François Ier (empereur du Saint-Empire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

François Ier
Illustration.
Titre
Empereur du Saint-Empire et « Roi des Romains »

(19 ans, 11 mois et 5 jours)
Couronnement à Francfort-sur-le-Main
Élection
Prédécesseur Charles VII
Successeur Joseph II
Duc de Lorraine et de Bar

(8 ans, 3 mois et 12 jours)
Prédécesseur Léopold Ier
Successeur Stanislas Ier
Grand-duc de Toscane

(28 ans et 22 jours)
Prédécesseur Jean-Gaston Ier
Successeur Léopold Ier
Biographie
Dynastie Maison de Lorraine
Date de naissance
Lieu de naissance Nancy
Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Date de décès (à 56 ans)
Lieu de décès Innsbruck
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Sépulture Crypte des Capucins
Père Léopold Ier de Lorraine
Mère Élisabeth-Charlotte d'Orléans
Conjoint Marie-Thérèse d'Autriche
Enfants Marie-Élisabeth d'Autriche
Marie-Anne d'Autriche
Marie-Caroline d'Autriche
Joseph II Red crown.png
Marie-Christine d'Autriche
Marie-Élisabeth d'Autriche
Charles-Joseph d'Autriche
Marie-Amélie d'Autriche
Léopold II Red crown.png
Marie-Caroline d'Autriche
Marie-Jeanne-Gabrielle d'Autriche
Marie-Josèphe d'Autriche
Marie-Caroline d'Autriche
Ferdinand d'Autriche
Marie-Antoinette d'Autriche
Maximilien d'Autriche

Signature de François Ier

François Ier (empereur du Saint-Empire)
Souverains du Saint-Empire

François Ier, né le à Nancy, et mort le à Innsbruck, est successivement duc de Lorraine, de Bar (17291737) sous le nom de François III, également duc de Teschen (1729 – 1765), il est aussi grand-duc de Toscane (1737 – 1765) sous le nom de François II. En 1732, il fut nommé vice-roi de Hongrie (1732 – 1765) par son futur beau-père, l'empereur Charles VI.

Après son mariage en 1736 avec l'archiduchesse Marie-Thérèse d'Autriche, héritière de la maison d'Autriche, il est élu empereur des Romains (17451765).

Père de 16 enfants, il est, avec son épouse, le fondateur de l'actuelle maison de Habsbourg-Lorraine dont les descendants régnèrent sur le Mexique, l'Autriche, la Hongrie, la Toscane et Modène. Ses membres les plus connus sont : la reine de France Marie-Antoinette d'Autriche, l'impératrice des Français Marie-Louise d'Autriche et son oncle, le généralissime Charles-Louis d'Autriche-Teschen, la reine et régente d'Espagne Marie-Christine d'Autriche, la reine des Belges Marie-Henriette de Habsbourg-Lorraine, les empereurs Joseph II du Saint-Empire, François-Joseph Ier d'Autriche et son frère l'empereur du Mexique Maximilien Ier, la première impératrice du Brésil Marie-Léopoldine, l'archiduc héritier Rodolphe d'Autriche, fils de François-Joseph Ier et sa fille l'archiduchesse « rouge » Élisabeth-Marie d'Autriche, ainsi que l'empereur autrichien Charles Ier, mort en exil et béatifié en 2004.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

François Étienne est le neuvième enfant et quatrième fils de Léopold Ier, duc de Lorraine et de Bar, et d’Élisabeth-Charlotte d'Orléans, fille de Monsieur, frère du roi Louis XIV de France et de Élisabeth-Charlotte de Bavière dite Madame (la Princesse Palatine), la fameuse épistolière ; en ligne maternelle il est donc arrière-petit-fils de Louis XIII, mais aussi un cousin utérin de la dauphine née Marie-Adélaïde de Savoie, ce qui fait de lui un oncle à la mode de Bretagne du roi Louis XV de France, son cadet de 14 mois. Son père est un cousin germain et ami d'enfance de l'empereur Charles VI du Saint-Empire avec lequel il a été élevé.

La famille ducale de Lorraine et de Bar (vers 1710).

À sa naissance, François n'est que troisième dans l'ordre de succession, mais, en mai 1711, la variole, dont meurent l'empereur Joseph Ier et le dauphin de France, emporte également trois enfants du couple ducal, notamment la princesse Charlotte, abbesse de Remiremont, onze ans, et le prince héritier Louis, sept ans. De leurs dix enfants ne restent au duc et à la duchesse de Lorraine, qui est enceinte pour la onzième fois, que leurs deux fils. La succession revient à l'aîné des deux : le prince Léopold-Clément, âgé de quatre ans.

Trois autres enfants viendront compléter la fratrie. En août 1711 naîtra la princesse Élisabeth-Thérèse, future reine de Sardaigne. En 1712, un troisième fils viendra consolider la dynastie éprouvée, le prince Charles-Alexandre puis en 1714 la princesse Anne-Charlotte. Une petite fille, quatorzième et dernier enfant du couple ducal, naîtra en 1718 mais mourra peu après sa naissance.

Ex libris de François Ier. Fondazione BEIC.

En 1722, François, 14 ans, assiste à Reims avec sa famille au couronnement du jeune Louis XV de France, âgé de 12 ans, son cousin. Il y salue sa grand-mère, la Princesse Palatine qui, dans son abondante correspondance, ne tarit pas d'éloges sur la beauté, le bon caractère et les bonnes manières de ses petits-enfants lorrains (ce qui la consolait de ses petits-enfants français, le fils et les filles du Régent).

Une éducation viennoise[modifier | modifier le code]

L'année suivante, le duc Léopold songe à faire partir son fils aîné pour Vienne afin de lui faire terminer son éducation auprès de l'empereur, son cousin et ami d'enfance, dont il se sent très proche. Mais à son tour, le prince Léopold-Clément contracte la variole et en meurt à l'âge de 16 ans.

C'est donc François, âgé de quinze ans et nouvel héritier des trônes ducaux de Lorraine et de Bar (et qui dès lors est surnommé Ersatzkind[1]), qui est envoyé à Vienne, à la cour de Charles VI. L'empereur élève François comme son propre fils et prévoit de le marier à l'archiduchesse Marie-Thérèse, sa fille aînée et héritière.

La petite archiduchesse est très vite passionnément amoureuse de son promis et sa forte personnalité résistera à toutes les pressions l'incitant à épouser d'autres prétendants. Cet amour durera au-delà de la mort de l'empereur.

Duc de Lorraine et de Bar (1729) et vice-roi de Hongrie (1731)[modifier | modifier le code]

Demi thaler à l'effigie de François Ier de Lorraine, 1754.

En 1729, à 20 ans, il succède à son père et doit rejoindre sa patrie qu'il a quittée à quinze ans. Quittant la cour impériale pour une plus modeste cour, il rentre à Lunéville mais, affichant une certaine froideur, il devient vite impopulaire.

Dès l'année suivante, confiant la régence à sa mère, la duchesse douairière Élisabeth-Charlotte, il entreprend un tour d'Europe. Au cours de ce voyage, il est initié à la franc-maçonnerie[2] et reçu dans l'Ordre par une délégation anglaise à La Haye.

À Versailles, il prête hommage au roi de France Louis XV pour une partie de son duché de Bar, conformément aux termes de la reconnaissance de la suzeraineté française, remontant à 1301. À Bruxelles, il visite sa tante, la gouvernante Marie-Élisabeth d'Autriche. À Berlin, il assiste au mariage du futur Frédéric II de Prusse (12 juin 1733).

C'est alors qu'il est rappelé à Vienne par l'empereur, qui, en 1731, l'a nommé vice-roi de Hongrie.

En 1732, il est nommé Maître franc-maçon à Londres. C'est sous son influence que la franc-maçonnerie se développe librement en Autriche[3].

Le « mariage du siècle » (1736)[modifier | modifier le code]

Le , François, 27 ans et 2 mois, épouse l'archiduchesse Marie-Thérèse, alors âgée de 18 ans et 9 mois. Le jeune couple prend possession de la Toscane, où ils restent trois mois. François est fait Feld-maréchal de l'Empire et généralissime de l'armée impériale. Il possède également la villa Médicis.

