François Pillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pillet.

François Pillet
Illustration.
Fonctions
Membre du Conseil constitutionnel
En fonction depuis le
(5 jours)
Président Laurent Fabius
Prédécesseur Jean-Jacques Hyest
Sénateur français

(11 ans, 2 mois et 14 jours)
Élection 21 septembre 2008
Réélection 28 septembre 2014
Circonscription Cher
Groupe politique RASNAG (2007-2008)
Rattaché UMP (2008-2015)
Rattaché LR (2015-)
Successeur Marie-Pierre Richer
Conseiller général du Cher

(9 ans, 8 mois et 20 jours)
Circonscription Canton de Mehun-sur-Yèvre
Prédécesseur Jean Manceau
Successeur Armand Koszek
Maire de Mehun-sur-Yèvre

(16 ans et 8 jours)
Prédécesseur Jean Manceau
Successeur Jean-Louis Salak
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Bourges (Cher, France)
Nationalité Française
Profession Avocat

François Pillet, né le à Bourges, est un avocat et homme politique français. Il est membre du Conseil constitutionnel depuis 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il exerce la profession d'avocat.

Batônnier de l'ordre des avocats de Bourges de 1996 à 1997, il a notamment rédigé un ouvrage dédié aux mécanismes des procédures fiscales (Guide pratique de la procédure dans le contentieux fiscal, 3e édition en 2003, LexisNexis, Collection Litec fiscal).

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Le 17 décembre 2007, à la suite de la mort de Serge Vinçon, il devient sénateur du Cher. Réélu le 21 septembre 2008, il siège comme rattaché au groupe UMP puis LR.

Il est membre et vice-président de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d'administration générale du Sénat. Il est président du comité de déontologie du Sénat depuis 2015. En 2011, il fait partie des principaux opposants au fichage biométrique de la population[1], déclarant : « L’ampleur de cette base qui pourrait, si elle avait existé depuis des années, contenir actuellement 45 millions d’individus, doit donc décupler notre vigilance. En effet, aucun fichier de ce type et de cette dimension n’existe actuellement. Il constitue, de ce fait, je dirais « le fichier des gens honnêtes ». »

Il soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[2].

En 2019, il est nommé membre du Conseil constitutionnel sur proposition du président du Sénat, Gérard Larcher, en remplacement de Jean-Jacques Hyest[3].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]