareth, Chabeuil, 439 p. (généralement appelé : "livre bleu", il a fait l'objet de diverses rééditions par les groupes qui ont continué son action, notamment la FSSPX et Flavigny)
  • Jean-Christophe Stuccilli, " À l'image de Dieu. Marcel Michaud et l'art sacré ", Le Poids du monde. Marcel Michaud (1898-1958), sous la direction de Sylvie Ramond et de Jean-Christophe Stuccilli, Lyon, musée des Beaux-Arts, 22 octobre 2011 - 23 janvier 2012, Lyon, Fages éditions, 2011, 320 p. (ISBN 9782849752517)

Notes et références[modifier | modifier le code]