François Natter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Natter
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Parti politique

François Natter, né en 1922 et décédé en 2005, est un intellectuel français du XXe siècle, nationaliste, royaliste, fondateur et doyen de Facultés libres. Il est aussi connu par son nom de plume, Étienne Malnoux.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Natter a suivi ses études secondaires au Lycée Charlemagne de Paris, puis a été étudiant en khâgne au lycée Henri IV[1]. Il milite aux étudiants d'Action française à la fin de la Seconde Guerre mondiale[2]. Après avoir été assistant dans une école britannique catholique, Natter devient professeur au lycée Alain Fournier de Bourges dans les années 1950, durant une dizaine d'années[1]. Il préside dans cette ville la section locale de l'Association Guillaume Budé[3]. Et milite au Cercle Fustel de Coulanges[4]. Il rejoint ensuite l’Université de Paris-Sorbonne, comme maître-assistant d'anglais puis plus tard maître de conférences à Paris-IV.

Membre de la Restauration nationale (France), il collabore dans les années 1960, sous le pseudonyme d'Étienne Malnoux, au périodique L'Esprit public (revue), antigaulliste et partisan de l'Algérie française[5]. Il cosigne le Manifeste des intellectuels français pour la résistance à l'abandon d'octobre 1960 et adhère dès l'origine, en mai 1961, au SPES (Secours populaire aux familles des personnes épurées ou sanctionnées, devenu le Secours populaire par l’entraide et la solidarité en juillet 1961, de Jean La Hargue[6].

Il collabore ensuite à la revue catholique traditionaliste et anticommuniste Itinéraires (revue), dans laquelle il est vent debout contre les réformes universitaires et contre « la révolution culturelle marxiste » à l'Université[7]. Avec ses amis Claude Polin et Claude Rousseau, comme lui maîtres assistants à la Sorbonne, il fonde et préside au lendemain de mai et juin 1968 un Cercle Augustin Cochin, qui se propose « une étude critique des buts et des méthodes de la révolution culturelle ». Fin 1968, ce cercle s'associe à d'autres clubs pour fonder la Confédération des clubs et mouvements libres. Lors de la réunion constitutive, Natter traite du problème de l'éducation : selon lui, le ministre de l'éducation Edgar Faure a complété « l'œuvre médiocre » de son prédécesseur Christian Fouchet et «  l'on assiste peu à peu à la mise en place du vieux plan communiste plan Langevin-Wallon »[8]. Natter et cette confédération constituent un comité de soutien à Alain Poher en mai[9]. Il participe aussi aux colloques des « intellectuels pour la liberté » de l'Institut d'études occidentales, aux côtés d'intellectuels tout autant opposés au marxisme comme Thierry Maulnier, Paul Sérant ou Louis Rougier[10].