Marie-Thérèse lui donnera seize enfants :

  1. Marie-Élisabeth (-) ;
  2. Marie-Anne (6 octobre 1738-) ;
  3. Marie-Caroline (-) ;
  4. Joseph II (-), épouse en 1760 Marie-Isabelle de Bourbon-Parme († 1763) puis en 1765 Josépha de Bavière ;
  5. Marie-Christine (-), épouse en 1766 Albert de Saxe, créé duc de Teschen (1738-1822) ;
  6. Marie-Élisabeth (-) ;
  7. Charles-Joseph (1er février 1745-) ;
  8. Marie-Amélie (-), épouse en 1769 Ferdinand Ier de Parme (1751-1802) ;
  9. Léopold II (-1er mars 1792), épouse en 1765 Marie-Louise d'Espagne ;
  10. Marie-Caroline († ) ;
  11. Jeanne-Gabrielle (- ) ;
  12. Marie-Josèphe (-) ;
  13. Marie-Caroline (1752-1814), épouse en 1768 Ferdinand Ier des Deux-Siciles (1751-1825) ;
  14. Ferdinand (1er juin 1754-), duc de Modène, épouse en 1771 Marie-Béatrice d'Este (1750-1829) ;
  15. Marie-Antoinette (-), épouse en 1770 Louis XVI de France ;
  16. Maximilien (-), archevêque-électeur de Cologne.
  • Une dynastie ressuscitée : le tableau de Martin van Meytens
La famille impériale en 1754. De gauche à droite au premier plan : l'empereur (45 ans) et les archiduchesses Marie-Anne (16 ans) et Marie-Christine (12 ans) ; l'impératrice (37 ans) avec les archiducs Joseph (13 ans), Charles (9 ans), Léopold (7 ans) et l'archiduchesse Marie-Élisabeth (11 ans) ; au fond : les archiduchesses Marie-Amélie (8 ans), Jeanne-Gabrielle (4 ans), Marie-Josèphe (3 ans) et Marie-Caroline (2 ans) entourent leur petit-frère Ferdinand dans son berceau. L'archiduchesse Marie-Antoinette naîtra l'année suivante suivie un an plus tard par le dernier enfant du couple impérial l'archiduc Maximilien-François.

L'abandon de la Lorraine en échange de la Toscane (1737)[modifier | modifier le code]

Pour mettre fin à la guerre de Succession de Pologne, qui a commencé en 1733, l’empereur Charles VI, répondant à la demande du cardinal de Fleury, accepte d'accorder une compensation au vaincu, Stanislas Leszczyński, beau-père de Louis XV, en lui remettant les duchés de Lorraine et de Bar, lesquels, à la mort de l'ex-roi de Pologne, deviendront français.

En échange de la perte de ces duchés, sur lesquels sa famille régnait depuis sept cents ans, François se voit offrir le grand-duché de Toscane, proposition qu'il finit par accepter — à contre-cœur — malgré les objurgations de sa mère et de son frère, Charles-Alexandre, et au grand dam de ses sujets lorrains. Cet échange territorial, négocié en secret dès 1735 (accord préliminaire de novembre 1735) et effectif en 1737, est formalisé par le traité de Vienne (1738).

François fait transférer les archives ducales à Vienne[4], ainsi qu'une partie des meubles du château de Lunéville. Sa mère obtient de Louis XV la disposition à titre viager de la principauté de Commercy.

Les représentants de Stanislas Lesczynski prennent possession du duché de Bar en février 1737, du duché de Lorraine en mars, et le nouveau duc s'installe à Lunéville en avril.

François prend possession du grand-duché de Toscane à la mort de Jean-Gaston de Médicis (9 juillet 1737). Le gouvernement effectif sera longtemps assuré par le prince de Beauvau-Craon, chef du conseil de régence.

La guerre de Succession d'Autriche[modifier | modifier le code]

Le couple impérial et l'archiduc-héritier (Palko, 1747).

En 1740, à la mort de Charles VI, selon les dispositions de la Pragmatique Sanction, reconnue par l'ensemble des États européens, les possessions habsbourgeoises doivent aller à sa fille Marie-Thérèse.

Cependant, Frédéric II de Prusse demande des compensations territoriales et les électeurs de Saxe et de Bavière, mariés à des archiduchesses autrichiennes, refusent de reconnaître Marie-Thérèse comme seule héritière et d'élire François empereur. Le roi de Sardaigne, bien qu'ayant épousé la sœur de François, convoite le Milanais. En France, l'attentisme du roi Louis XV de France et de son ministre, le cardinal de Fleury, se heurte à l'opinion publique qui ne songe qu'à écraser, une fois pour toutes, la maison de Habsbourg, sa rivale depuis près de 250 ans.

