François Quelvée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Quelvée
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Activité

François, Albert, Ernest Quelvée (né le à Évreux et mort le à Saint-Germain-en-Laye) est un peintre, graveur et illustrateur français[1].

Il signait François-Quelvée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Maurice Denis dont il fréquente l'atelier d'art sacré, il a reçu de son maître, après avoir rempli une fonction dans les travaux publics, le goût des larges compositions.

C'est essentiellement un peintre de genre, de nus, de bouquets ainsi que des paysages d'Afrique du Nord.

Il a exposé au Salon d'automne, après 1919, au Salon des indépendants à partir de 1921, et aux Tuileries, à partir de 1923, et a pris part à plusieurs expositions à l'étranger (notamment au Palais des Beaux-Arts de Mexico en septembre 1941).

En 1922, il expose à la galerie parisienne Marcel Bernheim, 2bis rue de Caumartin[2]. En 1928, il réalise les décors et costumes de « Mârouf, savetier du Caire », opéra-comique en cinq actes d'Henri Rabaud, livret de Joseph-Charles Mardrus, qui connut un succès durable à l'Opéra Comique et à travers le monde dès sa création en 1914. Pour l'Opéra de Paris, en 1929, il réalise les décors et costumes de « Créatures de Prométhée », chorégraphie de Serge Lifar, sur une musique de Beethoven[3].

Il était professeur à l'école des arts décoratifs. Gaëtan de Rosnay travaille avec lui dans les années 1940.

Quelques-unes de ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Terrasse de café à Sfax, huile sur carton 36 cm × 52 cm
  • Le Pecq, bord de Seine au printemps (1958 ?), huile sur toile. 50 cm × 61 cm
  • Femme de harem tunisien, huile, signée. 38 cm × 46 cm
  • La Pêche miraculeuse, huile sur toile, signée en bas à gauche. 46 cm × 65 cm
  • Modèle devant la fenêtre, huile sur toile, signée en bas à gauche. 46 cm × 65 cm
  • Nature morte aux figues et aux raisins, huile sur toile, signée en bas à gauche. 49,5 cm × 60 cm
  • Nu à la toilette, huile sur toile, signée en bas à droite. 32 cm × 37,5 cm
  • La Cueillette de pommes, huile sur carton, signée. 35,2 cm × 24,5 cm, Musée des beaux-arts de Calais
  • Entablement aux oursins, huile sur toile, signée en bas à droite. 38 cm × 46 cm
  • Bord de rivière, huile sur toile, signée en bas à droite. 33 cm × 41,5 cm
  • 1920 : Scène de rue à Venise, aquarelle signée et datée. 34 cm × 27 cm`
  • 1922 : L'Idylle du marin, huile sur toile signée et datée en bas à droite. 28 cm × 46 cm
  • vers 1923 : Soleil couchant sur le Palais des doges. 65,3 cm × 81 cm[4], Musée Maurice-Denis de Saint-Germain-en-Laye
  • 1923 : L'Annonciation de Cargèse, huile sur carton signée en bas à droite, 35 cm × 46 cm[5]
  • 1924 : À l’opéra, aquarelle, signée en bas à droite et datée. 43 cm × 52 cm
  • 1925 : Salomé dansant, aquarelle. 52 cm × 41 cm
  • 1925 : Etude pour David dansant devant l'arche, aquarelle, signée en bas à droite. Titrée en bas à gauche. 54,5 cm × 42 cm
  • 1933 : Jeunes filles et marins sur le port, huile sur toile. 33 cm × 41 cm
  • 1939 : Paysage du midi, huile sur toile, signée et datée. 54 cm × 65 cm
  • 1940 : Deux grandes toiles décorant l'amphithéâtre de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles de Roubaix (environ 3,50 x 2,50 m)
  • vers 1940 : Portrait de Madame de R., huile sur toile, signé et dédicacé en bas à gauche. 54 cm × 45 cm
  • 1942 : Le Retour des chèvres, 60 cm x 48 cm.
  • 1944 : Nu rose et or, toile absorbante, 33,2 cm x 40,8 cm, musée des beaux-arts de Brest[6]
  • 1945 : Femme sortant du bain, huile sur panneau, signée en bas à droite. 26,5 cm × 21,5 cm
  • vers 1946 : Le Repos, aquarelle, esquisse pour le préau de l'école de filles de l'avenue Simon-Bolivar, Paris XIXe, Musée d'art moderne de la Ville de Paris[7]
  • 1948 : Promenade à Cannes, huile sur carton, signée en bas à gauche. 32,7 cm × 41 cm
  • 1948 : Le Chemin, huile sur carton, signée en bas à gauche. 46 cm x 55 cm
  • 1954 : Hérodiade, huile sur toile, 37,8 cm x 45,9 cm, musée des beaux-arts de Brest[6]

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Musée Maurice Denis, Notice biographique
  2. Chronique des arts et de la curiosité. Supplément à la Gazette des arts, 1922
  3. (en) Claire Paolacci, Serge Lifar and the Paris Opera during World War II, Journal of the Oxford University History Society
  4. Musée Maurice-Denis, Notice biographique et description
  5. Description et photographie
  6. a et b Renaissance du Musée de Brest, acquisitions récentes : [exposition], Musée du Louvre, Aile de Flore, Département des Peintures, 25 octobre 1974-27 janvier 1975, Paris, , 80 p.
  7. Paris Musées Collections

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Mourey, François Quelvée. Étude critique, collection « Les peintres nouveaux » (n° 33), Paris, Gallimard, 1927.

Liens externes[modifier | modifier le code]