Membre du bureau national du syndicat autonome des facultés des lettres[1], il fonde en réaction aux événements de mai 68 une faculté libre, la Faculté libre internationale pluridisciplinaire (FACLIP), ouverte en novembre 1969 et dont il est le doyen. Comme sa devancière la Faculté libre de droit, d’économie et de gestion (FACO Paris) (FACO) d'Achille Dauphin-Meunier, elle est appuyée par l’Association des parents pour la promotion de l’enseignement supérieur libre (APPESL), fondée en 1967 et présidée par Aimé Aubert[11]. Natter a été suivi par quelques-uns de ses collègues universitaires de la Sorbonne (Paris-IV[12]) ou de Nanterre, comme Frédéric Deloffre ou Jacques Rougeot, animateurs de l'Union nationale inter-universitaire, Senninger (français, de Nanterre), Pierre Grimal (latin, de la Sorbonne), Roland Mousnier (histoire, de la Sorbonne), Pillorget (histoire) ou Malliavin (mathématiques, de la Sorbonne), désireux de faire face « à l'emprise idéologique » des universités publiques et « pallier l'inadpatation et l'insuffisance des études supérieures ». La FACLIP entend délivrer un « enseignement conforme au patrimoine intellectuel, spirituel et aux grandes traditions humanistes de la France et de la civilisation chrétienne »[13]. Cette faculté, qui pratique la sélection à l'entrée, et dont les frais d'inscription s'élèvent à 2 000 francs par an à l'origine, attendait plus de 500 étudiants. Une cinquantaine seulement s'est inscrit lors de la première année, du fait de l'incertitude des équivalences des diplômes[14]. Dans une conférence qu'il donne en 1971 au Centre d'études politiques et civiques, Natter fustige  « l’outrance de quelques gauchistes chevelus » et surtout « l’attaque insidieuse et générale menée contre nos institutions ou plutôt contre le fondement même de notre civilisation », et le « doute insinué sur la qualité de nos valeurs » qui s’empare « de façon insidieuse, méthodique, sournoise sur les esprits et les âmes ». Il dénonce la « marxisation du corps enseignant », la « démocratisation de l'enseignement » aussi, depuis la réforme qui a mis en place la scolarité obligatoire à 16 ans, « l’abêtissement », « l’abolition du passé » et l’endoctrinement de la « pédagogie nouvelle » qui ont pour conséquence « le nombre d’élèves médiocres et incapables de continuer des études », ce qui entraîne « l’abaissement du niveau intellectuel » des élèves et provoque leurs rancœurs. Natter oppose « les syndicats marxistes, ou marxisants, ou marxisés », au syndicat autonome des facultés des Lettres, qui « fait un bon travail » , et vante l'action de l'Union nationale interuniversitaire (UNI), « un mouvement énergique, bien structuré, dirigé par mon ami Deloffre, qui a un certain style à lui, et qui fait certainement un travail efficace et utile, par son opposition au communisme » et celle des étudiants du Comité des étudiants pour les libertés universitaires (CELU), fondée en juin 1968, « qui ont fait un travail très remarquable d'approfondissement doctrinal ». Il conclut ainsi: « Si les choses ne sont pas arrêtées d'une façon miraculeuse, avant quelques années, dans dix ans, nous serons transformés en république populaire du style Pologne ou Roumanie, sans qu'il se soit passé de révolution violente »[15]. Dans un entretien donné au périodique du CELU (Université libre[16]) en 1972, Natter affirme encore que « la crise de la jeunesse a bon dos pour servir d'alibi à différentes révolutions: celles qui minent l'Eglise romaine, en particulier en France, la société capitaliste libérale et l'Etat fort, qui tout en prétendant assurer sa défense, livre en fait à sees destructeurs les plus acharnés les grands corps de l'Etat ». Il vitupère une nouvelle fois la marxisation du corps enseignant et la pédagogie nouvelle, qui aurait pour « premier objectif l'abêtissement scientifique et systématique des élèves », et affirme que les « organisations révolutionnaires étudiantes et lycéennes » de mai 68 ont été dirigées et manœuvrées par « les organisations et syndicats marxistes de l'enseignement et les animateurs socioculturels laïcs ou soi-disant catholiques ». La FACLIP entend former des cadres de qualité grâce à son enseignement en lettres et en sciences et des futurs professeurs dès lors qu'elle prépare au CAPES et à l'agrégation. Elle se veut strictement apolitique. Elle a été formée sous le statut de société coopérative à capital variable et est domiciliée au 44, rue de Rennes, dans le 6e, à Paris. Elle est présidée par André Récipon, banquier, catholique contre-révolutionnaire[17]., secondé par Aurélien de Sèze, directeur général. Elle fait face à ses débuts à un problème de financement dès lors qu'elle ne reçoit pas d'aide publique: elle dépend des frais de scolarité (2 500 francs par an en 1971) et du « dévouement de personnes privées, coopérateurs de la société coopérative ». Depuis une loi du 12 juillet 1971, les étudiants de la FACLIP sont interrogés par un jury d'une université publique, en l'occurrence Paris-IV[18].

Il quitte ensuite la FACLIP pour fonder en 1973 une autre faculté libre, la Faculté libre de Paris et de l'Ile-de-France[19]. Une faculté qui bénéficie de l'appui de l'APPESL d'Aubert, d'une suvention de l'Etat jusqu'en 1982 et d'un soutien financier de la mairie de Paris de Jacques Chirac de 1982 à 1994, jusqu'à ce que Natter déclare dans le quotidien de l'extrême droite catholique Présent (quotidien), mis d'ailleurs à la disposition de ses étudiants, que les « universités d'Etat sont politisées, amorales, intellectuellement médiocres et pléthoriques », alors que sa faculté libre est « une entreprise de formation, de salubrité et de désintoxication intellectuelle » dont l'enseignement, « étranger aux agitations politiques et à tout asservissement doctrinal », est « respectueux des valeurs traditionnelles de la civilisation chrétienne »[20]. Le MRAP s'en étant ému, et ayant demandé la fin de cette subvention, le conseil de Paris la supprime en octobre 1994[21]. Le sénateur PRG, et universitaire, Gérard Delfau, a également protesté, n'admettant pas que l'Etat subventionne cette faculté dirigée par un doyen se situant « dans la lignée du courant contre-révolutionnaire et antirépublicain »; la subvention de l'Etat ayant en effet été rétablie en 1993 (200 000 francs)[22].

