François Ier Faure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

François Faure
Image illustrative de l’article François Ier Faure
Biographie
Naissance
à Chadurie
Ordre religieux Ordre des Frères mineurs
Ordination sacerdotale
Décès
à Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque d'Amiens
Évêque de Glandèves
Autres fonctions
Fonction laïque
Conseiller d'État

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François Faure, né le à Sainte-Quitière, paroisse de Chadurie au diocèse d'Angoulême et mort le à Paris) est un évêque français, prédicateur des cours de Louis XIII et Louis XIV, conseiller d'État.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était fils de Jean Faure, gouverneur de Mirebeau en Poitou, et de Gabrielle Martin. Dès qu'il eut atteint l'âge nécessaire pour prendre un état, il entra dans l'ordre des Cordeliers et devint, quelques années après, professeur de philosophie dans le couvent d'Angoulême, et successivement provincial, docteur en théologie de la Faculté de Paris et prédicateur de la reine Anne d'Autriche[1]. Il fut nommé, par brevet royal, le , à l'évêché de Glandèves[2].

Il n'avait pas encore vu son église, lorsque la volonté royale le transféra, en à l'évêché d'Amiens. Le de l'année suivante, il bénit, à Paris, dans l'église abbatiale de Saint-Germain-des-Prés, Charles Le Musnier, abbé de Hénin-Liétard, au diocèse d'Arras.

Le de la même année, il prit possession de son siège par procureur, et, le lendemain, prêta serment d'obéissance à l'église de Reims. Le 7 de ce même mois, il se trouva au sacre de Louis XIV et y assista, comme sous-diacre, Simon Legras, évêque de Soissons, officiant dans cette imposante cérémonie. Le , il fit son entrée solennelle à Amiens, avec le cérémonial accoutumé.

Il mourut d'une attaque d'apoplexie, à Paris, le dimanche .

Son cœur fut déposé dans l'église des Cordeliers de Paris, mais son corps rapporté à Amiens y fut inhumé dans la chapelle de Saint-Jean-Baptiste, en la cathédrale, où la reconnaissance du chanoine Jean Eschassereau lui fit élever un mausolée sur lequel fut gravée une longue inscription.

Tombeau de Mgr Faure

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'azur au lion d'or, sautant, armé, couronné, lampassé de gueules, au canton d'argent chargé de six mouchetures d'hermines[3].

De Sachy indique par erreur le champ comme étant d'argent[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gallia christiana : Le hasard lui fit obtenir ce dernier emploi, car le 8 septembre 1636, le Père Ricard, cordelier, qui devait prêcher devant la reine, étant tombé subitement malade, François alla prêcher à sa place et s'en acquitta avec tant de succès qu'elle le nomma son prédicateur le 29 décembre 1639. Le roi Louis XIII l'ayant aussi nommé son prédicateur, il exerça cette charge pendant vingt-cinq ans et jusqu'à sa mort, ne cessa jamais d'annoncer la parole de Dieu.
  2. Gallia christiana - Il prêta serment de fidélité au roi le 24 août 1651 suivant et fut sacré, le dimanche 1er septembre de la même année, dans l'église du couvent de son ordre, à Paris, par Hardouin de Perefixe, évêque de Rodez, assisté de Pierre Bédacier, évêque d'Augusta, suffragant de Verdun, et de Henri de Laval, évêque de Léon.
  3. D. Duchesne, Hist. des chancel. et mandements.
  4. Armorial des évêques d'Amiens, par M. A. Demarsy, 1865

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La France pontificale (Gallia christiana), histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l'établissement du christianisme jusqu'à nos jours, divisée en 17 provinces ecclésiastique - Digne - 2e partie, de M.H. Fisquet

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]