François Watteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François-Louis-Joseph Watteau
FWatteau.jpg

Portrait de François Watteau,
paru dans Le Nord contemporain, no 13, en 1882.

Naissance
Décès
(à 65 ans)
Lille
Nationalité
Activité
Maître

François Louis Joseph Watteau, dit Watteau de Lille (comme son père Louis Joseph Watteau), né le 18 août 1758 à Lille, et mort dans la même ville le 1er décembre 1823, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Watteau est le fils de Louis Joseph Watteau et le petit-fils de Noël Joseph Watteau (1689-1756), frère de Jean-Antoine Watteau. C'est donc le petit-neveu du peintre des fêtes galantes.

Formé par son père à Lille, puis à Paris auprès de Louis Jean-Jacques Durameau et à l'Académie royale de peinture de 1775 à 1782, il fournit des dessins à la Galerie des Modes avant de revenir à Lille. En 1802, il présente deux Batailles d'Alexandre au Salon de Paris qui ne rencontrent pas la faveur de la critique. À partir de 1806, il ne peint plus, mais continue à dessiner pour produire une œuvre graphique considérable.

Professeur à l'école de dessin de Lille (créée en 1753), puis professeur à partir de 1796 à l'École centrale du Nord à Lille[1] dans l'ancien couvent des Récollets, rue des Arts, il a aussi été conservateur adjoint du musée des beaux-arts de Lille de 1808 à 1823[N 1].

Peu fourni, son œuvre peint est très diversifié et couvre des sujets aussi divers que les scènes d'actualité, les scènes militaires, les scènes religieuses et les portraits.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
  • Lille, musée de l'Hospice Comtesse :
    • La Braderie, 1799-1800, huile sur toile ;
    • La Procession de Lille en 1789, 1801, huile sur toile ;
    • La Fête du Broquelet, vers 1803, huile sur toile ;
  • Lille, palais des beaux-arts :
    • La Mort de Socrate, 1780, huile sur toile ;
    • Une Fête au Colisée, vers 1789, huile sur toile ;
    • La Défaite de Porus par Alexandre, 1802, huile sur toile ;
    • La Défaite de Darius par Alexandre, , 1802, huile sur toile ;
  • Valenciennes, musée des beaux-arts :
    • La Tempête, huile sur toile ;
    • La Bataille des pyramides, 1798-1799, huile sur toile ;
    • Le Siège de Beauvais en 1472, 1799, huile sur toile ;
En Pologne

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'école des beaux-arts de Lille a été créée en 1755, supprimée par la Révolution et associée à l'École centrale de Lille avant 1803. Elle fut réorganisée en une école des beaux-arts et une école d'architecture de Lille en 1897.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Trénard, Histoire de Lille : L'ère des révolutions (1715-1851), Lille, Giard,‎ (présentation en ligne), « L'École centrale (1796-1803) », p. 349 :

    « À la différence des écoles académiques antérieures, l'École centrale n'est pas spécialisée dans les arts plastiques. On y enseigne aussi les sciences exactes et appliquées, les langues vivantes, la grammaire, les belles-lettres, l'histoire et même la législation, mais l'architecture en est absente. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Mabille de Poncheville, Louis et François Watteau dits Watteau de Lille, Paris, André Delpeuch, 1928
  • Claude-Gérard Marcus, Les Watteau de Lille (Louis-Joseph et François Watteau), Paris, 1976
  • Gaëtane Mäes, Les Watteau de Lille. Louis Watteau (1731-1798). François Watteau (1758-1823), Paris, Arthena, 1998

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :