François George

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François George
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

François George, né en 1947 à Sceaux (Hauts-de-Seine), est un écrivain et philosophe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du géographe français Pierre George, il est influencé durant son enfance par l'idéologie communiste sous sa forme stalinienne. Il fait des études de philosophie, passe un DES sous la direction de Vladimir Jankélévitch ; il échoue ensuite à l'oral de l'agrégation, mais est reçu au CAPES[1]. Après une expérience de professeur, évoquée dans Prof à T., il devient secrétaire des débats à l'Assemblée nationale, ce qui lui permet de vivre à Paris. Dans les années 1970, il devient un proche de Jean-Paul Sartre, et entre en 1977 au comité de direction des Temps Modernes. En janvier 1980 il participe à l'émission de télévision Apostrophes avec Vladimir Jankelevitch et Blandine Barret-Kriegel. À peu près à la même époque, il est l'invité de Jacques Chancel dans son émission Radioscopie, pour parler notamment de son essai polémique sur Lacan et le lacanisme, L'Effet 'yau de poêle de Lacan et des lacaniens (Hachette, 1979).

François George est un auteur discret qui donne peu d'interviews et refuse de se faire photographier. Cultivant une certaine misanthropie envers ses contemporains[réf. nécessaire], après le succès de son Histoire personnelle de la France (Balland, 1983), il a mis un point d'honneur à choisir, pour les livres suivants, des éditeurs confidentiels, afin de ne pas être lu d'un large public[réf. nécessaire][2].

À l'instar de Romain Gary, il a recommencé une carrière littéraire sous un pseudonyme, Mathurin Maugarlonne, utilisé par la suite avec des variations (François-George Maugarlone ou Maugarlonne).

Activités socio-littéraires[modifier | modifier le code]

Membre du comité de rédaction de Temps modernes (1977-1981), il est codirecteur de La Liberté de l'esprit avec le Dr Michel-Pierre Haroche (1982-1988)

Il est le fondateur de l'Association des amis d'Arsène Lupin.

Aux éditions du Félin, où ont été publiés deux de ses ouvrages, il fait partie du conseil éditorial de la collection « Résistance », qui en relation avec l'association Liberté-Mémoire, réédite des ouvrages anciens sur ce sujet[3].

En 2009, il présente son livre sur les paysages de la France dans l'émission de Frantz-Olivier Giesbert Vous aurez le dernier mot[4] aux côtés d'un camarade d'enfance, le chanteur Julien Clerc.

François George et le situationnisme (1965)[modifier | modifier le code]

Après la parution de son premier livre en 1965, François George aurait demandé à faire partie du groupe situationniste et aurait été unanimement rejeté, ce qui pourrait expliquer ses remarques ultérieures[réf. nécessaire] au sujet de Guy Debord : « minuscule parasite d'une immense imposture » et « pontifiant stalinien pataphysique »[5].

François George et le lacanisme (1979)[modifier | modifier le code]

En 1979, il se fait remarquer en publiant chez Hachette un ouvrage polémique, intitulé L'Effet 'yau de poêle de Lacan et des lacaniens, dans lequel il entend démonter, non sans un humour caustique, la rhétorique de Jacques Lacan, la théorie et le discours lacaniens, qui à l'époque jouissent d'une aura débordant largement la psychanalyse. Selon lui, cette fétichisation du discours et du signifiant ne repose que sur des jeux de mots et n'est que poudre aux yeux, révélant en fait « un discours du maître » et une « thérapeutique du pitre ». Le livre de François Georges apparaît en fait comme une description humoristique d'un séminaire lacanien typique des années 1970, l'auteur s'étant d'abord introduit dans un cercle qui se livrait à l’exégèse des écrits de Lacan. Son témoignage présente ce cercle comme une véritable secte au langage ésotérique, les « disciples » participant à une sorte de « rituel de parade » autour de la parole du Maître ; pris dans cette communication basée sur des mots-clés, des mots de passe et des signes de reconnaissance, qui fait que l'obscurité est prise pour de l'épaisseur, François George commente : « sans me comprendre moi-même, je parlais lacanien »[6]. Annie Le Brun salue cet ouvrage et ce qu'elle considère comme une magistrale démystification de « la saga lacanienne », « une des plus prestigieuses réussites françaises dans la course à la crétinisation internationale. »[7]