Dans le même temps, Natter collabore aux Cahiers Charles Maurras, publie des textes de Charles Maurras avec ses amis Claude Rousseau et Claude Polin, professeurs à la FACLIP[23] et donne des conférences sur Maurras et l’enseignement. Sous le nom de plume d’Étienne Malnoux, il dirige de 1974 à son décès une nouvelle mouture de la Revue universelle, La Revue universelle des faits et des idées [24]. En 1976, il cosigne la « déclaration des trente universitaires catholiques » affirmant leur « communion de pensée » avec Mgr Marcel Lefebvre et leur adhésion à « la Tradition catholique », rédigée par Jean de Viguerie et signée aussi par Dauphin-Meunier, Marcel de Corte ou Roland Mousnier[25]. Il demeure jusqu'à sa mort un conférencier des milieux d'Action française, participant par exemple au colloque " Pour une riposte au socialisme " organisé par l'AF de Pierre Pujo en 1982 ou à un autre colloque en 1987, pour le millénaire capétien, sur "les capétiens et leurs rois"[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Les Cahiers du CEPEC, no 42
  2. On le trouve à leur congrès national d' avril 1944 à Lyon, donnant un exposé sur « révolution ou restauration, une constante éternelle d'un ordre nouveau ». Il a publié aussi un article sur Barrès dans le numéro de janvier 1944 de l'Étudiant français: L'Étudiant français, avril 1944,
  3. Bulletin de l'Association Guillaume Budé, Année 1956 Volume 1, No 2 p. 19-21, Bulletin de l'Association Guillaume Budé, Année 1960, Volume 1, No 1 p. 66-99
  4. ll participe au banquet de 1955, signe avec le président du Centre Henri Boegner un texte sur « l'unité de formation des maîtres, principe d'une vraie réforme de l'enseignement » dans le numéro de juillet 1954 des Cahiers du Cercle, et publie un autre texte en décembre 1957 sur le bilinguisme: Les Études sociales, juin 1959, p. 85
  5. Anne-Marie Duranton-Crabol, Le Temps de l'OAS, Complexe, 1995, p. 120. Il signe notamment les articles "Le Fascisme est passé" (no 25, décembre 1961 ) , "la rébellion paysanne" ( no 22, juillet-août 1961 ), "La Portée d'un refus", "les décombres" ( no 32, août-septembre 1962 ), "Phénoménologie de l’U.N.R" ( No 36 – janvier 1963 )
  6. , Documents SPES, Cinq ans de combat, tome I Les appels, Ed. du Fuseau, 1966, p. 15 ( Premières listes de personnalités ayant donné leur adhésion au Spes ). Sur le SPES, cf. Stéphane Gacon, « Histoire d’une amnistie, l’amnistie de la guerre d’Algérie » in « Traces de la guerre d’Algérie », Cahiers de l’IHC, no 2/1995]. Jean La Hargue, professeur au lycée Carnot, suspendu, a d'abord fondé en avril 1961 le Comité universitaire de secours aux familles de fonctionnaires sanctionnés. Il a assisté en 1964 au banquet annuel de la Restauration nationale: Aspects de la France, 3 décembre 1964
  7. Itinéraires, no 104, juin 1966, no 105, juillet-août 1966, no 125, juillet-août 1968, no 168, décembre 1968, décembre 1972, no 169, janvier 1973, Itinéraires, no 171, mars 1973, E. Malnoux, "L’enseignement “rénové” du français dans les Universités", p. 24-46
  8. 'Le Monde, 14 décembre 1968, La Revue des deux mondes, janvier 1969, p. 236, La Revue des deux mondes, février 1969, C. Polin et C. Rousseau, « La réforme de l'Université ». Les 8 autres clubs de la Confédération sont le Club des montagnards de Guy Vinatrel, l'Association pour une démocratie moderne du député Raymond Dronne, Réalités nouvelles de Me Jean-Marc Varaut, le Centre européen de coordination de C. H. Lecomte, la Démocratie nouvelle de France de Jean-Yves Chevallier, le Club des Prouvaires du sénateur Jean Legaret, Avenir-action de Gérard Heuchon, et le Rassemblement pour l'avenir français de Robert Bichet.
  9. Le Monde, 10 mai 1969
  10. Le Monde, 27 novembre 1968
  11. Les Cahiers du CEPEC, no 42
  12. Dans les colonnes de l'hebdomadaire Carrefour ( 5 juin 1970 ), Natter ( alias Etienne Malnoux ) estime capital l'existence d'une facultés des lettres ( Paris-IV ) qui ne soit pas marxiste.
  13. Aspects de la France, 16 octobre 1969, no 1100, "Une nouvelle faculté libre à Paris", Revue des deux mondes, novembre 1969, "Les propos du mois", p. 487. Elle siège au 44, rue de Rennes.
