François Milazzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Milazzo (homonymie).

François Milazzo
Image illustrative de l’article François Milazzo
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Meknès (Maroc français)
Décès (à 32 ans)
Lieu Marseille (Bouches-du-Rhône)
Taille 1,78 m (5 10)
Poste Milieu de terrain
Parcours amateur
Saisons Club
1948-1954Drapeau : France US Meknès
1964-1966Drapeau : France GFCO Ajaccio
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1954-1960Drapeau : France OGC Nice206 (38)
1960-1964Drapeau : France Olympique de Marseille122 (32)
1954-1960 Total 328 (70)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

François Milazzo, né le à Meknès et mort le à Marseille, est un footballeur français. Il évolue au poste de milieu de terrain offensif du milieu des années 1950 au milieu des années 1960.

Formé à l'US Meknès, il rejoint ensuite l'OGC Nice avec qui il est champion de France en 1956 et 1959 puis évolue ensuite à l'Olympique de Marseille.

Après sa carrière professionnelle, il signe au GFCO Ajaccio avec lequel il remporte le championnat de France amateurs en 1965 et 1966. Il meurt l'année suivante des suites d'une porphyrie.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Milazzo est né à Meknès le de parents fonctionnaires installés au Maroc[1]. Il commence le football à l'US Meknès et intègre l'équipe première du club en 1952. Ses performance en club lui valent d'être sélectionné en équipe du Maroc aux côtés de Just Fontaine[1].

Il rejoint l'OGC Nice en 1954 et remporte deux championnats de France avec les Azuréens en 1956 et 1959. Il devient également à cette période international B[1]. En Coupe d'Europe des clubs champions, il atteint avec son club les quarts de finale en 1960 où il est éliminé par le Real Madrid de Di Stéfano malgré une victoire à domicile trois buts à deux lors du match aller[2].

En 1960, il est échangé contre Jean-Louis Léonetti et rejoint l'Olympique de Marseille en Division 2[3]. Après une première saison terminée en milieu de classement, l'OM finit quatrième du championnat l'année suivante et accède ainsi à la Division 1. François Milazzo joue, lors de cette saison, avant-centre, dans la tactique WM mise en œuvre par l'entraîneur Otto Gloria[4]. Le club, dirigé par Armand Penverne puis par Luis Miró ne parvient pas à rester en division 1 et redescend immédiatement[5]. En mauvaise situation financière, le club impose des réductions de salaire à François Milazzo et vend ses meilleurs joueurs. Avec une équipe rajeunie, le club rate de peu les barrages d'accession à la Division 1[6].

François Milazzo quitte l'OM en fin de saison 1964 et rejoint alors le GFCO Ajaccio en championnat de France amateur. Il devient le meilleur buteur du championnat en 1965[1], année où le club remporte le titre national pour la deuxième fois de son histoire. En finale, le Gazelec l'emporte un but à zéro sur le Stade lavallois[2]. En 1966, Le club ajaccien domine le groupe Sud-Est de CFA et remporte ses onze rencontres à domicile. Dans la phase finale attribuant le titre de champion, les « gaziers » l'emportent quatre à deux après prolongation sur l'AC Cambrai. « Fanfan » Milazzo est un des grands acteurs de ce match. Alors que le Gazélec est mené deux buts à zéro, il marque à la 53e minute puis en fin de rencontre, il est bousculé dans la surface et obtient un pénalty transformé par l'entraîneur-joueur Pierre Cahuzac. Il inscrit dans les prolongations le but du trois buts à deux à la 103e minute[7],[8].

François Milazzo meurt le des suites d'une porphyrie[7].

Palmarès[modifier | modifier le code]

François Milazzo dispute 192 matches pour 31 buts en sept saisons de division 1[9] et 82 rencontres pour 20 buts marqués en division 2[10]. Avec l'OGC Nice, il remporte le championnat de France en 1956 et 1959. Il est également avec ce club finaliste du Challenge des champions en 1956 et 1959 et de la Coupe Charles Drago en 1958.

Sous les couleurs du GFCO Ajaccio, il remporte le Championnat de France amateur en 1965 et 1966. Il est également meilleur buteur du CFA en 1965.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match professionnel de François Milazzo durant sa carrière de joueur professionnel[10],[11].

Statistiques de François Milazzo
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Trophée des champions Total
Division M B M B C M B M B M B
1954-1955 Drapeau de la France OGC Nice Division 1 25 7 4 0 - - - - - 29 7
1955-1956 Drapeau de la France OGC Nice Division 1 31 10 3 3 - - - 1 0 35 13
1956-1957 Drapeau de la France OGC Nice Division 1 15 2 6 1 C1 4 2 - - 25 5
1957-1958 Drapeau de la France OGC Nice Division 1 30 6 6 0 - - - - - 36 6
1958-1959 Drapeau de la France OGC Nice Division 1 31 3 2 0 - - - 1 0 34 3
1959-1960 Drapeau de la France OGC Nice Division 1 34 0 6 2 C1 7 2 - - 47 4
1960-1961 Drapeau de la France Olympique de Marseille Division 2 27 5 2 0 - - - - - 29 5
1961-1962 Drapeau de la France Olympique de Marseille Division 2 32 8 4 4 - - - - - 36 12
1962-1963 Drapeau de la France Olympique de Marseille Division 1 26 3 5 4 C3 1 0 - - 32 7
1963-1964 Drapeau de la France Olympique de Marseille Division 2 23 7 2 1 - - - - - 25 8
Total sur la carrière 274 51 40 15 - 12 4 2 0 328 70

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Victor Sinet, « Milazzo était notre ami », France Football,‎ (ISSN 0015-9557)
  2. a et b Jean-Philippe Carrolaggi, « Centenaire du gfcoa - les quatre glorieuses : le coup de tête de Jean-Bati Scaglia », sur www.corsematin.com, Corse-Matin, (consulté le 11 avril 2012)
  3. « OM La Saison 1960-1961 », sur www.om4ever.com (consulté le 26 avril 2012)
  4. « Histoire des tactiques des équipes Olympiennes », sur www.om4ever.com (consulté le 26 avril 2012)
  5. « La Saison 1962-1963, redescente », sur www.om4ever.com (consulté le 26 avril 2012)
  6. « La Saison 1963-1964 », sur www.om4ever.com (consulté le 26 avril 2012)
  7. a et b Jean-Philippe Carrolaggi, « Centenaire du gfcoa - les quatre glorieuses : la dernière finale de Fanfan Milazzo… », sur www.corsematin.com, Corse-Matin, (consulté le 11 avril 2012)
  8. Didier Braun, « Années 60, l’âge d’or du Gazelec d’Ajaccio », sur uneautrehistoiredufoot.blogs.lequipe.fr, (consulté le 11 avril 2012)
  9. « François Milazzo », sur www.pari-et-gagne.com (consulté le 26 avril 2012)
  10. a et b « Fiche de François Milazzo », sur www.footballdatabase.eu (consulté le 26 avril 2012)
  11. « Fiche de François Milazzo », sur www.playerhistory.com (consulté le 26 avril 2012)