François Régis Alziari de Malaussène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malausséna.
François Régis Alziary de Malausséna
Fonctions
Maire de Nice
-
Vice-président
Conseil de préfecture des Alpes-Maritimes (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Le comte François Régis Antoine Marie Alziary de Malaussena, né le 21 décembre 1837 à Nice (alors province de Nice du royaume de Sardaigne) et mort en août 1905 à Nice (Alpes-Maritimes, France), est maire de Nice de 1886 à 1896 sous la Troisième République.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils du comte Clément Alziary di Malaussena, capitaine dans l'armée piémontaise, et de Fortunée Roux Tondutti de Peillon.

D'abord capitaine de brigade dans l'armée piémontaise, il entre ensuite dans l'administration française en mai 1861. Il est successivement : conseiller de préfecture de l'Ardèche (mai 1861), employé au ministère de l'Intérieur (septembre 1863), sous-préfet du Blanc (département de l'Indre, décembre 1863), conseiller de préfecture des Alpes-Maritimes (octobre 1869), vice-président du Conseil de préfecture des Alpes-Maritimes (de 1878 à 1881). Il démissionne en juillet 1881 et vit de ses rentes à partir d'octobre 1881.

Républicain conservateur (centre droit), il est élu conseiller municipal de Nice en avril 1886 et est réélu en mai 1886. Il est ensuite élu maire de Nice le 10 novembre 1886 en remplacement de Jules Gilly, démissionnaire. Réélu en mai 1888 et en mai 1892, il est battu par Honoré Sauvan en 1896.

Il ne doit pas être confondu avec le vicomte François Octave Alziary de Malausséna, maire de Gorbio et conseiller général de Saint-Étienne-de-Tinée de 1877 à 1883, ni avec son cousin François Alziary, fils de Clément Alziary et maire de Roquesteron-Puget de 1892 à 1919.

Il avait été fait Chevalier de la Légion d'honneur en 1887.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives de la Préfecture de Police, B/A 930.
  • Archives départementales des Alpes-Maritimes, 2M19.
  • État civil.
  • Dictionnaire biographique des Alpes-Maritimes, Nice, 1903.
  • Jules de Orestis di Castelnuovo, La noblesse niçoise, Nice, 1912.
  • Le Phare du Littoral, 11 novembre 1886.
  • L'Eclaireur de Nice, 10 mai 1892.

Articles connexes[modifier | modifier le code]