François Gaston de Lévis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lévis et Lévis (homonymie).

François Gaston de Lévis
Le duc de Lévis représenté avec le bâton des maréchaux de France.
Le duc de Lévis représenté avec le bâton des maréchaux de France.

Titre 1er Duc de Lévis
(1785-1787)
Autres titres Seigneur de Torcy
Successeur Pierre-Marc-Gaston de Lévis
Allégeance Drapeau de la Nouvelle-France Nouvelle-France
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Grade militaire Maréchal de France
Années de service 1735 - 1787
Conflits Guerre de Succession de Pologne
Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Faits d'armes Bataille de la Saxe
Bataille de Fort William Henry
Bataille de Fort Carillon
Bataille de Sainte-Foy
Bataille de Hesse
Distinctions Chevalier du Saint-Esprit
Chevalier de Saint-Louis
Chevalier des ordres royaux, militaires et hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem
Biographie
Dynastie Maison de Lévis
Surnom Chevalier de Lévis
Naissance
à Ajac
Décès (à 68 ans)
à Arras
Père Jean de Lévis, seigneur d'Ajac
Mère Jeanne de Maguelonne
Conjoint Gabrielle Augustine Michel
Signature de François Gaston de Lévis

Orn ext Maréchal duc OSE.svg
Blason famille fr Lévis.svg

François Gaston de Lévis, né le à Ajac (Languedoc, aujourd'hui dans le département de l'Aude), mort le à Arras[1], chevalier, puis duc de Lévis, est un militaire français qui s'est notamment illustré en Nouvelle-France. Il a obtenu la dignité de maréchal de France pour l'ensemble de sa carrière au sein des armées.

Issu de la Maison de Lévis, il nait près de Limoux au château d'Ajac, de l'union de Jean de Lévis, baron d'Ajac et de Jeanne-Marie de Maguelonne. Il fait son entrée dans le régiment de la Marine en tant que lieutenant en 1735. L'officier fait ses premières armes durant la guerre de Succession de Pologne, alors qu'il doit combattre sur les rives du Rhin, ce qui lui permet d'obtenir le grade de capitaine. Durant la guerre de Succession d'Autriche, il est rapidement remarqué parmi les officiers au cours des nombreuses campagnes militaires en Europe centrale, notamment la prise et la défense de Prague. En 1746, Lévis rejoint l'armée française en Italie où il sert en tant qu'aide-major général des logis, au sein du corps commandé par le marquis de Mirepoix.

En 1756, il est nommé brigadier et commandant en second de l'armée française en Nouvelle-France aux côtés du général Louis-Joseph de Montcalm. Dans les premiers temps de cette affectation, il est responsable de la défense du Fort Carillon, avant-poste d'importance pour la défense de la colonie française contre la menace britannique. Lors de la bataille des plaines d'Abraham qui se conclut par la chute de Québec, il est absent avec une partie des troupes puisqu'il a la charge de défendre Montréal contre une éventuelle attaque de l'ennemi. À la mort de Montcalm, il devient commandant en chef des armées françaises en Nouvelle-France. Il organise la reprise de la ville de Québec, alors occupée par les Britanniques. Cette contre-offensive est un succès, grâce à la victoire de son armée à la bataille de Sainte-Foy et la mise en état de siège de la ville de Québec. Cependant, des renforts de l'armée adverse rendent impossible la reprise de la ville, et Lévis est contraint de se retrancher avec ses troupes sur l'île Sainte-Hélène, près de Montréal. Il assiste alors, impuissant, à la capitulation et au départ progressif des forces françaises de la colonie.

De retour en France en 1761, il combat encore quelques années en Allemagne, puis devient gouverneur de l'Artois lorsque la guerre de Sept Ans prend fin. S'occupant de développer les infrastructures de sa province, il obtient en 1783 la dignité de maréchal de France pour l'ensemble de sa carrière militaire.

Il meurt à Arras le 26 novembre 1787.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et famille[modifier | modifier le code]

François Gaston de Lévis descend de la Maison de Lévis, une ancienne famille noble du village de Lévis, dans l'actuel département des Yvelines, dont l'origine remonte au XIIe siècle. Son ancêtre Guy de Lévis se rend célèbre, notamment pour ses faits d'armes lors des croisades contre les Albigeois. En récompense de quoi son beau-fère Simon de Montfort le nomme maréchal de l'armée des Croisés (dite Armée de la Foi), titre dont la famille s'honore encore au XVIIIe siècle[2]. On lui fait également cadeau de la baronnie de Mirepoix. La maison de Lévis acquiert alors une prospérité toujours grandissante depuis cette acquisition[2]. Le cousin de François-Gaston de Lévis, Gaston Pierre de Lévis, duc de Mirepoix sera, lui aussi, maréchal de France. La famille rend de nombreux services au Royaume de France. Au total, elle fournit deux maréchaux, trois lieutenants-généraux, huit chevaliers des ordres du Roy, des ambassadeurs, des pairs de France, un grand maitre des Eaux et des Forêts, un cardinal, six archevêques et cinq évêques[2].

La famille se divise en un nombre considérable de branches. La branche ainée, dite des marquis de Mirepoix, s'éteint en 1757[2]. La seconde, dite des marquis de Gaudrey, prend fin en 1828[2]. La troisième, dite des marquis de Léran, devient alors la branche ainée[2]. Cette dernière rattache le rameau qui, en 1593, crée la branche des seigneurs d'Ajac à laquelle appartient François-Gaston de Lévis[2].

Ce dernier nait le au château d'Ajac, près de Limoux. Il est le fils de Jean de Lévis, baron d'Ajac, et de Jeanne-Marie de Maguelonne[3].

Au début des années 1760, il épouse Gabrielle Augustine Michel (1744-1794), fille de Gabriel Michel, armateur nantais issu d'une famille de la petite noblesse. De cette union naissent :

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Il entre en qualité de lieutenant au régiment de la Marine en 1735, à l'âge de 16 ans. Durant 20 ans, il participe à toutes les opérations militaires qui ont lieu sur les frontières orientales du royaume. Il combat sur les rives du Rhin, en participant à la guerre de Succession de Pologne et à l'âge de 17 ans, il est élevé au grade de capitaine[3]. En 1741, il sert au sein du corps auxiliaire français dans l'armée bavaroise qui envahit la Bohême durant la guerre de Succession d'Autriche[3]. C'est durant cette même période qu'il participe à la prise, puis à la défense de Prague[3]. Durant la même année, il se bat à Dettingen et sert avec son régiment en Haute-Alsace, sous les ordres du maréchal François de Franquetot de Coigny[3]. Il est alors rapidement remarqué et distingué parmi les officiers au cours des campagnes militaires dans le sud-est de l'Allemagne, durant de nombreux sièges et batailles[3].

Deux ans plus tard, il sert dans les armées du Bas-Rhin sous le commandement de Louis-François de Bourbon, Prince de Conti[3]. En 1746, le régiment de Lévis se joint à l'armée d'Italie, dans laquelle il sert en tant qu'aide-major général des logis au sein du corps commandé par son cousin, Gaston-Pierre de Lévis-Mirepoix, devenu lieutenant-général[3]. Il se distingue également à la bataille de Montalban, en désarmant un bataillon piémontais, et assiste aux sièges de Valence, de Cazal, de Ville-france et du château de Vintimille[4]. Alors que, un an plus tard, son régiment aide les défenseurs de la Provence, Lévis quitte son commandement en échange d’un brevet de colonel surnuméraire, et continue jusqu’à la fin de la guerre de servir à titre d’aide-major général des logis[3]. La même année, durant la bataille de Plaisance, son cheval est tué sous lui et plus tard, près de Bieglis, un coup de feu l'atteint à la tête[4]. Malgré tout, les honneurs sur sa personne se multiplient en raison de ses exploits : il est fait colonel en 1746 et chevalier de Saint-Louis en 1748[4].

En Nouvelle-France[modifier | modifier le code]

Remarqué pour sa bravoure et son sang-froid, il est nommé brigadier et commandant en second de l'armée française en Nouvelle-France aux côtés du général Louis-Joseph de Montcalm en [3]. Ses relations avec le général et le gouverneur Pierre de Rigaud de Vaudreuil sont cordiales, même s'il se range davantage du côté du gouverneur en ce qui concerne les questions militaires[5]. Dès son arrivée dans la colonie, il a ordre de déplacer les compagnies de La Sarre sur les eaux et celle de Royal-Roussillon sur terre de Québec à Montréal, afin d'assurer la défense du sud de la colonie contre les troupes britanniques[6]. Peu de temps après, il est affecté à la défense du lac Saint-Sacrement. Alors que Montcalm s'occupe de renforcer les défenses du Fort Carillon, Lévis et un détachement militaire se dirigent vers le nord-ouest, afin de constater si l'ennemi peut se servir du chemin des Agniers pour attaquer ce fort ainsi que celui de Saint-Frédéric[7]. Plus tard, il prend le commandement de la défense de la forteresse de Carillon, alors que Montcalm doit retourner à Montréal préparer un raid sur le Fort Chouaguen[8]. C'est au moment où il s'occupe de peaufiner la défense du fort que le jeune militaire juge que le meilleur endroit pour engager un combat avec les troupes ennemies serait au nord du lac Saint-Sacrement, où les Britanniques auraient à débarquer, et donc seraient plus vulnérables[3]. Cependant, ces derniers n'attaquent point la forteresse, puisque les troupes anglaises préfèrent rester sous la protection du Fort Edward[3]. Lévis en profite donc pour détruire des établissements des colonies anglaises et faire des prisonniers[3].

Désireux de faire avancer sa carrière personnelle, il n'hésite pas à écrire à ses supérieurs en France afin d'attirer leur attention sur ses succès militaires. Par exemple, apprenant la réussite de l'expédition contre Chouaguen commandé par Montcalm, il écrit au comte d'Argenson, ministre de la guerre, en affirmant qu'il serait désagréable si le marquis de Montcalm devait recevoir tous les honneurs et pas lui[3]. En même temps, il n'hésite pas à faire valoir le mérite de ses collègues, notamment Vaudreuil[3]. Responsable également de la défense du lac Champlain jusqu'en 1758, il participe à la Bataille de Fort Carillon au côté de Montcalm, en rejoignant ce dernier avec des renforts de 3000 hommes[9]. Il est ainsi en grande partie responsable de la victoire des troupes françaises malgré la supériorité numérique de l'ennemi[9]. Ce succès a pour conséquence d'arrêter la marche des Britanniques sur Montréal, et de les rejeter sur la défensive vers le lac Saint-Sacrement[10]. Durant l'été 1759, il repousse les troupes de James Wolfe, alors qu'elles tentent de prendre Québec en aval de la rive du côté de la ville[11]. Un grand nombre de soldats britanniques est tué dans cette escarmouche [11]. La même année, Lévis est fait maréchal de camp et est envoyé sur ordre de Montcalm défendre Montréal avec un important détachement militaire, car l'on craint une attaque des Anglais. Il y arrive le 11 août 1759, mais Québec est alors moins bien défendu[12].

La bataille de Sainte-Foy en 1760 est une tentative de Lévis de reprendre Québec.

À la suite de la mort de Montcalm et de la prise de Québec par les Britanniques le 13 septembre, il prend le commandement des armées françaises. La même année, il réclame, avec Vaudreuil, des renforts dans le but de reprendre l'ancienne capitale de la colonie, mais Paris n'envoie que 5 bâtiments et une frégate de 28 canons en réponse à cette demande[13]. Au lieu des 4000 soldats réclamés, ce ne sont que 400 hommes qui mettent pied à terre, fraichement arrivés de France[13]. Malgré tout, il prépare une contre-offensive en réorganisant grandement les forces armées à sa disposition, autant les troupes régulières que la milice[14]. Alors que sous Montcalm, les soldats étaient moins disciplinés, Lévis ordonne à ses officiers de mettre leurs efforts sur la discipline et l'ordre au sein des troupes[14]. Il interdit aux soldats et aux officiers français de maltraiter ou d'insulter les miliciens de la colonie[15]. Bien que les hommes manquent d'armes, il donne également consigne aux gens de la milice de fixer leur couteau au bout de leur fusil, pour qu'ils puissent ainsi attaquer et combattre au corps-à-corps plus facilement[15]. Aussi, il crée exclusivement pour la milice trois compagnies où chacune est commandée par un officier de l'armée régulière de manière à utiliser ces hommes de la manière la plus efficace possible, contrairement à Montcalm qui se contentait de mélanger parmi les troupes des miliciens et des soldats réguliers[16]. C'est donc finalement le 20 avril 1760 qu'il marche sur Québec avec l'armée française, dans l'intention de débarquer à Sillery et de se jeter entre Québec et les 1500 hommes que le général James Murray a distribués dans des postes avancés de Lorette et de Sainte-Foy[17]. Lorsque les hommes de Lévis atteignent Pointe-aux-Trembles, la bataille de Sainte-Foy est commencée[17]. Croyant avoir l'avantage par son artillerie au détriment d'un nombre de soldats suffisant contre les troupes françaises, les Britanniques sont malgré tout attaqués sur leur flanc gauche, menacés d'enveloppement[18]. Lévis fait donc reculer les lignes anglaises et les brise par la même occasion, vainquant ainsi l'ennemi grâce au courage de ses soldats et ses talents de commandant[18]. Par la suite, il assiège immédiatement la ville, mais ne peut la reprendre, l'arrivée de renforts britanniques rendant toute tentative en ce sens illusoire. Il se retranche alors sur l'île Sainte-Hélène, près de Montréal, et brûle les drapeaux français lors de la capitulation de 1760 pour les soustraire à l'ennemi[3].

