François Ernest Mallard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

François Ernest Mallard, né à Châteauneuf-sur-Cher le et mort à Paris le , est un cristallographe et minéralogiste français. Il est le continuateur avec Auguste Bravais du travail sur la cristallographie commencé par René Just Haüy et Jean-Baptiste Romé de L'Isle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à l'École Polytechnique (Promotion X1851) et à l'École nationale supérieure des mines de Paris, avant de commencer une carrière d'ingénieur en 1856. Professeur à l'École des Mineurs de Saint-Étienne en 1859, puis à l'École supérieure des Mines de Paris en 1872, il devient membre du conseil général des mines et membre de l'Académie des sciences en 1890.

Principaux travaux[modifier | modifier le code]

Après des travaux sur les « anomalies optiques », montrant qu'un cristal de symétrie supérieure pouvait n'être qu'un empilement régulier de réseaux de symétrie plus faible, il développe sa théorie des groupements cristallins et des corps pseudo-symétriques. En 1879, il publie le premier volume de son célèbre Traité de Cristallographie[1], bientôt complété d'un deuxième volume en 1884[2].

Outre ses recherches sur la cristallographie et la minéralogie et la réalisation de cartes géologiques, il effectue avec Henry Le Chatelier de nombreux travaux sur la combustion de mélanges gazeux explosifs en relation avec les problèmes de sécurité dans les mines[3].

Quelques publications :

  • Cours de Minéralogie : Recueil des données cristallographiques et physiques concernant les principales espèces minérales, 18.. (lire en ligne)
  • Notice sur les travaux scientifiques de M. Ernest Mallard, Paris, Gauthier-Villars, (lire en ligne)

Espèces minérales décrites[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Prospection[modifier | modifier le code]

En 1858, il redécouvre le gisement d’étain de Montebras qui était exploité dès l’Antiquité. À la suite de cette découverte l'étain sera, à nouveau, exploité à Montebras durant plus de 40 ans[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Ernest Mallard, Traité de cristallographie géométrique et physique, vol. 1, Paris, Dunod, (ISBN 0-86577-775-6)
  2. François Ernest Mallard, Traité de cristallographie géométrique et physique, vol. 2, Paris, Dunod, , 630 p. (ISBN 1-143-65186-3)
  3. François Ernest Mallard et Henri Le Chatelier, Recherches expérimentales et théoriques sur la combustion des mélanges gazeux explosives, Paris, Dunod,
  4. La Creuse 1900-1920 - 2006 - Frédéric Gravier - page 54

Sources[modifier | modifier le code]