Marie-Thérèse est une jeune mère de famille de 23 ans sans réelle expérience politique, ouvertement amoureuse de son mari François-Étienne de Lorraine à qui la France a enlevé ses états et qui n'a toujours pas donné le jour à l'héritier mâle qui consoliderait sa légitimité et sa dynastie.

Cette mésentente déclenche la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748), pendant laquelle le « duc de Lorraine », n'oubliant pas sa patrie d'origine, se montrera profondément francophobe, allant jusqu'à promouvoir la paix avec la Prusse, quitte à abandonner la Silésie, si chère à Marie-Thérèse, pour faciliter la lutte de l'Autriche contre la France.

Empereur (1745)[modifier | modifier le code]

François est finalement élu empereur le 13 septembre 1745, à Francfort-sur-le-Main, et est couronné le 4 octobre suivant, jour de la fête de saint François d'Assise, son saint patron. Marie-Thérèse n'est donc pas impératrice en titre, même si, dans les faits, c'est elle qui dirige l'Empire et administre ses territoires patrimoniaux. François s'opposa en vain à l'alliance austro-française (1756) et ne put marier sa fille Marie-Christine à son neveu, Charles-Maurice de Savoie, duc de Chablais, fils de sa sœur et du roi de Sardaigne.

Peu doué pour la guerre mais excellent administrateur, l'empereur « Frantz » fonde la fortune des Habsbourg-Lorraine.

Parfois las de l'affection envahissante de l'impératrice, il entretient une courte liaison avec une dame d'honneur de son épouse, la comtesse Marie-Wilhelmine de Neipperg, de trente ans sa cadette. L'impératrice, très éprise de son mari, y met très vite un terme et marie la jeune comtesse au prince Jean-Adam d'Auersperg. Cependant la liaison de l'empereur avec la jeune femme ne cesse pas, sans que l'on puisse définir la nature de cette relation entre un homme vieillissant et une très jeune femme.

Il meurt en 1765 à Innsbruck, juste après le mariage de son fils Léopold avec Marie-Louise d'Espagne. Son oraison funèbre est prononcée par Corneille-François de Nélis le 9 novembre 1765 dans l'église Sainte-Gudule ; Il est inhumé à Vienne dans le caveau familial des Capucins.

Ascendance[modifier | modifier le code]


Hommage[modifier | modifier le code]

Le prix scientifique international Franz Stephan, décerné par la Société autrichienne d’étude du dix-huitième siècle, rend hommage à l’intérêt que l'empereur François (Franz Stephan en allemand) portait à la science, à l’art ainsi qu’à la culture de l’Autriche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Amélie Voisin, « François-Étienne de Lorraine (1708-1765) : un héritage ambigu, un héritage méconnu ? », Annales de l'Est, 7e série, 63e année, numéro spécial, 2013 (ISSN 0365-2017), p. 244.
  2. Kenneth R. Force, « Mozart », The Empire State Mason, (consulté le 26 mai 2008) : « Dans la Vienne de Mozart, la Franc-maçonnerie avait fleuri sous le règne des Habsbourg, principalement grâce à François-Étienne, duc de Lorraine qui était franc-maçon. (In Mozart's Vienna, Freemasonry had florished under the Hapsburgs mainly due to the influence of Francis Stephen, Duke of Lorraine, who, himself, was a Freemason) ».
  3. Helmut Reinalter, « La Maçonnerie en Autriche », Revue du 18ème siècle n°19,‎ , p. 43-59 (lire en ligne)
  4. Une partie de ces archives a été restituée en 1923 aux archives départementales de Meurthe-et-Moselle, sises à Nancy. Le reste a été « rendu » en 2003-2004 sous forme de microfilms (propos de la directrice des archives départementales lors d'un entretien avec Robert Depardieu). Cf. http://www.archives.cg54.fr/fileadmin/Sites/Archives_d__partementales_de_Meurthe_et_Moselle/documents/Guide/F.htm et http://chr.lorraine.eu/informations/documents/551736.pdf.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :