François Staal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Staal
Francois Staal libre.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (56 ans)
RouenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Instrument
Site web

François Staal, né François Dussaux à Rouen le , est un compositeur de musiques de film et auteur-compositeur-interprète français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Henri-IV, c'est en autodidacte qu'il aborde les chansons, la musique de film et l'écriture. Il compose plus de 60 musiques de films pour le cinéma et la télévision. Il travaille en utilisant des techniques aussi différentes que les musiques acoustiques modernes, jazz ou rock, ou les synthétiseurs. Mais ce sont principalement les orchestres symphoniques qui interprètent ses compositions.

Parallèlement, il est aussi l'auteur et le compositeur, interprète de ses propres albums. Il collabore avec Jean Fauque, Elvire Murail, Kate, et Charlélie Couture à l'occasion de ses albums de "French Poétique Rock", comme il le définit lui-même.

En 2016, François Staal obtient le prix "Laurier de la radio et de la television" de la meilleure musique de film, du club audiovisuel de Paris[1].

François Staal se produit régulièrement en concert, notamment à l'Olympia le 11 novembre 2011 et le 5 septembre 2014 (en tant que coup de cœur officiel de l'Olympia)[2],[3],[4],[5].

Compositions[modifier | modifier le code]

Cette section récapitule les principaux films de François Staal. Pour une liste plus complète, consulter IMDb[6].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 2014 : La grenouille Bleue
  • Cambriole, de Laurent Jaoui - Persona Films
  • Casse-noisettes, de Jérôme Foulon - Fgp
  • A mère, de J. Sicard - La litote (Festival de Cannes 1991)
  • Arène, de Nicolas Cuche
  • L'ennemi, de Hervé Renoh - Bâle Films
  • L'odeur de l'amour - Dum Dum Films

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • 2018 : Fin de vie, documentaire de Aude Rouaux, France 5
  • 2016 : Quand les Allemands reconstruisaient la France, documentaire de Philippe Tourancheau, France 2
  • 2015 : Résistance- L'histoire, documentaire de Laurent Jaoui, France 3
  • 2014 : La France des grands patrons, documentaire de Laurent Jaoui, France 3
  • 2012 : Obama, L'homme qui voulait changer le monde, documentaire de Laurent Jaoui, France 3
  • 2012 : Le destin de l'Inde, documentaire de Laurent Jaoui, France 3
  • 2011 : Rue Copernic, documentaire de Laurent Jaoui, France 3
  • Ushuaïa : Straight down, Frost, Kayac, Tunnel, Le saut, de Frédéric Potier, TF1
  • Une petite pierre, 52 min, Arte & Bâle Film
  • Sur le banc des métros, 52 min, Arte & Bâle Film

Publicités[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Primevère, de Jérôme Foulon
  • Les deux amies, de Jérôme Foulon
  • Camino, de Frédéric Potier
  • Bad, de Frédéric Potier

Discographie[modifier | modifier le code]

Cette section récapitule les principaux albums de François Staal. Pour une liste plus complète, consulter Bibliothèque nationale de France[7].

François Staal se réclame de la famille des "rockeurs à texte" en français tels Gérard Manset, Alain Bashung, Arno, CharlÉlie Couture, Jacques Dutronc, Hubert-Félix Thiéfaine, Dominique A, Rodolphe Burger. Sur une musique plutôt anglo-saxonne, il travaille ses textes en cherchant une "certaine abstraction" et un sens ouvert à l'auditeur. Il met en musique des textes de Charles Baudelaire dans chacun de ses albums. Il collabore avec Jean Fauque, Elvire Murail et Kate en plus de ses propres écrits dont l'esprit est humaniste sans être dénué d'une certaine subversion. En 2014, François Staal compte à son actif 4 albums tous originaux et 3 EP, dont 1 composé de 6 titres également originaux[8].

Récompense[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Lauréats 2015 - Le Club Audio Visuel de Paris », sur Le Club Audio Visuel de Paris (consulté le 17 février 2016)
  2. François Staal : coup de cœur de l'Olympia 2014, sur lefigaro.fr, consulté le 1er octobre 2015
  3. Coupdeprojo : François Staal pour L'Irrespect, son nouvel album, sur francebleu.fr, consulté le 1er octobre 2015
  4. François Staal en concert à Paris, sur evous.fr, consulté le 1er octobre 2015
  5. François Staal en session Bande Passante, sur rfi.fr, consulté le 1er octobre 2015
  6. (en) « Filmographie de François Staal », sur Internet Movie Database (consulté le 28 mars 2016)
  7. « Discographie de François Staal », sur Bibliothèque nationale de France (consulté le 28 mars 2016)
  8. François Staal, Où?, sur idolesmag.com, consulté le 1er octobre 2015
  9. Lauriers 2016 de la Radio et de la Télévision, sur francetelevisions.fr, consulté le 14 mai 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]