François Saltiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Saltiel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

François Saltiel, né le 28 mars 1981 à Gennevilliers[1],[2], est journaliste, auteur, réalisateur et producteur[3].

Il semblerait que F. Saltiel ne participe plus à l'émission 28min sur Arte

Biographie[modifier | modifier le code]

François Saltiel est né le 28 mars 1981 à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

En tant que journaliste, il a contribué à plusieurs émissions télévision et radio[1],[2] : il a travaillé à la rédaction du magazine télé Culture Pub de 2000 à 2012, et sur la radio Le Mouv' (Radio France) de 2012 à 2015.

En 2007, il cofonde la structure de production audiovisuelle Art2voir[4].

Il enseigne à la Sorbonne Nouvelle et à l’Institut français de presse. Il est membre du Club XXIe siècle et ambassadeur de TEDx Champs Elysées Women[4].

Il est par ailleurs vice-président de l'association Txiki productions[5] à l'origine du Txiki Festival ; ce festival de cinéma et d'éducation aux images et aux médias pour enfants a lieu à Biarritz depuis 2013.

De 2016 à 2021, il tient une chronique (consacrée notamment aux nouvelles technologies) dans l'émission 28 minutes (sur Arte)[6].

Depuis septembre 2021, il officie sur France Culture.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Outre ses activités de journaliste radio ou télévision, François Saltiel a publié deux essais :

  • François Saltiel, Le vendeur de thé qui changea le monde avec un hashtag, Flammarion,

Dans son premier livre, l'auteur revient sur des exemples concrets d'influence des réseaux sur le cours des évènements, comme l'histoire d'un simple vendeur de thé devenu célèbre et facteur de paix entre l'Inde et le Pakistan[3],[7].

  • François Saltiel, La société du sans-contact : Selfie d’un monde en chute, Flammarion, , 224 p..

Dans son deuxième essai, La société du sans-contact, l'auteur analyse les transformations, en quelques décennies, de notre société devenue numérisée et hyperconnectée virtuellement, mais où les nouvelles technologies des géants du web s’infiltrent dans la vie de chacun au détriment du contact direct avec d’autres humains[8]. Il reprend la formule : « dans la société du sans-contact, nous sommes seuls ensemble »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Aurore Vaucelle, « Le Franc-Tireur », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Nous sommes seuls ensemble », Le Maine libre,‎
  3. a et b Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek, « François Saltiel », sur France Inter, (consulté le )
  4. a et b https://www.babelio.com/auteur/Francois-Saltiel/483043
  5. « François Saltiel », sur France Culture
  6. Marie-Hélène Soenen, « “28 minutes” sur Arte : une salutaire hauteur de vue », Télérama,‎
  7. « En 2016, un hashtag apaise les tensions entre l’Inde et le Pakistan », Le Parisien,‎
  8. a et b Jean-Baptiste Semerdjian, « La société du sans-contact est-elle inéluctable? », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]