  14. Le Monde, 27 novembre 1969, "La FACO et la FACLIP n'ont que cinq cents étudiants"
  15. Les Cahiers du CEPEC, no 42, 59e dîner-débat du 6 mai 1971, dont il est le conférencier sur le thème « pédagogie nouvelle et subversion »
  16. Présentation du périodique sur le site de l'Institut français de l'éducation
  17. Récipon a été P-DG de la Banque de Financement pour l'Industrie et le Commerce, président de la Banque Brière à Noyon. Raoul Follereau l'a désigné en 1968 pour lui succéder à la tête de son association devenue la Fondation Raoul-Follereau. Il a été délégué général des Associations Familiales Catholiques, Secrétaire Général de la Fédération Nationale des organismes de Gestion de l’Enseignement Catholique ( fides.org, 5 mars 2007, Histoire des associations familiales catholiques: un siècle d'action civique et sociale depuis les associations catholiques de chefs de famille, François-Xavier de Guibert, 2003 ). Il participe en 1964 ( rapport sur les familles françaises pour « défendre les droits naturels des familles, et souvent même, contre ceux dont c'est le rôle de protéger la famille. Mais plus personne ne connaît le droit nature! et à chaque problème, à chaque menace qui pèse sur la famille, il faut recommencer »: Nouvelliste du Rhône, 4 mai 1964, p. 3 ) et 1969 ( thème du congrès: « Culture et révolution », « les orateurs soulignant la nécessité de construire un ordre social chrétien pour faire échec à la révolution qui bouleverse l'esprit public et met en danger la culture issue de la civilisation chrétienne »: Le Confédéré, 8 avril 1969, p. 7, Culture et révolution: sixième congrès de l'Office international des œuvres de formation civique et d'action culturelle selon le droit naturel et chrétien, 5, 6, 7 avril 1969 ) aux congrès de l'Office international des œuvres de formations civiques et d'action doctrinale selon le droit naturel et chrétien ( avatar de la Cité catholique de Jean Ousset ). il est décédé en 2015: Nécrologie, carnet du Figaro, 19 janvier 2015. Sur les convictions politiques de Follereau et Récipon: cf. notamment : golias.news, 27 janvier 2012, "Fondation Raoul Follereau : la face cachée d’une œuvre..."
  18. Université libre, n° 5, mai-juin 1970, "Qu'est-ce que la FACLIP ?", p. 9, n° 14, janvier-février 1972, "Entretien avec François Natter", p. 9-11, n° 17-18, juillet-octobre 1972, p. 22-23: présentation de la FACLIP
  19. Le Monde, 9 décembre 1976 Siège de cette faculté: 233, rue du faubourg Saint-Honoré puis 9, pl. Malesherbes, 75017-Paris
  20. Le Monde, 29 juillet 1994, "Accueillant 77 étudiants, une faculté libre proche de l'extrême droite est subventionnée par la ville de Paris". Les 4 facultés libres que soutient l'APPELS et leur millier d'étudiants bénéficient à cette date de 2 465 300 francs de la ville de Paris, dont 471 000 francs pour la Faculté libre de Paris. Devant le manque de discrétion de Natter, l'APPELS réfléchirait à ne pas le reconduire à son poste de doyen
  21. Le Monde, 12 novembre 1994, "Paris n'aidera plus la Faculté libre"
  22. Question écrite n° 07695 de G. Delfau en 1994 et réponse du Ministère de l'enseignement supérieur, sur le site du Sénat: la subvention de l'Etat a été suspendue, « à titre conservatoire, en l'attente d'informations de l'établissement sur les personnalités constituant l'équipe de direction ».
  23. Charles Maurras, de la politique naturelle au nationalisme intégral, Vrin, 1972: Le Monde, 5 avril 1973, Préface signée de Natter
  24. Cf. Jean-Paul Gautier, La Restauration nationale : un mouvement royaliste sous la Ve République, Syllepse, 2002
  25. Nouvelles de Chrétienté, no 96, novembre-décembre 2005, Jean de Viguerie, « L’année 1976 de Mgr Lefèbvre » ( en ligne ), Le Monde, 3 décembre 1976.
  26. Le Monde, 27 octobre 1982, Fiammetta Venner, Extrême France, Grasset, 2006

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Gautier, La Restauration nationale : un mouvement royaliste sous la Ve République, Syllepse, 2002.
  • Pierre Pujo, La monarchie aujourd’hui, France-Empire, 1988, p. 172-176.
  • Fiammetta Venner, Extrême France, Grasset, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]