François Thomazeau (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François Thomazeau et Thomazeau.
François Thomazeau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
LilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Genre artistique

François Thomazeau (né le à Lille) est un écrivain français de romans policiers et de romans noirs qui fut, dans les années 1990, l'un des pionniers de la vogue du polar marseillais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1995, il publie La Faute à Dégun chez l'éditeur corse Misteri, qui devient l'un des premiers néo-polars situés dans la cité phocéenne avec Total Khéops de Jean-Claude Izzo et Trois jours d'engatse de Philippe Carrese, sortis la même année (et pour l'ouvrage de Carrese chez le même éditeur).

Derrière ces précurseurs - qui avaient été précédés en 1981 par Jean Contrucci (La Poisse, réédité sous le titre Pris au piège en 2000, Comme un cheval fourbu, en 1984 et Un jour tu verras en 1987, réédité en 2009) puis par Michèle Courbou en 1994 avec Les Chapacans - de nombreux auteurs vont s'engouffrer dans la brèche et relancer par le biais du roman noir, la littérature populaire à Marseille. On peut citer René Merle, Gilles Del Pappas, Jean-Paul Delfino, Georges Foveau, Xavier-Marie Bonnot, Maurice Gouiran, Jean-Christophe Duchon-Doris, Annie Barrière ou Serge Scotto, qui tous pratiquent le genre policier à Marseille[2].

Après La Faute à Dégun, Thomazeau se lança dans la série des "RMistes justiciers", narrant les aventures rocambolesques de deux "pieds nickelés" marseillais, Schram & Guigou. La critique sociale affleure sous la forme cocasse de ces ouvrages publiés notamment dans la collection économique Librio.

À partir des années 2000, Thomazeau a un peu négligé sa carrière de romancier - malgré Bonne Mère ou l'inclassable Sans queue ni tête -, pour se consacrer à l'édition. Il a ainsi fondé avec plusieurs complices - dont Patrick Coulomb, Michel Martin-Roland, Jean-Christophe Duchon-Doris et Pierre Sérisier -, la maison d'édition L'Ecailler du sud (aujourd'hui L'Écailler ).

L'aventure et un vrai succès éditorial sinon commercial avec près de 150 ouvrages parus en dix ans, dont certains (Xavier-Marie Bonnot, Philip McLaren ou Joachim Sebastiano Valdez) ont fait une belle carrière en poche ou à l'étranger[3].

En 2010, il participe au lancement de l'aventure éditoriale « Au-delà du raisonnable » en y publiant un nouveau polar socio-comique : Consulting[4].

En 2012, il inaugure la collection Cœur Noir, aux éditions de l'Archipel avec Les Anneaux de la honte.

Parallèlement, François Thomazeau a rédigé des guides "bistronomiques" aux éditions Parigramme : Au vrai zinc parisien et Brasseries de Paris, ainsi qu'un Guide du Marseille insolite et un Guide du promeneur de Marseille avec le photographe Sylvain Ageorges.

Sa passion pour la ville où il a grandi lui donne l'occasion de publier en 2012 une brève histoire de Marseille (Marseille, quelle histoire! aux éditions Gaussen) ainsi qu'un roman historique sur la cité phocéenne, Marseille, une biographie aux éditions Stock[5]

Également journaliste sportif, il a longtemps été chef du service des sports de l'agence Reuters à Paris et a obtenu en 2005 le prix du meilleur article sportif de l'année décernée par l'Union syndicale des journalistes sportifs de France (USJSF) (ancien prix Martini).

Dans ce domaine, il a publié avec Fabrice Abgrall : 1936: La France à l'épreuve des Jeux olympiques de Berlin, aux éditions Alvik, et en 2008, toujours avec Fabrice Abgrall, la Saga des Mousquetaires, chez Calmann-Levy. Avec le même Fabrice Abgrall, en 2011, Coupe Davis 1991 - Naissance de la France qui gagne. Thomazeau a cosigné le scénario d'un film sur le dopage Contre la montre, réalisé en 2001 par Jean-Pierre Sinapi. En 2007, il a publié deux livres sur le rugby, Rugby Nostalgie - l'album d'une passion, aux éditions Hors Collection et un Petit guide de survie à l'usage de ceux qui ne comprennent rien au rugby, chez Pascal Petiot. En 2010, enfin, un ouvrage sur Les lieux mythiques du sport à Paris, chez Parigramme.

François Thomazeau est aussi traducteur de l'anglais (Philip McLaren, Nury Vittachi, Owen Thomas, Steve Earle).

Musicien occasionnel, il a fait partie des groupes Toto & les Engatses, Special Service, Ragazzi, Paparazzi, les Contribuables, les Chers Disparus (un album en 1992) et Lazy Days. Il sort un album en 2012 sous le sobriquet de Sauveur Merlan (Le Magnifique album de Sauveur Merlan).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1996. La Faute à Dégun, Méditorial.
  • 1997. Qui a tué Monsieur Cul ?, Librio Noir.
  • 1998. Qui a noyé l’Homme Grenouille ?, Librio Noir.
  • 2000. Bonne Mère, Écailler du suD.
  • 2000. Qui a occis le curé ?, L’Écailler du suD.
  • 2002. Qui a brûlé le Diable ?, Librio Noir.
  • 2002. Sang et Mort, Adcan Éditions.
  • 2003. Sans queue ni tête, L’Écailler du Sud.
  • 2003. Anges à Tuer rue Paradis, (avec J.C. Duchon-Doris). L'Écailler.
  • 2005. Qui a planté Harry Cover ?, L'Écailler.
  • 2007. Tontons, Éditions Rouge Safran.
  • 2010. Le maillot jaune s'est échappé, Éditions Comédia.
  • 2010. Consulting, Éditions Au-delà du raisonnable.
  • 2012. Les Anneaux de la honte, L'Archipel.
  • 2013. Marseille, une biographie, Stock.
  • 2018. Marseille confidential Plon, coll. « Sang neuf ».
  • 2018. La Fille au caoutchouc. Au-delà du raisonnable.

Souvenirs[modifier | modifier le code]

2012. Minot. Le Fioupélan.

Nouvelle[modifier | modifier le code]

2004. Onze fois l'OM : Le Tacle et la plume, Éditions L'Écailler du Sud

Textes de Marie Desplechin, Jean-Bernard Pouy, Frédéric H. Fajardie, Didier Daeninckx, Cyril Marasque, René Frégni, Jean-Paul Delfino, Serge Scotto, Jean-Christophe Duchon-Doris, Xavier-Marie Bonnot, et François Thomazeau

Documents[modifier | modifier le code]

  • 2003. Tour de France, un siècle de légendes, Pearson.
  • 2004. Au vrai zinc parisien, Parigramme. (avec Sylvain Ageorges)
  • 2006. Berlin 1936 : La France à l’épreuve des Jeux olympiques, Alvik (avec Fabrice Abgrall)
  • 2006. Brasseries de Paris, Parigramme. (avec Sylvain Ageorges)
  • 2007. Marseille insolite. Les trésors cachés de la cité phocéenne, Les Beaux Jours. (avec Sylvain Ageorges)
  • 2007. Rugby Nostalgie, Hors Collection.
  • 2007. Petit guide de survie à l’usage de ceux qui ne comprennent rien au rugby, Pascal Petiot
  • 2007. Le Tour de notre enfance, Le Layeur.
  • 2008. La Saga des Mousquetaires, Calmann-Levy. (avec Fabrice Abgrall)
  • 2008. Ma grande encyclopédie: les Jeux Olympiques, Éditions Milan. (avec Baptiste Blanchet)
  • 2008. Les Lieux mythiques du sport à Paris, Parigramme (avec Sylvain Ageorges)
  • 2009. Provence Quiz, Parigramme.
  • 2011. Guide du promeneur de Marseille, Les Beaux Jours.
  • 2011. Mods, la Révolte par l'Élégance, Le Castor Astral.
  • 2011. Coupe Davis 1991 - Naissance de la France qui gagne, (avec Fabrice Abgrall). Hugo & Cie.
  • 2012. Marseille, quelle histoire!, (avec Caroline Sury). Éditions Gaussen.
  • 2012. 1 000 chansons françaises, (avec Christian-Louis Eclimont). Editions Flammarion
  • 2014. Carnets du Tour. L'Archipel.
  • 2014. L'imposture du sport. Editions First
  • 2014. Faces B. Hors Collection
  • 2015. Guide du Tour 2015. L'Archipel
  • 2016. Univers Pop. Le Castor Astral
  • 2018. Les Marseillais (avec Patrick Coulomb). Ateliers Henry Dougier
  • 2018. The Cycling Podcast: A journey trhough the cycling year. Yellow Jersey (with Richard Moore, Lionel Birnie, Daniel Friebe, Orla Chennaoui)
  • 2018. Who Cover. Le Layeur.
  • 2018. L'histoire de la Coupe du monde de football pour les Nuls. First
  • 2018. Au vrai zinc de Paris (avec Sylvain Ageorges). Parigramme.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • 2003. Tueur d’aborigènes, de Philip McLaren. L’Écailler du suD/Folio.
  • 2005. Feng Shui Détective, de Nury Vittachi. L’Écailler du suD
  • 2007. Cadwallon, d’Owen Thomas. L’Écailler.
  • 2012. Je ne quitterai pas ce monde en vie, de Steve Earle. L'Écailler.
  • 2016. Bolt, la suprématie, de Richard Moore. Hugo.
  • 2017. La Journaliste, de Christina Kovac. Hugo

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Guillemin, « Le polar « marseillais ». Reconstitution d'une identité locale et constitution d'un sous-genre, Abstract », A contrario, vol. 1, no 1,‎ , p. 45–60 (ISSN 1660-7880, lire en ligne)
  2. « Polar aïoli », LExpress.fr,‎ (lire en ligne).
  3. « L'Ecailler.fr est à vendre - Corsicapolar », sur scripteur.typepad.com (consulté le 23 novembre 2017).
  4. « Entretiens: FRANÇOIS THOMAZEAU POUR SON ROMAN », sur culture-chronique.com (consulté le 23 novembre 2017).
  5. « Marseille, une biographie », Stock,‎ (lire en ligne).