François Thiéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Thiéry
François Thiery.jpg
François Thiéry
Biographie
Naissance
Pseudonymes
François Mourelet, Paul Ferris, Francis BamerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Œuvres principales
C'est toi, La langue de tamanoir (d), Brise dans le miroir (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

François Thiéry, dit François Thiéry-Mourelet, est un auteur et illustrateur né en 1952 à Charleville-Mézières. Il fut journaliste et conseil en communication. Il est élu Secrétaire général de la Société des Gens de Lettres (SGDL) le 11 mai 2020[1]. Il a aussi participé à plusieurs ouvrages collectifs (photographies, livres scolaires…)[2].

Noms de plume[modifier | modifier le code]

Il écrit sous son nom et plusieurs pseudonymes :

  • François Thiéry-Mourelet, ou François Mourelet (fiction) : romans, nouvelles, théâtre, humour : Éditions Sans Escale ; Éditions Unicité ; Éditions l'Échappée Belle ; Éditions Atlande ;
  • Paul Ferris (livres pratiques santé et jardinage) : Éditions Marabout ;
  • François Thiéry (romans jeunesse) : Éditions Magnard, Éditions Posidonia ;
  • Francis Bamer (albums jeunesse) : Éditions Aubépine ;
  • Yolande Lesourd (albums jeunesse) : Éditions Aubépine.*

Nom d'illustrateur :

  • Flora Thuch (albums jeunesse) : Éditions Aubépine.

Le style[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Bologne écrit[3] : « À ce doute sur le passé et le présent répond, pour fêler la « certitude idiote de l’avenir », une autre présence invisible et récurrente, qu’il (le poète) nomme Brise. Le nom même, qui oppose à la violence des bourrasques l’espoir d’un apaisement, n’est pas sans évoquer, dans ses consonances comme dans son rôle, la Béatrice de Dante. Brise, « l’unique horizon », « l’unique destination de chaque voyage », donne sens à l’« absurde errance » par la promesse d’un but à atteindre, un but toujours fuyant, mais bien réel. »

Dans la revue Europe[4] (N°118-119-120), Mathias Lair souligne  : « À la poursuite de Brise, "qui s’appelle comme le vent", écrit-il, François Thiéry-Mourelet nous emporte dans une course de par le monde, une course lyrique qui fait penser aux poèmes de Saint-John Perse ou encore au tout-monde d’Édouard Glissant, tous deux îliens, déportés au bord de l’immense. (…) Les humains sont souvent vagabonds, pêcheurs, et charpentiers, brigands, migrants, marins hirsutes échoués dans les bars, plus ou moins rescapés de guerres immondes. »

Bertrand Rouziès-Leonardi[5], dans la rubrique Au détour des livres de Mediapart (édition du 07/08/2022), analyse Brise dans le Miroir comme « un poème narratif — nous suivons les pérégrinations d’un « écriturier » saturé de vies, d’expériences, « d’orients et de nords » (« Bali parmi d’autres paysages »), qui, pour ne pas sombrer avec ce lest, se raccroche à la fraîcheur d’une jeune femme évanescente, nommée Brise, tout ensemble bouée et périssoire — et un poème à tableaux, du genre saisissant (…) »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

 Participation :

  • 1991 - Haute voltige pour une marionnette : disparitions à Amiens / textes, 350 jeunes écrivains de 15 classes de l'Amiénois... ; avec la collaboration de François Thiéry ; ill., écoles de Bonnay, Boves, Quevauvillers, avec Patrice Roger ; sous la direction de Colette Perdraut et Andrée Solas.
  • 1993 - Cap sur l'Antarctique : livre-jeu / les élèves du cours élémentaire deuxième année-cours moyen première année de l'École Jean-Catelas de Saleux, Somme ; avec l'aide de François Thiéry ; ill. de Roselyne Venant, etc. Éd. Corps puce.

Prix[modifier | modifier le code]

Prix Sobrier-Arnould de littérature jeunesse décerné par l'Académie Française 1981 pour Papa Noël et le petit Noël.

• Prix du recueil de poésie Jeanne Marvig - Académie des Jeux Floraux 2022 pour Brise dans le miroir.[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nouvelle présidence à la SGDL », sur www.sgdl.org (consulté le )
  2. Thiéry, François (1952-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 10111-frfre (consulté le )
  3. « lectures2022 », sur www.jean-claude-bologne.com (consulté le )
  4. Mathias LAIR, « François THIÉRY-MOURELET : Brise dans le miroir », mensuelle,‎ juin-juillet-août 2022, p. 355-356
  5. Bertrand Rouziès-Léonardi, « Une plume qui ne manque pas d’air », sur Mediapart (consulté le )
  6. « Palmarès 2022 », sur Jeux Floraux (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]