En France[modifier | modifier le code]

À son retour en France en 1761, il est nommé lieutenant général et on l'informe qu'il doit servir dans l'armée du Bas-Rhin, sous les ordres du prince de Soubise[3]. Cependant, Lévis ne se montre pas très enthousiaste à combattre à nouveau et ne se présente ainsi devant son supérieur militaire qu'au début de décembre 1761[3]. À la veille de Noël de la même année, il quitte les camps militaires en Allemagne et retourne à Paris, pour épouser Gabrielle-Augustine, fille de Gabriel Michel de Danton, trésorier général de l’artillerie et administrateur de la Compagnie des Indes[3]. Par la suite, Lévis retourne au front et s'illustre à la bataille de Nauheim, se faisant remarquer pour s'être emparé des canons de l'ennemi anglais[3].

Gouverneur de l'Artois[modifier | modifier le code]

Lorsque la guerre de Sept Ans prend fin en 1763, il quitte le service actif de l'armée et, en 1765, il devient gouverneur de l'Artois[3]. En 1771, il est nommé commandant de l'une des quatre compagnies des Gardes du Corps de Monsieur[3]. Par la suite, il consacre la plupart de ses énergies à développer sa province. Par exemple, il améliore les communications en faisant construire un canal entre Béthune et la Lys. Il fait ériger une route entre les communes Boulogne-sur-Mer et de Saint-Omer[3]. Des années plus tard, en 1783, Lévis est élevé à la dignité de maréchal de France et un an plus tard sa seigneurie d'Avesne-le-Comte est établie en duché.

Durant la guerre d'indépendance américaine, il correspond de manière amicale avec son ancien ennemi James Murray, devenu gouverneur de Minorque[3]. Il se fait un plaisir de lui rendre certains services, comme de fournir des passeports à des officiers devant traverser la France pour retourner en Angleterre[3].

Trois ans plus tard, toujours dans le souci d'améliorer sa province, il désire présider les États d'Artois. Cependant, il meurt à Arras le 26 novembre 1787 [3].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Titre[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier du Saint-Esprit Chevalier de Saint-Louis Chevalier de Saint-Lazare

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'or à trois chevrons de sable[19].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le Fort Lévis construit en 1759 sur l'Isle Royale dans le Fleuve St-Laurent.

Une statue à son effigie orne la façade du palais législatif de Québec.

