François de Poilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis François Poilly)
François de Poilly
Image dans Infobox.
Portrait de François de Poilly par Jean-Louis Roullet
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
François PoillyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
apprentissage chez le graveur parisien Pierre Daret
Maître
Élève
Lieu de travail
Influencé par
Fratrie
Nicolas de Poilly (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
François II de Poilly (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

François de Poilly[1], né à Abbeville en 1623 et mort à Paris en 1693, est un graveur et éditeur d'estampes français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père orfèvre qui lui donne ses premières leçons de dessin et l'envoie en apprentissage en chez le graveur parisien Pierre Daret, Poilly, influencé par l'exemple de Claude Mellan[2], se rend ensuite à Rome où il séjourne pendant sept ans auprès de Cornelius Bloemaert. C'est dans l'atelier de ce peintre et graveur néerlandais qu'il acquiert la maîtrise de son art.

« Il réussit parfaitement dans cette manière, où la sorte de froideur qui en est inséparable, est entièrement gazée par la douceur, le moelleux et la beauté du faire ; par le rare talent qu'avait Poilly de conserver les grâces, la noblesse et la précision des tableaux qu'il gravait ; avantage résultant de ce qu'il était excellent dessinateur[3]. »

L'œuvre de Poilly compte environ 400 pièces. Il a gravé principalement des sujets religieux, d'après Raphaël, Guido Reni, Annibale Carracci, Pierre Mignard, Charles Le Brun, Nicolas Poussin, Sébastien Bourdon, Eustache Lesueur.

Son élève Jean-Louis Roullet a laissé de lui un portrait remarquable, au sujet duquel Pierre-Jean Mariette écrit :

« Roullet avait commencé de [le] graver par motif de reconnaissance, et il en voulait faire un présent aux enfants de Poilly, son ancien maître ; mais il mourut sur cet ouvrage et le laissa imparfait. Pierre Drevet se chargea de le rachever et le voulut aussi faire gratuitement ; l'on reconnaît aisément son travail dans la perruque et dans plusieurs parties de la tête. C'est M. Poilly, le fils de François, qui m'a appris cette particularité[4]. »

Descendance et famille[modifier | modifier le code]

François de Poilly, marié à Marguerite Weyen, eut au moins deux fils, Herman (1659-1694) et François II (1666-1741), également graveurs. Le frère puîné de François, Nicolas de Poilly (1626-1698), devient également graveur, ainsi que les trois fils de celui-ci, Jean (1669-1728), François III (1671-1723), et Nicolas (1675-1723)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois appelé François Poilly. Né en 1622 ou 1623 selon les sources.
  2. a et b « Histoire de la gravure : Une famille de graveur, les Poilly », par José Lothe, Annuaires de l'École pratique des hautes études, Paris, 2000, 14, pp. 159-161 — sur persee.fr.
  3. F. E. Joubert, Manuel de l'amateur d'estampes, Paris, 1821, vol. II, p.365-366.
  4. Pierre-Jean Mariette, Abecedario de P.-J. Mariette, et autres notes inédites de cet amateur sur les arts et les artistes, ouvrage publié par MM. Ph. de Chennevières et A. de Montaiglon, Dumoulin, Paris, vol. IV, 1857-1858, p. 188. Orthographe modernisée.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]