Une intervention politique (2008)[modifier | modifier le code]

Dans l'hebdomadaire Marianne du 11 mars 2008, il publie, sous le nom de François-George Maugarlone, une tribune, « Président de la République ? Non, chef d’une majorité », qui est à la fois un hommage à Pierre Sudreau et une critique de la dérive monarchique de la présidence de la République.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Autopsie de Dieu, Paris, Julliard, 1965
  • Prof à T., Paris, Éditions Galilée, 1973 (première parution sous le titre : « Prof de philo à T... » dans Les Temps modernes, 1972, no 308 et 311-312)
  • Pages du Grand dictionnaire Larousse du XIXe siècle, Paris, U.G.E., coll. « 10/18 », 1975 (choix de pages et présentation par François George)
  • Deux études sur Sartre, Paris, Christian Bourgois, 1976
  • La Loi et le phénomène : à propos d'un cas de possession littéraire, Paris, Christian Bourgois, 1978
  • Pour un ultime hommage au camarade Staline, Paris, Julliard, 1979
  • L'Effet 'yau de poêle de Lacan et des lacaniens, Paris, Hachette, 1979
  • Souvenirs de la maison Marx, Paris, Christian Bourgois, 1980
  • Histoire personnelle de la France, Paris, Balland, 1983
  • Sillages : essais philosophiques et littéraires, Paris, Hachette, 1986
  • Alceste vous salue bien, Lyon, La Manufacture, 1988
  • À la rencontre des disparus, Paris, Grasset, 2004 (sous le nom de Mathurin Maugarlonne)
  • Le Concept d'existence Deux études sur Sartre, Paris, Christian Bourgois, 2005 (sous le nom de François George Maugarlone)
  • Caverne cosmos, Paris, Éditions du Félin, 2006 (sous le nom de François-George Maugarlone)
  • Plan de la nuit
  • Traité de l'ombre, Paris, Éditions du Bon Albert, 2000 (sous le nom de François-George Maugarlone)
  • De Bonaparte et de l'exception gaulliste
  • Retour à Merleau-Ponty, Paris, Grasset, 2007
  • Plus sage est le vent, Paris, Grasset, 2007
  • Présentation de la France à ses enfants, Paris, Grasset, 2009 (sous le nom de François-George Maugarlone)
  • La Loi et le phénomène suivi de Les preuves de l'existence d'Arsène Lupin, Paris, Christian Bourgois, 2010
  • La Physiologie des fantômes, Paris, Christian Bourgois, 2010
  • Sources certaines', Paris, Grasset, 2011
Ouvrages collectifs
  • Enquête par un psychanalyste sur lui-même, Paris, Stock, 1981 (avec Gérard Mendel)
  • Arsène Lupin, gentilhomme-philosopheur, Paris, Éditions du Félin, 1996 (avec André Comte-Sponville et autres auteurs)

Citations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Michel Winock, François George est ensuite nommé à Rethel.
  2. Cf. Bruno de Cessole,« Maugarlone, moderne Alceste », dans Valeurs actuelles, 24 novembre 2011.
  3. Cf. par exemple, Jacques Lusseyran, Et la lumière fut, réédité en 2005. La présentation de la collection indique que François George est secrétaire du conseil.
  4. France 2, 11 décembre 2009.
  5. Cf. « Sur deux livres et leurs auteurs », dans Internationale situationniste, no 10, mars 1966, p. 70-71)
  6. Un déconverti du lacanisme : François Recanati - Le témoignage de François George sur la logomachie lacanienne, Mediapart - le blog de Jacques Van Rillaer, 5 mars 2017.
  7. Annie Le Brun, « Du kitsch théorique de Julia Kristeva », dans À distance, Paris, Jean-Jacques Pauvert aux éd. Carrère, 1984, p. 217.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Winock, « François George, secret hère de la République », dans L'Histoire, no 336 (novembre 2008), p. 20–21

Liens externes[modifier | modifier le code]