En revanche, la ville québécoise de Lévis tient son nom du duc de Ventadour, lui aussi de la famille des Lévis, vice-roi de la Nouvelle-France au début du XVIIe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. W. J. Eccles. « Lévis, François-Gaston de, duc de Lévis » (cf. bibliographie), consulté le 20 janvier 2009
  2. a b c d e f et g Gustave de Hauteclocque, Le Maréchal de Lévis, gouverneur général de l’Artois (1765-1787), Arras, (lire en ligne), p. 4
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y et z « LÉVIS, FRANÇOIS (François-Gaston) DE, duc de LÉVIS », sur biographi.ca, (consulté le 29 mai 2018)
  4. a b et c Gustave de Hauteclocque, Le Maréchal de Lévis, gouverneur général de l’Artois (1765-1787), Arras, (lire en ligne), p. 6
  5. Guy Frégault, La guerre de la conquête, Montréal, Fides, , p. 175
  6. Thomas Chapais, Le marquis de Montcalm, Québec, J-P. Garneau, libraire-éditeur, , p. 85
  7. Thomas Chapais, Le marquis de Montcalm, Québec, J-P Garneau, libraire-éditeur, , p. 99
  8. Thomas Chapais, Le marquis de Montcalm, Québec, J-P Garneau libraire-éditeur, , p. 102
  9. a et b Guy Frégault, La guerre de la Conquête, Montréal, Fides, , p. 305
  10. Guy Frégault, La guerre de la Conquête, Montréal, Fides, , p. 307
  11. a et b Guy Frégault, La guerre de la Conquête, Montréal, Fides, , p. 341
  12. Guy Frégault, La guerre de la Conquête, Montréal, Fides, , p. 352
  13. a et b Guy Frégault, La guerre de la Conquête, Montréal, Fides, , p. 371
  14. a et b Guy Frégault, La guerre de la Conquête, Montréal, Fides, , p. 372
  15. a et b Guy Frégault, La guerre de la Conquête, Montréal, Fides, , p. 373
  16. (en) D. Peter MacLeod, Backs to the wall : the Battle of Sainte-Foy and the conquest of Canada, Madeira Park, Douglas & McIntyre, , p. 42
  17. a et b Guy Frégault, La guerre de la Conquête, Montréal, Fides, , p. 374
  18. a et b Guy Frégault, La guerre de la Conquête, Montréal, Fides, , p. 375
  19. a et b Popoff 1996, p. 109.
  20. Roglo 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Roger Léger, Journal des campagnes du Chevalier de Lévis en Canada de 1756 à 1760, édition originale revue et augmentée, Montréal, Michel Brûlé, , 253 p. (ISBN 978-2-89485-405-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article ;
  • Chevalier de Lévis, « Lettre du Maréchal de Lévis à A M. le Maréchal de Belle-Isle », dans ResPublica nova, 17 juillet 2008 Document utilisé pour la rédaction de l’article ;
  • Henri-Raymond Casgrain (dir.), Collection des manuscrits du maréchal de Lévis, Beauchemin & fils, Montréal, 1889-1895, 12 volumes Document utilisé pour la rédaction de l’article ;
    • Journal des campagnes du chevalier de Lévis en Canada de 1756-1760, 1889, 340 p. 1
    • Lettres du chevalier de Lévis concernant la guerre du Canada (1756-1760), 1889, 473 p. 2
    • Lettres de la cour de Versailles au baron de Dieskau, au marquis de Montcalm et au chevalier de Lévis, 1890, 250 p. 3
    • Lettres et pièces militaires : instructions, ordres, mémoires, plans de campagne et de défense, 1756-1760, 1891, 367 p. 4
    • Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis, 1891, 367 p. 5 Document utilisé pour la rédaction de l’article ;
    • Lettres du marquis de Montcalm au chevalier de Lévis, 1894, 240 p. 6
    • Journal du marquis de Montcalm durant ses campagnes en Canada de 1756 à 1759, 1895, 626 p. 7
    • Lettres du marquis de Vaudreuil au chevalier de Lévis, 1895, 215 p. 8
    • Lettres de l'intendant Bigot au chevalier de Lévis, 1895, 110 p. 9
    • Lettres de divers particuliers au chevalier de Lévis, 1895, 248 p. 10
    • Relations et journaux de différentes expéditions faites durant les années 1755-56-57-58-59-60, 1895, 274 p. 11
    • Table analytique de la Collection des manuscrits du maréchal de Lévis, 1895, 151 p. 12
  • C. Boyer ???, dans Bulletin de la Société d'Études Scientifiques de l'Aude, tome LVI. Document utilisé pour la rédaction de l’article ;
Ouvrages
  • W. J. Eccles, « Lévis, François-Gaston de, duc de Lévis », dans Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Université Laval et Université de Toronto, 2000
  • Ian Casselman, « Lévis, François-Gaston de, duc de Lévis », dans L'Encyclopédie canadienne, La Fondation Historica du Canada, 2008
  • Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X) ;
  • Claude-Marie Robion, « Lévis (François-Gaston, duc de) », dans Rémy Cazals et Daniel Fabre (dir.), Les Audois - Dictionnaire biographique, Association des Amis des Archives de l’Aude, Fédération Audoise des Œuvres Laïques, Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude, 1990.
  • Duc de Lévis Mirepoix, « Le Maréchal de Lévis, Défenseur du Canada », dans La Revue des Deux-Mondes, 15 novembre 1955, pp. 230–241.
  • M. L. Puech-Milhau, article dans la Revue du Languedoc, tome 18, 1948
  • Louis Le Jeune, « François-Gaston, duc de Lévis », dans Dictionnaire général de biographie, histoire, littérature, agriculture, commerce, industrie et des arts, sciences, mours, coutumes, institutions politiques et religieuses du Canada, volume II, Université d'Ottawa, 1931, pp. 148–150
  • Henri-Raymond Casgrain, Montcalm et Lévis, Alfred Mame et fils, Tours, 1898, 392 p.
  • Georges Doublet, Le dernier maréchal de camp des dernières troupes françaises de la Nouvelle-France, le chevalier de Lévis, Editions Privat, Toulouse, 1894, 72 p.

Chronologies[modifier | modifier le code]