François Genoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genoud.
François Genoud
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
PullyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Éditeur, banquierVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

François Genoud, né le à Lausanne et mort par suicide le à Lausanne, était un banquier suisse connu pour son aide à la diaspora nazie.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1932, à 17 ans, il a l'occasion de rencontrer Adolf Hitler chez des amis de sa famille, à Bonn, et reste très marqué par cette rencontre[1].

En 1936, il rencontre Mohammed Amin al-Husseini, grand mufti de Jérusalem, qui le sensibilise à la cause palestinienne[1].

Banquier du Troisième Reich, exécuteur testamentaire d’Hitler et de Goebbels, il est connu pour avoir fait fortune en publiant les journaux de Goebbels dont il détenait les droits posthumes, en même temps que ceux de Hitler et Bormann[2] — cette entreprise subit un revers en 1960, lorsque Paula Hitler meurt sans lui laisser de droits complets sur les écrits d'Hitler[3]. Il devient le financier des combattants palestiniens et du FLN algérien. Il est surnommé « le banquier du FLN » par Jacques Vergès[4]. Il se convertit à l’islam et se lie d’amitié, à Genève, avec le leader des Frères musulmans en Europe et propre gendre d’Hassan El-Banna, Saïd Ramadan[5].

Dans les années 1970, il s'associe à Noam Chomsky, Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre pour faire acquitter Bruno Bréguet[6].

Selon L'Express, proche d'Otto Skorzeny et Karl Wolff, c'est par son intermédiaire que Jacques Vergès assure la défense du « boucher de Lyon », le nazi Klaus Barbie[7]. Il aurait également financé la défense de Adolf Eichmann[8].

En 1983, il est représenté par Baudoin Dunant, membre du directoire du groupe Saudi Investment Company, le bras armé basé en Suisse du Saudi Binladin Group[9] et apporte son soutien à Ali Hassan Salameh, l'Ayatollah Rouhollah Khomeini et Ahmed Huber[10].

Dépressif depuis la mort de sa seconde épouse en 1991, il se suicide, avec l'aide de l'association pro-euthanasie Exit[11], le .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Karl Laske, « L'éditeur pronazi François Genoud est mort », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Martin A Lee et Kevin Coogan, « Killers on the right », Mother Jones,‎ , p. 45-52 (lire en ligne).
  3. (en) Robert Harris, Selling Hitler: the story of the Hitler diaries, Arrow, (ISBN 009979151X), p. 158
  4. Entretien avec Le Figaro du 2 juin 2007.
  5. Alexandre Del Valle - RFI : Débat entre Alexandre del Valle et Abdelwahab Meddeb.
  6. (en) John Follain, Jackal: The Complete Story of the Legendary Terrorist, Carlos the Jackal, Arcade Publishing, (ISBN 9781559704663, lire en ligne), p. 138
  7. christian georges, « Cet «avocat de la terreur» qui était l'ami d'un nazi suisse », sur www.arcinfo.ch, (consulté le 28 février 2018)
  8. (en-GB) ROSIE WATERHOUSE et MICHAEL SHERIDAN, « Paper may face legal action on copyright to Goebbels diary », The Independent,‎ (lire en ligne)
  9. "PBS Frontline special on the bin Laden family"
  10. (en) Stephen Atkins, Encyclopedia of modern worldwide extremists and extremist groups, Westport, Conn, Greenwood Press, , 404 p. (ISBN 978-0-313-32485-7, OCLC 936917806, lire en ligne). p. 104-105, 135
  11. (en) David Lee Preston, « Hitler's Swiss Connection », sur Literature of the Holocaust, (consulté le 28 février 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]