François Lenormant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Lenormant
Description de l'image François Lenormant 2.jpg.
Naissance
Paris
Décès (à 46 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession

François Lenormant, né le à Paris où il est mort le , est un assyriologiste et archéologue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1874, il est nommé professeur d'archéologie à la Bibliothèque nationale de France, puis, avec la collaboration du baron Jean de Witte, il fonde la Gazette archéologique : recueil de Monuments pour servir à la connaissance et à l'histoire de l'art antique..

Il est un des premiers à reconnaitre dans les écritures cunéiformes l'existence d'une langue non sémite qu'il nomme akkadien, aujourd'hui connue sous l'appellation sumérien.

De 1879 à 1883, il entreprend un voyage d'étude en Grande Grèce (Italie du sud). Il entreprend des fouilles dans cette partie de l'Italie peu exploitée jusque là. À Tarente, il met en lumière la présence d'un important site de dépôt de céramiques. Par ses fouilles personnelles, il constitue une collection de 800 pièces qu'il vend au musée du Louvre et qui constitue la collection connue sous le nom de Banquet de Tarente. Il s'agit de figurines en terre cuite datées entre 530 et 200 av.J.C. et représentant pour la plupart des personnages installés allongés en position de banquet.

Il s'intéresse aussi à la numismatique antique et publie des ouvrages sur le sujet.

Certaines de ses découvertes sont néanmoins à considérer avec prudence. Ainsi, selon Marc Bloch, il aurait présenté comme des originaux grecs des antiquités en réalité découvertes en France [1]

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Sur l'origine chrétienne des inscriptions sinaïtiques in Journal Asiatique, XIII, 5e ser., Paris, 1859
  • Histoire des Massacres de Syrie en 1860. Paris, 1861
  • La Révolution en Grèce. Paris, 1862
  • Essai sur l'organisation politique et économique de la monnaie dans l'antiquité. Paris, 1863
  • Chefs-d'œuvre de l'art antique. Paris, 1867-1868, (7 volumes)
  • Histoire du peuple juif. Paris, 1869
  • Note sur un voyage en Égypte, Gahthier-Villars, Paris, 1870 (lire en ligne)
  • Le déluge et l'épopée babylonienne. Paris, 1873
  • Les premières civilisations. Paris, 1873, 2 vol. (tome 1. Archéologie préhistorique. Égypte), (tome 2. Chaldée & Assyrie. Phénicie)
  • La langue primitive de Chaldée et les idiomes touraniens. Paris, 1875 (lire en ligne)
  • La monnaie dans l'antiquité, 3 tomes, A. Lévy libraire-éditeur, Paris, 1878-1879 (tome 1), (tome 2), (tome 3)
  • À travers l'Apulie et la Lucanie : notes de voyage, 2 tomes, A. Lévy libraire-éditeur, Paris, 1883 (tome 1), (tome 2)
  • La Genèse traduite d'après l'hébreu, avec distinction des éléments constitutifs du texte, suivi d'un essai de restitution des textes dont s'est servi le dernier rédacteur. Paris, 1884
  • La Grande-Grèce. Paysage et histoire, 3 tomes, A. Lévy libraire-éditeur, Paris, 1881-1884 (tome 1. Littoral de la mer Ionienne), (tome 2. Littoral de la mer Ionienne), (tome 3. La Calabre)
  • Les terres cuites de Tarente, in Gazette des Beaux-Arts, 1880, p. 201-114

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Bloch, Marc. Apologie pour l'histoire ou métier d'historien. Cahiers des Annales, 1949. p. 56 Disponible sur : http://classiques.uqac.ca/classiques/bloch_marc/apologie_histoire/apologie_histoire.html.

Liens externes[modifier | modifier le code]