François Grussenmeyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François Grussenmeyer
Fonctions
Député de la 8e circonscription du Bas-Rhin
Successeur François Loos
Député du Bas-Rhin
(scrutin proportionnel par département)
Député de la 7e circonscription du Bas-Rhin
Maire de Reichshoffen
Prédécesseur Pierre de Leusse
Successeur Charles Antoine Zimmer
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Reichshoffen (Bas-Rhin)
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Haguenau (Bas-Rhin)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique UNR, UNR-UDT, UD-Ve République, UDR, RPR
Profession Ingénieur

François Grussenmeyer, né le à Reichshoffen (Bas-Rhin) et mort le à Haguenau (Bas-Rhin), est une personnalité politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur au ministère de l'équipement, François Grussenmeyer se distingue pendant la Seconde Guerre mondiale par des faits de Résistance et entame sa carrière politique dès 1947 en qualité de conseiller municipal de Reichshoffen. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1958 par le général Kœnig.

Député gaulliste du Bas-Rhin de la circonscription de Wissembourg de 1958 à 1993, soit 35 ans sans interruption ce qui lui vaudra en 1997 la qualité de Membre honoraire du Parlement, accessible seulement après 30 ans de mandat de parlementaire.

Il défendra les bouilleurs de cru, les droits des anciens combattants, les veuves de guerre ainsi que les travailleurs frontaliers et militera pour le désenclavement du nord de l'Alsace, ancien glacis. Il participe à gérer la reconversion de l'arrondissement de Wissembourg après la fermeture des puits de pétrole.

À propos du contournement Gundershoffen-Reichshoffen-Niederbronn, de la voie express Haguenau-Wissembourg et de la route départementale 300, de Strasbourg à Lauterbourg, on parlera des « trois routes Grussenmeyer ». Il est l'un des premiers défenseurs du TGV Est.

L'ancien déporté-résistant était également un ardent partisan de la reconstruction de l'amitié franco-allemande, à laquelle il prit une part active en jumelant Reichshoffen avec Kandel, en Rhénanie-Palatinat.

Il devient secrétaire de l'Assemblée nationale entre 1964 et 1966, représentant suppléant de la France à l'assemblée du Conseil de l'Europe, président de la commission sociale du Conseil de l'Europe (1974-1976). Il est conseiller régional en 1983.

Conseiller général du canton de Wœrth depuis 1961 et premier vice-président du Conseil général jusqu'en 1992, il y présidait la commission des routes.

Adjoint au maire de Reichshoffen de 1953 à 1971, il succède à la mairie au comte Pierre de Leusse et demeure maire jusqu'en 1989.

Il refusera deux postes de secrétaires d'État. L'un au logement et l'autre aux anciens combattants dont il connaissait bien les arcanes.

Il fut aussi notamment président de la SEMA, Président de la Maison de l'Alsace à Paris pendant près de 10 ans, Vice-président du CODER et vice-président de l'association pour la réalisation du TGV Est (1983).

François Grussenmeyer était officier de la Légion d'honneur, Croix de guerre, médaillé des déportés résistants, chevalier du Mérite agricole.

En , l'école primaire du centre ville a été rebaptisée école François-Grussenmeyer, en présence notamment de ses fils Jean-Louis et Jacques Grussenmeyer.

Synthèse des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats locaux
Mandats parlementaires

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Site politique : voir ici.