François de Civille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

François de Civille
Naissance 12 avril 1537
Rouen
Décès (à 73 ans)
Fontaine-le-Bourg
Origine Drapeau de la France France
Conflits Guerres de religion

François de Civille, né le 12 avril 1537 à Rouen et mort le 23 décembre 1610 à Fontaine-le-Bourg, est un militaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1572, François de Civille est mis, pendant les guerres de religion, à la tête de cent hommes d’armes du parti calviniste dont le chef à Rouen était le comte de Montgomery. Chargé, lors du siège de Rouen du 13 octobre 1562 par les catholiques, d’occuper un poste important et des plus périlleux qui se trouvait entre la porte Saint-Hilaire et les fourches Bihorel, il fut atteint au visage par une balle d’arquebuse qui lui traversa la tête.

Étant tombé du haut du rempart jusque dans le fossé, il fut supposé mort et dépouillé de ses vêtements et enterré sous quelques pelletées de terre. Un des valets de Civille, ayant obtenu l’autorisation de Montgomery de déterrer son corps pour lui donner une sépulture plus décente, s’aperçut après avoir déterré et identifié son corps qu’il était encore vivant. Les chirurgiens du couvent de Sainte-Claire où son valet l’avait fait porter l’ayant déclaré perdu, il le fit porter à l’hôtel de Coquereaumont où François de Civille résidait ordinairement avec son jeune frère Jean de Civille, qui avait eu, quant à lui, un bras emporté par un boulet dans la même bataille. Deux médecins des plus habiles appelés à son chevet le pansèrent et lui prodiguèrent les plus grands soins sous les yeux de sa famille et de quelques serviteurs qui ne le quittèrent pas pendant cinq jours qu’il demeura anéanti.

Après qu'il fut revenu à lui, Rouen avait été pris d’assaut par les catholiques et ceux-ci qui cherchaient son frère Jean se vengèrent sur lui en le jetant par la fenêtre dans la cour de son hôtel. Là encore, la chance voulut qu’il tombât sur un tas de fumier qui amortit sa chute et, en l’ensevelissant, le dissimula aux regards pendant trois jours et trois nuits jusqu'à ce qu’une servante le découvrit. Un parent, qui était venu lui faire donner une sépulture plus honorable s’étant aperçu qu’il donnait encore des signes de vie, le fit transporter secrètement dans son château à Dieppedalle où il guérit de sa blessure et recouvra rapidement la santé.

Passé en Angleterre, il rendit d’importants services à la reine Élisabeth Ire qui lui exprima sa reconnaissance par le don d’une bague et de son portrait. Revenu en France, il embrassa le parti d’Henri IV contre la Ligue et alla en Écosse lever, à ses frais, une armée de 3 000 hommes pour soutenir sa cause. Monté sur le trône, Henri IV sut se rappeler le dévouement et la fidélité de Civille. Il le récompensa en l’honorant de plusieurs dignités et en lui donnant le commandement de Fontaine-le-Bourg.

Très fier de ses morts à répétition, François de Civille en a fait le récit en 1606. Agrippa d'Aubigné a rapporté qu’il signait François de Civille, trois fois mort et enterré, et, par la grâce de Dieu, trois fois ressuscité[1]. François de Civille avait en effet déjà été jugé mort et enterré avant même sa naissance, sa mère étant morte sur le point de lui donner le jour, elle avait été enterrée sans qu’elle accouche. Absent lors des funérailles, son père fit exhumer le corps et, lorsqu'on le retira de sa mère, il fut trouvé vivant.

Hommages[modifier | modifier le code]

La ville de Rouen a donné son nom à une rue à proximité de l’emplacement de la porte Saint-Hilaire dans le quartier Croix de Pierre.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Discours des causes pour lesquelles le sieur de Civille, gentilhomme de Normandie, se dit avoir esté mort, enterré et ressuscité, 1606, Éd. Ernest Poret Blosseville, Rouen, Henry Boissel, 1863.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lebreton 1865, p. 86.

Bibliographie[modifier | modifier le code]