François de Nion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François de Nion
Description de cette image, également commentée ci-après
Nom de naissance François Doré, comte de Nion
Naissance
Pierrefonds (Oise), Drapeau de la France France
Décès
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

François Doré, comte de Nion, dit François de Nion, né à Pierrefonds (Oise) le 13 août 1856 et mort en 1923, est un romancier et auteur dramatique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père ministre plénipotentiaire, signataire du traité de Tanger en 1844, François de Nion entre à sa suite dans la diplomatie pour devenir attaché à l'ambassade de Paris, puis de La Haye. Démissionnaire en 1881, il entame sa carrière littéraire en écrivant pour La Nouvelle Revue.

En 1888, il assure avec Casimir Stryienski la publication du Journal inédit de Stendhal.

Il est directeur de La Revue indépendante de 1889 à 1891, époque à laquelle il publie ses premiers romans. Ses premiers succès lui viennent à partir des Façades (1898), « roman d'aventures mondaines », qui a pour ambition de mettre à nu les « façades » de la haute société parisienne, et qui se termine par une description du terrible incendie du Bazar de la Charité.

À partir de 1907, il écrit aussi pour la scène, tout en contribuant, avec des contes et des critiques littéraires et théâtrales, à de nombreuses revues.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • L'Usure (1889)
  • La Peur de la mort (1891)
  • L'Obex (1894)
  • L'An rouge (1898)
  • Les Façades, roman d'aventures mondaines (1898)
  • L'Amoureuse de Mozart (1899)
  • Histoires risquées des dames de Moncontour (1900)
  • Les Derniers Trianons, roman d'une amie de Marie-Antoinette (1900)
  • La Morte irritée (1901) Texte en ligne (La Revue blanche)
  • Les Passantes (1902)
  • Bellefleur, roman d'un comédien au XVIIe siècle (1903)
  • Dames éphémères (1904)
  • Notre chair. Le Soleil de Brumaire : souvenirs d'un officier républicain (1907)
  • La Belle au bois dormait... (1908), roman (Albin Michel)
  • Contes sportifs et fantasques ; La Dépêche de Mars (v. 1909)
  • L'Étrange maîtresse (1910)
  • L'Agonie de l'aigle (1813-1814) (1914)
  • Pendant la guerre (1915)
  • Son sang pour l'Alsace (1916)
  • L'Amour défendu (1918)
  • Monsieur de Charlys (1918)
  • Jacqueline et Colette (1920)
  • Le Page de la reine (1921)
  • Vive l'Empereur ! (1927)

Théâtre[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :