François Fauck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Fauck
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

François-Raymond Fauck ( à Lille, France - 1979 à Paris) est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né de parents belges, il se fait naturaliser français à l'âge de 18 ans afin d'obtenir la bourse des Beaux Arts de Lille puis celle de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Admis comme élève de cette dernière en 1930, section peinture, il entre dans les ateliers de Lucien Simon et Fernand Sabatté. Boursier de l'État, successivement en 1937, 1938, et 1939, on le retrouve logiste du concours de Rome et lauréat de l'Institut.

Il obtint de brillantes récompenses et distinctions, parmi lesquelles le premier Grand Prix de la Ville de Lille, le prix Doutrelon de Try, le prix d'Attainsville, le prix du Tour de France, le prix Chenavard, le prix Stillmann, le prix Fortin d'Ivry, le prix Roux, et une médaille au Salon des artistes français.

Il est sociétaire et lauréat de la Société Coloniale, sociétaire de la société nationale des Beaux Arts et sociétaire du Salon d'automne. Il obtient en 1945 le Prix Abd-el-Tif dont il devient pensionnaire durant deux ans.

Ce dernier séjour, particulièrement profitable dans l'épanouissement de son art, l'incite à se fixer en Algérie comme directeur du centre d'Artisanat d'Oran en 1947. Son œuvre est notamment couronnée en 1954 par l'obtention du Grand Prix Artistique de l'Algérie.

Il devient ensuite inspecteur départemental de l'Artisanat pour l'Algérie et se fixe alors à Tlemcen. Ces fonctions lui sont confiées et confirmées jusqu'en 1964. Il restera également à Oran, après le 5 juillet 1962, et sera conservateur du Musée Demaeght (Musée Ahmed Zabana (Oran).

Il est l'un des rares Abd el Tif à avoir trouvé également son inspiration dans les motifs et créations de l'artisanat arabe et berbère.

Il est inhumé au cimetière de Grenelle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis-Eugène Angeli, « Le Grand Prix Artistique de l'Algérie », Algéria no 40 février 1955
  • Élisabeth Cazenave, La Villa Abd El Tif un demi-siècle de vie Artistique en Algérie 1907-1962, association Abdeltif, 1998, réédition 2002, Prix Algerianiste 1999, (ISBN 2-9509861-1-0)
  • Sources : A.N.F21/6827/6980.

Liens externes[modifier | modifier le code]